Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0

Des chansons au rythme de la santé du cerveau

Coup d'oeil
La stagiaire :

Anne-Christine Bricaud, Université Pierre Et Marie Curie Paris 6

Accueillie par :

Prof. Pascale Tremblay, Département de réadaptation

La recherche :

Les effets du chant en groupe sur la communication et la santé du cerveau

Que ce soit sous la douche, sur le chemin pour aller au travail ou pour aider les enfants à s’endormir, le chant fait partie de l’activité quotidienne de bien des gens. Cependant, un projet de recherche qui se réalise à l’Université Laval espère démontrer que le chant peut aussi être bénéfique pour la santé neurologique.

Dirigé par la professeure Pascale Tremblay du département de réadaptation, le projet a fourni une occasion de recherche unique à Anne-Christine Bricaud, qui est venue de la France pour passer l’été ici en tant que stagiaire de recherche Mitacs Globalink. Elle travaille avec une équipe à Laval pour déterminer les effets du chant en groupe sur la communication et la santé du cerveau, particulièrement parmi les personnes âgées.

Anne-Christine est responsable du recrutement des participants. Son rôle est donc d’interviewer les gens qui ont exprimé un intérêt à prendre part à l’étude et de décider s’ils répondent aux critères appropriés. « Notre recherche comparera deux groupes de 60 personnes », explique Anne-Christine. « Les deux groupes sont composés de participants qui ont entre 20 et 90 ans, mais seulement l’un d’entre eux prend part à du chant de groupe sur une base régulière. »

Anne-Christine, la professeure Tremblay et le reste de l’équipe compareront ensuite les groupes pour ressortir les différences entre la capacité vocale, l’articulation et la cognition. Une deuxième partie de l’étude fera la comparaison entre l’anatomie et le fonctionnement du cerveau des participants.

Anne-Christine, anciennement chanteuse de chorale et étudiante actuelle en orthophonie, a immédiatement été attirée vers le projet et le programme Globalink, mais un obstacle potentiel se dressait devant elle. « J’avais entendu parler du projet par l’entremise d’un courriel de l’université, mais il ne restait plus que trois semaines avant la date limite pour déposer ma candidature. » En toute hâte, Anne-Christine a dû obtenir les documents nécessaires, incluant un passeport et les lettres de recommandation, ce qui a été une tâche complexe, mais qui a fini par en valoir la peine pour elle.

Anne-Christine a de quoi chanter les louanges de son expérience : « J’ai toujours été attirée vers le Canada et ça a été une occasion incroyable pour enrichir mon éducation et mon expérience culturelle. Je ne suis pas sûre de ce que l’avenir me réserve, mais je songe sérieusement à revenir pour y poursuivre mes études. »​


Mitacs tient à remercier le gouvernement du Canada ainsi que le gouvernement de l’Alberta, le gouvernement de la Colombie-Britannique, Research Manitoba et le gouvernement du Québec pour leur soutien au Programme de stages de recherche Mitacs Globalink. De plus, Mitacs a le plaisir de travailler avec des partenaires internationaux suivants pour soutenir la Bourse de recherche Globalink : Universities Australia; China Scholarship Council, Campus France, le service d’échange universitaire allemand, le secrétariat d’éducation publique du Mexique, Tecnológico de Monterrey et l’Université nationale autonome du Mexique, le ministère de l’Éducation de l’Arabie saoudite et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique de la Tunisie et Mission universitaire de Tunisie en Amérique du Nord.