Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0

Il n’y a pas de « hum » et de « heu » ici : un chercheur australien sur la piste d’un son mystérieux à Calgary

Le finissant de premier cycle de vingt et un ans Wilmer Yan fait un voyage éducatif autour du monde cet été. Wilmer, qui vient de Sydney, Australie est au Canada à titre de stagiaire Mitacs Globalink pour travailler avec le professeur Mike Smith de l’Université de Calgary.

L’Australien étudie un phénomène étrange surnommé « The Ranchlands Hum » [le son de Ranchlands], un son mystérieux qui tracasse les résidents de la communauté de Ranchlands au nord-ouest de Calgary depuis 2008.

Le projet de Wilmer aide à améliorer une application pour téléphone cellulaire créée par le professeur Smith et d’anciens stagiaires Globalink qui permet aux résidents de la région d’enregistrer le son afin de pouvoir l’analyser. Wilmer utilise l’intelligence artificielle pour développer ce que l’on nomme « l’identification automatique de la source sonore », qui élimine les bruits de fond, comme le trafic afin d’aider les chercheurs à comparer le son de diverses parties du quartier afin d’en trouver la source.

« Si le projet est un succès, nous espérons utiliser cette approche dans l’industrie où leurs analyses requièrent d’éliminer des sons tels que des conversations des opérateurs d’équipement, le beuglement de vaches et même le coassement de grenouilles dans des régions marécageuses.

Plus tôt cette année, Wilmer était aux États-Unis pour prendre part à un programme d’étude à l’étranger à l’Université de Pennsylvanie. Il dit qu’il a sauté sur l’occasion de se rendre au nord afin de mettre le pied dans la recherche canadienne.

Wilmer dit que le Canada est à la hauteur de la réputation qu’il a en Australie. « Les Canadiens ont le stéréotype d’être très, très gentils, et je crois que c’est complètement vrai. Les Australiens et les Canadiens s’entendent tellement bien. Ça a été extraordinaire. Les personnes que j’ai rencontrées ici et les expériences que j’ai eues, honnêtement, je ne pourrais avoir demandé un meilleur endroit pour être stagiaire. »


Mitacs tient à remercier le gouvernement du Canada ainsi que le gouvernement de l’Alberta, le gouvernement de la Colombie-Britannique, Research Manitoba et le gouvernement du Québec pour leur soutien au Programme de stages de recherche Mitacs Globalink. De plus, Mitacs a le plaisir de travailler avec des partenaires internationaux suivants pour soutenir la Bourse de recherche Globalink : Universities Australia; China Scholarship Council, Campus France, le service d’échange universitaire allemand, le secrétariat d’éducation publique du Mexique, Tecnológico de Monterrey et l’Université nationale autonome du Mexique, le ministère de l’Éducation de l’Arabie saoudite et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique de la Tunisie et Mission universitaire de Tunisie en Amérique du Nord.