Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0

Trouver le portrait global dans les algues microscopiques

Coup d'oeil
La stagiaire

Hayfa Mhamdi, Université de Tunis

Accueilli par

Fathallah Nouboud et Alain Chalifour, Département de mathématiques et d'informatique, Université du Québec à Trois-Rivières

La recherche

Utiliser une nouvelle approche mathématique pour évaluer les organismes microscopiques dans l’eau douce et salée

Comme étudiante à l’Université de Tunis, Hayfa Mhamdi souhaitait faire un stage à l’étranger, mais elle n’avait pas encore choisi de destination.

Après avoir entendu parler de Stage de recherche Mitacs Globalink par l’entremise de sa chef de département, elle visa le Canada et a soumis sa candidature.

L’intérêt de Hayfa pour la recherche à l’étranger l’a bientôt amenée à Trois-Rivières, Québec où elle étudie les algues afin d’en apprendre plus sur la santé des lacs et des rivières de la province. Son projet de recherche, basé à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), utilise une nouvelle approche mathématique pour évaluer les organismes microscopiques dans l’eau douce et salée.

Les algues, que l’on appelle « diatomées » se trouvent dans des plans d’eau allant des océans aux ruisseaux et leur présence peut donner beaucoup d’information aux chercheurs à propos de la qualité de l’eau. Hayfa analyse 500 images de diatomées et les classifie selon leur forme et leur positionnement. Certaines images sont de moins bonne qualité, Hayfa a donc besoin de réduire la quantité d’interférences visuelles sur chaque image afin de les analyser. Sa recherche aidera l’équipe de l’UQTR à mieux comprendre la santé de plans d’eau régionaux puisque les diatomées produisent de l’oxygène, fournissent une source de nourriture pour les poissons et empêchent la prolifération des algues toxiques.

En plus d’acquérir de l’expérience de recherche dans son domaine, Hayfa explore le Canada et se prépare déjà à revenir. « Ça a été une excellente expérience, » dit-elle. « J’ai rencontré plusieurs personnes qui m’encouragent à revenir pour des études aux cycles supérieurs. » Elle explore des universités potentielles et son professeur l’a invitée à postuler à un programme de maîtrise à l’UQTR.

Lorsqu’on lui demande à propos de son expérience Globalink, Hayfa est claire : « Je suis très, très satisfaite, c’est une expérience exceptionnelle qu’on ne peut trouver ailleurs. »


Mitacs tient à remercier le gouvernement du Canada ainsi que le gouvernement de l’Alberta, le gouvernement de la Colombie-Britannique, Research Manitoba et le gouvernement du Québec pour leur soutien au Programme de stages de recherche Mitacs Globalink. De plus, Mitacs a le plaisir de travailler avec des partenaires internationaux suivants pour soutenir la Bourse de recherche Globalink : Universities Australia; China Scholarship Council, Campus France, le service d’échange universitaire allemand, le secrétariat d’éducation publique du Mexique, Tecnológico de Monterrey et l’Université nationale autonome du Mexique, le ministère de l’Éducation de l’Arabie saoudite et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique de la Tunisie et Mission universitaire de Tunisie en Amérique du Nord.