Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0

Une doctorante fait équipe avec une jeune entreprise de jeux vidéo pour enfants pour faire connaître des enjeux sociaux

Coup d'oeil
Le défi

Créer des jeux amusants et stimulants pour les jeunes

La solution

Créer des jeux amusants et stimulants pour les jeunes

Le résultat

Le nouveau jeu « Get Water » a été amélioré grâce aux commentaires formulés par des filles

Et ensuite?

Un stagiaire a été embauché pour créer un nouveau jeu destiné à perfectionner les compétences en leadership des filles

De nombreux Montréalais qui œuvrent dans de jeunes entreprises en plein essor de la ville connaissent l’importance des « 5 à 7 », ces lieux de rencontre où l’on peut créer des réseaux avec d’autres entrepreneurs et des gens d’affaires après les heures de travail. Mais pour Renée Jackson, doctorante en éducation à l’Université Concordia, c’est lors d’une occasion de ce genre qu’elle a fait une rencontre fortuite qui a ouvert de nouvelles voies à ses travaux de recherche et établi un partenariat à long terme avec un allié inusité.

De nombreux Montréalais qui œuvrent dans de jeunes entreprises en plein essor de la ville connaissent l’importance des « 5 à 7 », ces lieux de rencontre où l’on peut créer des réseaux avec d’autres entrepreneurs et des gens d’affaires après les heures de travail. Mais pour Renée Jackson, doctorante en éducation à l’Université Concordia, c’est lors d’une occasion de ce genre qu’elle a fait une rencontre fortuite qui a ouvert de nouvelles voies à ses travaux de recherche et établi un partenariat à long terme avec un allié inusité.

Ayant atteint la croisée des chemins dans sa recherche doctorale, Renée cherchait des occasions d’établir des liens avec le milieu universitaire. Encouragée par un collègue, Renée a assisté à un « 5 à 7 » organisé par le laboratoire Technoculture, Art, and Games (TAG) de l’Université Concordia — un centre interdisciplinaire de recherche sur l’étude et la conception de jeux, la culture numérique et l’art interactif. 

Lors de cet événement, Bart Simon, directeur du laboratoire TAG, a présenté Renée à Angelique Mannella, chef de la direction de Decode Global Games. Dans le cadre du développement de l’un de ses produits phares, Get Water, Decode désirait savoir si son jeu provoquait des changements sociaux au sein de son public cible. L’entreprise voulait savoir si son jeu permettait aux joueurs d’être davantage sensibilisés à des enjeux sociaux, comme les pénuries d’eau potable et les obstacles à l’éducation pour les jeunes femmes dans les pays en voie de développement. 

Les trois ont discuté d’une collaboration où Renée pourrait mettre à profit son expertise de recherche pour aider Decode à connaître l’opinion des utilisateurs à l’égard de son jeu. Ayant besoin de financement pour lancer le premier volet du projet, ils sont entrés en contact avec Marc-Olivier Frégeau, directeur du développement des affaires de Mitacs, afin de préparer une proposition pour un stage Mitacs Accélération.

Peu de temps après, Renée aidait l’équipe de Decode à évaluer l’incidence du jeu dans une école pour filles. Au cours de la réalisation des essais du groupe de travail, le projet a évolué, allant au-delà de sa portée initiale à la suite de nouvelles données intéressantes recueillies auprès des élèves. Ces renseignements supplémentaires pourraient aider Decode à rendre son jeu plus stimulant, et son message plus percutant.

Angelique et Renée ont constaté que leur projet de recherche pouvait être élargi afin d’englober la conception d’un nouveau jeu qui tirerait profit des commentaires formulés par les utilisateurs afin de perfectionner les compétences en leadership. Renée a été embauchée pour effectuer de la recherche sur la mise au point du prototype d’un nouveau jeu, à laquelle participe une équipe de jeunes filles âgées de 12 à 14 ans qui collaborent avec des étudiants de premier cycle de l’université.  Ce projet appelé Arcade Our Way est par la suite devenu le sujet de la thèse de doctorat de Renée.  Elle a depuis présenté une demande de bourse postdoctorale pour appliquer sa recherche dans de nouveaux domaines à travers le Canada.

Cette collaboration a permis à Renée de retrouver confiance en elle-même : 

« Mon partenariat avec Decode, par l’entremise du programme Mitacs Accélération, a donné un regain d’énergie à mes travaux de recherche. En tentant de relever un défi différent, cela a donné à mes travaux une tangente intéressante qui m’oriente vers une nouvelle étape dans ma carrière. »

Mais le projet n’a pas été bénéfique uniquement pour Renée : « En travaillant avec Renée sur le jeu Get Water, nous avons établi une relation qui nous a donné la possibilité d’intégrer à nos jeux de précieuses données, fondées sur la recherche et provenant de nos utilisateurs ”, souligne Angelique. « Mais surtout, sa recherche nous a aidés à accroître l’efficacité de nos jeux en ce qui concerne la sensibilisation des jeunes filles canadiennes à des enjeux sociaux. ” 
 

Photo : Renée et Angelique présentent leur recherche au Congrès annuel des sciences humaines qui s’est tenu le 1er juin 2015 à l’Université d’Ottawa


Mitacs tient à remercier le gouvernement du Canada, le Programme de stages en recherche et développement industrielle des Réseaux de centres d’excellence, le Programme d’aide à la recherche industrielle du Conseil national de recherches du Canada, l’Agence de promotion économique du Canada atlantique, Alberta Innovates Technology Futures, Research Manitoba et la Research & Development Corporation de Terre-Neuve-et-Labrador ainsi que les gouvernements de la Colombie-Britannique, du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse, de l’Ontario, du Québec et de la Saskatchewan de leur soutien à l’égard du programme Mitacs Accélération.