Les changements climatiques suivis de près

05/22/2015
Un projet Accélération surveille les niveaux d'eau pour aider les entreprises à planifier pour l'avenir

Lorsque la plupart des gens parlent des changements climatiques, c'est en termes généraux ou d'effets à long terme. Mais pour les entreprises qui dépendent des ressources naturelles, les changements subis par l'environnement peuvent avoir des répercussions imminentes et très réelles sur leurs résultats financiers. Dans le cadre du programme Mitacs Accélération, Sina Abadzadesahraei, étudiant de doctorat, a permis à une entreprise d'avoir une idée très claire de ce qui est arrivé aux niveaux d'eau dans le nord de la Colombie-Britannique dans le passé afin qu'elle puisse mieux planifier pour l'avenir.

Sina a amorcé son programme au Département des ressources naturelles et des études environnementales de l'Université de Northern British Columbia lorsqu'il a eu l'occasion de mettre en application ses connaissances spécialisées de la gestion des bassins hydrographiques dans un projet Accélération pour Canfor, un géant dans le domaine du bois d'œuvre.

« Nous avons une usine de pâte à Prince George qui prend son eau dans la rivière Nechako, » explique Mike Bradley, directeur de la Durabilité de Canfor Pulp. « Cela signifie que le niveau de l'eau et sa clarté sont très importants pour nous. Nous sommes préoccupés par l'incidence que pourraient avoir ces changements sur notre entreprise. »

Sina a étudié les niveaux de la Nechako entre 1915 et 2002 et a noté une tendance marquée. « On observe une diminution régulière des niveaux d'eau - au cours des 50 dernières années, le niveau a baissé d'un demi-mètre. »

Il a constaté que Canfor ne prélève qu'un pour cent de l'eau de la rivière Nechako pour son usine. Même si d'autres industries comme l'agriculture, le pétrole et le gaz et les barrages puisent une quantité inconnue d'eau dans la rivière, cela n'explique pas l'importance de cette baisse.

« Ce phénomène est attribuable en partie aux effets qu'à la dendroctone du pin ponderosa sur les forêts dans le secteur, » indique Sina. « Mais la principale raison, ce sont les changements climatiques. »

Mike estime qu'il s'agit de renseignements très précieux. « Ces données révèlent que nous n'aurons pas à modifier nos activités pour le moment. Il y a lieu de s'inquiéter, mais il ne faut pas paniquer. »

Sina fait remarquer que d'autres entreprises dans le secteur pourraient tirer profit de ses travaux de recherche. « Les barrages dans le secteur, l'agriculture locale, voilà autant d'activités qui sont touchées par les niveaux d'eau, et ces renseignements pourraient être utilisés pour planifier en vue de l'avenir. »

Mike ajoute qu'il y a d'autres avantages à mieux connaître les bassins hydrographiques.

« Lorsque nous effectuons une étude de ce genre, cela nous permet de connaître l'état de nos forêts et de nos rivières, nous savons qu'elle est l'empreinte hydrographique laissée par notre entreprise, et nous avons ainsi l'occasion d'être une entreprise socialement responsable. Nos clients veulent que nous adoptions de bonnes pratiques de gestion de l'eau et, grâce à ces renseignements, nous pouvons leur prouver que nous le faisons. »

Sina affirme que son expérience avec Mitacs aura des avantages à long terme pour ses travaux de recherche. « Ces connaissances de base sur les bassins hydrographiques du nord constitueront un complément à mes travaux sur des projets similaires dans d'autres parties de la province - j'aurai une vue d'ensemble de ce qui se passe dans notre environnement et des répercussions sur les entreprises. »


Mitacs tient à remercier le gouvernement du Canada, le programme de Stages en recherche et développement industrielle (SRDI) des Réseaux de centres d’excellence, et le gouvernement de la Colombie-Britannique pour leur soutien à l’égard du programme Mitacs Accélération dans la province.  

 

 

 

 


Contact pour les médias
 

Heather Young
Directrice, Communications
Mitacs
hyoung@mitacs.ca
604-818-0020