Effet des changements climatiques anticipés sur les bryophytes en forêt boréale mixte

Les changements climatiques influencent la distribution des espèces. Notre étude souhaite étudier cet effet en divisant le climat en deux périodes : climat passé (1950-1980) et actuel (1980-2010) sur la base du basculement des températures mondiales en 1980. Cette étude est réalisée en forêt boréale et se concentre sur les bryophytes (mousses, hépatiques et sphaigne) qui en sont des éléments structurants fondamentaux. Nous souhaitons étudier la distribution des bryophytes en réponse au climat et identifier des espèces bioindicatrices des variations climatiques.

Maintien de la productivité des pinèdes grises en forêt boréale

Les peuplements de pins gris sur sables sont des stations forestières peu résilientes en cas de perturbation ou de changement dans la dynamique de végétation. Dans certaines conditions, l’aménagement forestier peut favoriser le basculement d’une forêt productive vers un état de clairière ouverte. En identifiant les facteurs en cause dans le déficit de croissance du pin gris, cette étude vise à déterminer des indicateurs utiles pour prévenir la perte de productivité sur ces sites. Le maintien de la ressource forestière est un des fondements de l’aménagement forestier durable.

Développement de revêtements retardateurs de flamme auto-stratifiant

Ce projet permettra de préparer des revêtements extérieurs pour le bois possédant plusieurs caractéristiques nécessaires (résistance aux UV, résistance à l?eau, résistance au feu, etc.) à une utilisation plus accrue du bois, que ce soit pour des applications résidentielles, commerciales, industrielles, etc. Ce projet vise le développement de revêtement appliqués en une seule couche mais comportant plusieurs fonctions essentielles à la bonne performance des produits du bois.

Développement d'un nouveau procédé d'amélioration de la stabilité dimensionnelle du bardage en bois massif pour usage extérieur

Le bois est un matériau issu de source renouvelable. Son utilisation présente de nombreux avantages et bénéfices pour les consommateurs, pour l'économie locale et pour l'environnement. Importante source de stockage de carbone biogénique, il est une ressource dont le Canada dispose. Le bardage extérieur en bois massif, est encore très peu utilisé dans le non résidentiel à cause des critères de performance requis sont plus élevés que ceux acceptables dans le résidentiel (stabilité dimensionnelle, durabilité,  fréquence d'entretien).

Forêt s’Adapter : Pour le développement d’une sylviculture favorisant l’adaptation des forêts de la Vallée du Haut-St-Laurent aux changements globaux

Au Canada, la forêt privée joue un rôle fondamental dans le fonctionnement des paysages agro-forestiers en procurant d'importants biens et services tant aux propriétaires des boisés qu'à leurs communautés environnantes. Ces forêts devront faire face à des conditions futures incertaines causées par les changements globaux, comme c'est le cas pour les forêts de la Vallée du Haut-St-Laurent (Qc, Canada) où ce projet se déroule. Ces menaces pourront mettre en péril l’intégrité écologique et la capacité à procurer des services écosystémiques.

Coupe partielle en forêt boréale mixte et coniférienne : Évaluation des impacts sur les communautés de sous-bois, la dynamique successionnelle et l’environnement de croissance des arbres

La forêt boréale revêt une grande importance écologique et économique pour le Québec. Afin de permettre à la fois la récolte durable de la ressource ligneuse et la conservation de la biodiversité et des habitats de cette forêt, les approches sylvicoles visant à réduite les écarts entre les forêts naturelles et aménagées sont appelées à prendre plus de place parmi les traitements sylvicoles utilisés. Les projets de recherche proposés s’inscrivent donc dans une volonté d’atténuer les effets des pratiques sylvicoles sur divers attributs des écosystèmes forestiers boréaux.

Développement de composites bois-polymère avec une haute stabilité dimensionnelle

Une entreprise canadienne désire commercialiser un matériau composite bois-polymère (CBP). Ce matériau vise plusieurs applications, principalement dans le secteur de la construction. Afin de percer ce marché en croissance, l'entreprise travaillera avec l'Université du Québec an Abitibi-Témiscamingue (UQAT) afin de développer des formulations de CBP qui n'absorbent pas d'eau. L'entreprise partenaire bénéficierait de l'expertise de l'UQAT et d'un stagiaire qualifié dans le développement de ce nouveau matériau.

Développement d’un modèle de gouvernance et de gestion pour la mise en oeuvre du concept de forêt communautaire au Québec

L’organisme partenaire, soit le CERFO, réalise un mandat de recherche, afin de développer un modèle de gouvernance et de gestion des ressources forestières inspiré du concept des forêts communautaires du nord-est des États-Unis, dans le cadre d’un exercice de planification intégrée à la Forêt Hereford, localisée en Estrie. L’objectif du stage est de définir les conditions de réussite, ainsi que de proposer une structure de gouvernance et un cadre de gestion pour les projets de forêts communautaires au Québec.

Utilisation des matrices biosourcées pour la production de composites bois-polymère (CBP)

Le composite bois-polymère (CBP) est un matériau émergent fait de bois et de plastique. Le plastique est habituellement d'origine fossile. Le projet de recherche propose d'explorer différentes technologies visant à augmenter la proportion de matière biosourcée pour former des CBP écologiques. Ces technologies permettront aux partenaires oeuvrant dans le domaine de la transformation des produits forestiers de percer le marché des produits en plastique.

Potentiel d’atténuation des émissions de gaz à effet de serre des forêts québécoises

Les forêts jouent un rôle essentiel dans l’atténuation des changements climatiques, grâce à la séquestration du carbone sur les sites forestiers et dans les produits du bois, et à la substitution de produits causant de fortes émissions de carbone. Le projet vise à identifier des solutions pour optimiser le potentiel des forêts québécoises pour l’atténuation des changements climatiques, en utilisant la Forêt Montmorency, localisée en zone boréale, comme banc d’essai avant de généraliser à l’ensemble du territoire forestier québécois.

Pages