Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0

Une recherche sur des rivières du Québec a pour but d’améliorer les habitats du saumon de l’Atlantique

Coup d'oeil
Le stagiaire

Piyush Rai de l’Indian Institute of Technology Guwahati

L’accueil

Normand Bergeron, Ph. D., de l’Université INRS

La recherche

Analyse du passage du saumon de l’Atlantique dans des ponceaux

La plupart des rivières du Québec où l’on trouve du saumon de l’Atlantique forment un vaste réseau de chemins forestiers qui croisent des cours d’eau au moyen de ponceaux.

Cet été, Piyush Rai, un stagiaire Globalink, travaille en collaboration avec Normand Bergeron, à l’Université INRS afin de mieux comprendre comment une conception améliorée des ponceaux peut avoir une incidence positive sur la migration et la survie du saumon de l’Atlantique.

Piyush est venu au Québec en provenance de l’Inde où il a commencé très jeune à s’intéresser à la durabilité. Il se rendait souvent dans un parc zoologique où se trouvaient des espèces menacées, comme les tigres, les rhinocéros et les léopards. Il a été attiré par ce projet Globalink parce que le saumon de l’Atlantique est déjà considéré comme une espèce menacée dans certaines régions du Canada et des États-Unis. 

Au cours de son stage de 12 semaines, Piyush partage son temps entre deux stations de recherche : une à l’Université INRS de la ville de Québec, et l’autre dans une région sauvage près de la ville de Sacré-Cœur — à environ trois heures au nord-est de Québec — où il appose sur des saumons de l’Atlantique une étiquette pourvue d’un capteur afin d’étudier leur passage dans divers ponceaux. Ces tunnels peuvent être de forme et de taille différentes et fabriqués à l’aide de divers matériaux. Lorsque des ponceaux sont mal installés ou mal entretenus, ils peuvent devenir des entraves au passage des poissons pour différentes raisons, p. ex. un débit d’eau élevé et l’absence de refuges le long de leur parcours.

Après plusieurs essais d’une durée de 48 heures, Piyush recueillera des données sur le nombre de saumons étiquetés qui ont traversé le ponceau comparativement au nombre d’individus qui n’ont pas quitté une cage installée à l’extrémité d’aval du ponceau. À la fin de son stage, il présentera des mesures permettant de prédire si un ponceau assurera ou non le passage des poissons.

Lorsqu’il n’est pas dans la nature, Piyush découvre les panoramas de la ville de Québec et se fait de nouveaux amis parmi les nombreux résidents qui lui montrent tout ce que la ville a à offrir. Piyush affirme que le stage a été pour lui une expérience complète.

« Le programme Mitacs Globalink ne consiste pas seulement à permettre à des étudiants d’effectuer de la recherche; il les met également en contact avec différentes personnes dans le cadre d’activités, d’ateliers et de visites d’entreprise afin qu’ils puissent donner à leur réseau une portée internationale. »


Mitacs tient à remercier le gouvernement du Canada ainsi que le gouvernement de l’Alberta, le gouvernement de la Colombie-Britannique, Research Manitoba et le gouvernement du Québec pour leur soutien au Programme de stages de recherche Mitacs Globalink. De plus, Mitacs est fier de collaborer avec des partenaires internationaux pour appuyer Globalink, notamment Universities Australia, China Scholarship Council, Campus France, le ministère du Développement des ressources humaines de l’Inde, le secrétariat d’éducation publique du Mexique, l’Institut technologique d’études supérieures Monterrey et l’Université nationale autonome du Mexique, le ministère de l’Éducation de l’Arabie saoudite et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique de la Tunisie et la Mission universitaire de Tunisie en Amérique du Nord.