Comme chef de file en simulations informatiques en temps réel afin de soutenir les fabricants mondiaux de véhicules, d’avions et d’infrastructures électriques, l’entreprise québécoise OPAL-RT Technologies sait comment simuler la nouvelle technologie.

Le défi

« Les véhicules autonomes créent de nouveaux défis pour les constructeurs automobiles : ils doivent maintenant prouver que leurs voitures peuvent circuler de façon autonome tout aussi bien, sinon mieux, qu’avec un conducteur humain et en vérifier la sécurité », affirme Yanique Martin, directeur de la R-D d’OPAL-RT, qui explique que l’entreprise a été approchée par un grand constructeur automobile afin de mettre au point des systèmes pour tester des véhicules autonomes.

« Donc, au lieu des 20 millions de milles habituels nécessaires pour tester une nouvelle voiture, les constructeurs doivent maintenant faire 20 milliards de milles d’essais. Vous ne pouvez tout simplement pas faire cela assez rapidement pour vite lancer votre produit sur le marché. »

La solution

C’était un domaine complètement nouveau dans lequel des technologies qui ne sont pas encore très répandues sont utilisées; c’est pourquoi OPAL-RT a dû mettre au point une nouvelle génération de simulateurs pouvant tester des systèmes avant que les véhicules se retrouvent sur la route. Puisque la conception de ces nouveaux simulateurs exige des compétences de pointe, l’entreprise s’est tournée vers Mitacs pour qu’on la mette en contact avec les meilleurs chercheurs pour combler ses besoins.

L’impact

En travaillant avec Mitacs, OPAL-RT a pu avoir accès à des étudiants qui effectuaient de la recherche d’avant-garde. Ils possédaient l’expertise particulière que l’entreprise n’avait pas, ajoutant les couches d’intelligence artificielle et d’automatisation nécessaires pour lancer la plateforme dans le marché. L’entreprise a accueilli plus d’une douzaine de stagiaires, dont plusieurs sont maintenant des employés à temps plein.

« En collaborant avec Mitacs, nous pouvons aller plus loin avec nos fonds et développer notre technologie plus rapidement, tout en ayant accès aux meilleurs talents qui soient », de conclure M. Martin. « Et en fin de compte, nous obtenons aussi un nouveau produit qui rend nos clients heureux. »