Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0

L’éducation antidrogue devient philosophique

Comment les jeunes gens d’aujourd’hui peuvent-ils être éduqués par rapport aux périls de l’utilisation des drogues sans utiliser la peur?

Comment les jeunes gens d’aujourd’hui peuvent-ils être éduqués par rapport aux périls de l’utilisation des drogues sans utiliser la peur? Comment pouvons-nous les aider à explorer leurs questions sur les drogues et à développer leur capacité à survivre dans une société où les gens utilisent des drogues? Mahboubeh Asgari, une chercheure postdoctorale qui étudie à la faculté de psychologie de l’éducation et du counseling et de l’éducation spécialisée de l’Université de la Colombie-Britannique souhaite aborder ces questions pendant son stage Mitacs Élévation de deux ans auprès d’ARC Programs, un organisme communautaire à Kelowna, C.-B.

Mme Asgari croît que les programmes éducatifs traditionnels avec le but d’apeurer ou d’humilier les jeunes pour qu’ils s’abstiennent n’ont pas été efficaces pour aborder l’utilisation problématique de drogues. « L’éducation antidrogue traditionnelle (qui est inefficace) a eu tendance à aborder le déficit perçu en connaissances. L’hypothèse a été que si les enfants peuvent apprendre les risques inhérents à l’utilisation de drogues, ils auront tendance à éviter de les utiliser, » dit Mme Asgari.

Travaillant sous la supervision universitaire de la professeure Barbara Weber de l’Université de la Colombie-Britannique, la recherche de Mme Asgari explore comment une approche de questionnement philosophique face à l’éducation antidrogue pourrait promouvoir la santé et réduire les dommages associés à l’utilisation de stupéfiants.

« Lorsqu’il est question d’éducation antidrogue, les enfants ont des questions telles que "pourquoi les gens utilisent les drogues?" ou "qu’est-ce que la dépendance?" En utilisant des stimulus tels que des livres d’histoire, des vidéoclips et des chansons, le questionnement philosophique exige de faciliter un dialogue ouvert sur les drogues alors que ces sortes de questions peuvent être explorées dans un espace ouvert, » explique Mme Asgari. « Notre but est de promouvoir les connaissances par rapport aux drogues : les compétences et les connaissances dont les enfants et les jeunes ont besoin pour survivre et prospérer dans un monde où l’utilisation de stupéfiants est commune. » Mme Asgari travaillera avec Arc Programs pour faire connaître ses résultats aux écoles et à la communauté. Sa bourse de recherche aidera à élaborer du matériel et des plans de cours pour les professeurs afin qu’ils soient en mesure d’avoir des discussions significatives avec les enfants et les jeunes au sujet des drogues.

Mme Asgari dit que sa recherche Élévation donne à sa passion pour les enquêtes et la réflexion l’occasion d’avoir une plus grande portée :

« Dans une société où nous sommes bombardés de messages des médias, de publicités et de toutes sortes d’information, je crois que les enfants ont besoin de compétences pour être capables de penser par eux-mêmes et d’être critiques à propos des informations de masse. »

« D’utiliser le questionnement philosophique comme approche pédagogique à l’éducation antidrogue outillera les enfants et les jeunes à penser de façon critique, créative et attentive. » Ensemble, Mme Asgari, la professeure Weber, l’Université de la Colombie-Britannique, ARC Programs et Mitacs donneront aux enseignants et aux travailleurs communautaires le cadre pour aider à modifier l’allure et le sens de l’éducation antidrogue.


Mitacs tient à remercier le gouvernement du Canada, Alberta Innovates, le gouvernement de la Colombie-Britannique, Research Manitoba, le gouvernement du Nouveau-Brunswick, le gouvernement de la Nouvelle-Écosse et le gouvernement du Québec de leur soutien à l’égard du programme Élévation.