Mise à l’échelle numérique de modèles hydrologiques pour les modèles de climat à grande échelle

La résolution spatiale horizontale des modèles climatiques régionaux est à l’heure actuelle encore assez grossière, de l’ordre de la dizaine de kilomètres. Cette résolution engendre une sous discrétisation spatiale du cycle hydrologique continental, et donc une estimation approximative des échanges d’eau et d’énergie entre l’atmosphère et la surface continentale. Pour quantifier les erreurs associées à cette sous discrétisation, et pallier à ce problème, le projet proposé vise à mettre au point une méthodologie de changement d’échelle numérique pour les modèles hydrologiques décrivant le cycle de l’eau continentale. Plus précisément, il s’agit de «partir» d’un modèle hydrologique numérique discrétisé finement puis de le sous discrétiser progressivement afin de : i) quantifier l’évolution des erreurs ; ii) proposer pour chaque discrétisation des paramètres physiques « upscalés » qui minimisent ces erreurs.
Le code numérique utilisé sera HydroGeoSphere, développé conjointement par les Universités Laval et de Waterloo. La méthodologie sera appliquée au bassin versant du Little Washita (USA).

Intern: 
Mathilde Maquin
Faculty Supervisor: 
René Therrien
Project Year: 
2015
Province: 
Quebec
University: 
Partner University: 
Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines