Développement d’un modèle de gouvernance et de gestion pour la mise en oeuvre du concept de forêt communautaire au Québec

L’organisme partenaire, soit le CERFO, réalise un mandat de recherche, afin de développer un modèle de gouvernance et de gestion des ressources forestières inspiré du concept des forêts communautaires du nord-est des États-Unis, dans le cadre d’un exercice de planification intégrée à la Forêt Hereford, localisée en Estrie. L’objectif du stage est de définir les conditions de réussite, ainsi que de proposer une structure de gouvernance et un cadre de gestion pour les projets de forêts communautaires au Québec.

Utilisation des matrices biosourcées pour la production de composites bois-polymère (CBP)

Le composite bois-polymère (CBP) est un matériau émergent fait de bois et de plastique. Le plastique est habituellement d'origine fossile. Le projet de recherche propose d'explorer différentes technologies visant à augmenter la proportion de matière biosourcée pour former des CBP écologiques. Ces technologies permettront aux partenaires oeuvrant dans le domaine de la transformation des produits forestiers de percer le marché des produits en plastique.

Potentiel d’atténuation des émissions de gaz à effet de serre des forêts québécoises

Les forêts jouent un rôle essentiel dans l’atténuation des changements climatiques, grâce à la séquestration du carbone sur les sites forestiers et dans les produits du bois, et à la substitution de produits causant de fortes émissions de carbone. Le projet vise à identifier des solutions pour optimiser le potentiel des forêts québécoises pour l’atténuation des changements climatiques, en utilisant la Forêt Montmorency, localisée en zone boréale, comme banc d’essai avant de généraliser à l’ensemble du territoire forestier québécois.

Chaines d’approvisionnement durables en biomasse forestière pour une bioraffinerie

Au Canada, les résidus forestiers constituent une source de biomasse abondante et renouvelable, considérée comme un substitut des combustibles fossiles pour la production des biocarburants.

Dynamique de l’accroissement d’érablière à la suite de coupes de jardinage

Ce projet de recherche porte sur la productivité des érablières à la suite d’une coupe partielle. Une analyse approfondie des caractéristiques des arbres et des peuplements avant la coupe sera faite afin de déterminer celles qui sont associées à une réaction de croissance positive après la récolte. Le même exercice sera répété afin de déterminer les liens qui existent entre les caractéristiques des arbres avant la coupe et la mortalité précoce de certains arbres.

Effets de la quantité et distribution des coupes partielles sur les aspects écologiques et économiques de l’aménagement écosystémique

Des études récentes semblent indiquer que les coupes partielles ne seraient pas aussi bénéfiques qu'on le croyait en termes de conservation de la biodiversité et du fonctionnement des écosystèmes forestiers par rapport aux coupes totale. Les coupes partielles sont toutefois utilisées de plus en plus fréquemment pour répondre à des objectifs de protection de la biodiversité mais peu d’études ont évalué de façon adéquate l’impact de ces méthodes d’aménagements lorsqu’elles sont appliquées sur de grande superficie.

Optimizing Forest Resource Management and Small Scale Wood Manufacturing - A case study with Chief Isaac Inc. business arm of the Tr'ondëk Hwëch’in First Nations, Yukon Territory

Traditionally, the forest management practice in the Dawson City area (YT) has been clear-cut management, in which all trees of a given area are harvested. As the local First Nation (the Tr'ondëk Hwëch’in Nation) seek to become more involved in the management of the local resources, the opportunity has arisen to transition to an alternative approach known as continuous cover forestry. This system is more conducive to their non-economic values, including wildlife, biodiversity and overall sustainability.

Coupes partielles dans des peuplements de la forêt boréale mélangée : Réponses à l'échelle du peuplement, de l’arbre et du sous-bois à un gradient d’intensités sylvicoles

À l’instar d’autres juridictions, le Québec prend un virage écologique en matière d’aménagement forestier. Ce virage l’amène, entre autres, à expérimenter de nouvelles pratiques sylvicoles dont les coupes qui seraient inspirées de la dynamique naturelle des forêts et qui pourraient éventuellement remplacer, en partie, des coupes totales actuellement généralisées en forêt boréale. Avant de mettre en application à grande échelle ces nouvelles approches sylvicoles, il importe de les tester et évaluer, sur une période assez longue, dans cadre expérimental rigoureux.

Développement d’un guide sylvicole basé sur les traits fonctionnels

Le gouvernement du Québec et les entreprises s’orientent vers un aménagement forestier durable de nos écosystèmes forestiers afin d’en conserver la biodiversité et une croissance optimale. Ce projet s’inscrit dans cette lignée, il a pour but d’étudier l’influence des variables environnementales, notamment les perturbations naturelles et anthropiques sur les communautés de sous-bois de la forêt boréale.

Relations entre le climat, les feux, la végétation et la dynamique du carbone organique du sol (COS) dans un contexte des changements climatiques de la pessière à mousses du Québec

La forêt boréale renferme un important stock de carbone organique dans le sol, considéré comme le plus grand réservoir terrestre de carbone au niveau planétaire. Ce stock de carbone s’est accumulé sous l’effet combiné du climat (e.g. la température et les précipitations), des feux et de la végétation Les changements estimés dans le climat et les feux pourraient modifier de façon importante les écosystèmes et menacer leur capacité à stocker du carbone.

Pages