Rien sur nous sans nous : la souveraineté des données autochtones

Moneca Sinclaire, Ph. D. est membre de la Nation crie Opaskwayak située le long de la rivière Saskatchewan dans le nord du Manitoba. Ayant récemment terminé un postdoctorat sous la direction du professeur Stephane McLachlan du Département d’environnement et de géographie de l’Université du Manitoba à Winnipeg, elle a joué un rôle crucial au sein de l’équipe à l’origine de Our Data Indigenous, une application mobile inédite qui collecte des données de sondage importantes permettant aux communautés autochtones d’agir sur des questions de santé et de bien-être. 

Oui, Autonopia lave les vitres.

Les méthodes de lavage de vitres des immeubles de grande hauteur étant pratiquement les mêmes depuis 1930, l’heure est venue de les moderniser.  

Autonopia, une petite entreprise, met au point un robot unique en son genre. Il peut descendre en rappel de façon sécuritaire sur tous les types de surfaces de bâtiments, et ce, beaucoup plus rapidement que les humains. 

Un stagiaire cherche à protéger la propriété intellectuelle liée au développement d’un vaccin contre la COVID-19

Selon l’Agence de la santé publique du Canada, on compte un total de 71 486 cas de COVID-19 au 13 mai 2020, dont 83 % en Ontario et au Québec, des provinces qui déplorent à elles deux 92 % du nombre total de décès au pays. Avec un taux de mortalité de 3,4 %, la COVID-19 a créé une demande sans précédent — et croissante — de vaccin.

Utiliser une navette autonome afin de réduire l’insécurité alimentaire

Près du centre-ville de Montréal, le quartier de la Petite-Bourgogne présente plusieurs contrastes. À son extrémité sud, il touche le canal Lachine, une belle piste cyclable et piétonne de 14 kilomètres qui attire des millions de visiteurs chaque année. Au nord, il est délimité par l’autoroute Ville-Marie grise et achalandée. L’une des communautés les plus multiculturelles de la ville, la Petite-Bourgogne abrite des restaurants et boutiques haut de gamme, ainsi qu’une population vulnérable qui connaît des difficultés par rapport à l’insécurité alimentaire.

Revitaliser les langues autochtones grâce aux outils numériques

Lorsque Annalena Felber est venue d’Allemagne pour rejoindre l’Université de la Saskatchewan à l’été 2017 afin de travailler avec la professeure adjointe Marguerite Koole, elles avaient en tête un tout autre projet de recherche d’été.

Les jeunes Canadiens bénéficient de soutien en santé mentale grâce à des politiques qui s’appuient sur des données probantes

La santé mentale évolue au fil du temps, encore plus que la santé physique. Elle est profondément influencée par nos relations avec nos amis, notre famille, nos collègues et notre environnement général, ce qui rend la situation de chaque personne unique. Selon le ministère de la Santé mentale et des Dépendances de la Colombie-Britannique, le suicide est devenu la neuvième cause de décès au Canada. La province enregistre le taux le plus élevé d’hospitalisations liées à des maladies mentales et à la toxicomanie.

Un stagiaire à Ryerson apaise les tensions à Toronto

Florian Mayer, un stagiaire Mitacs Globalink qui a passé son été à l’Université Ryerson à Toronto tente de comprendre comment des villes et des routes peuvent être construites afin de réduire le trafic tout en travaillant à l’amélioration des résultats de santé à long terme dans les villes les plus achalandées au monde. Faisant de la recherche aux côtés de la professeure adjointe Leila Farah, Florian a examiné comment l’environnement urbain affecte la santé publique et comment les planificateurs peuvent travailler avec les communautés afin de l’améliorer à l’échelle locale. 

Des chansons au rythme de la santé du cerveau

Dirigé par la professeure Pascale Tremblay du département de réadaptation, le projet a fourni une occasion de recherche unique à Anne-Christine Bricaud, qui est venue de la France pour passer l’été ici en tant que stagiaire de recherche Mitacs Globalink. Elle travaille avec une équipe à Laval pour déterminer les effets du chant en groupe sur la communication et la santé du cerveau, particulièrement parmi les personnes âgées.

Les morceaux manquants en santé des femmes : une analyse qui tient compte du genre et de la migration pourrait-elle aider?

Anwesha Pathi est une étudiante en études du développement à l’Institut indien de technologie de Madras, toutefois, pendant 12 semaines cet été, elle travaille avec des étudiants des cycles supérieurs, des chercheurs postdoctoraux et des professeurs à l’Université de Montréal (UdeM) à titre de stagiaire de recherche Mitacs Globalink.

La recherche se met à l’écoute des émotions

Travaillant sous la direction du professeur Alexandre Lehmann, l’Australienne ayant une concentration en psychologie utilise l’électroencéphalographie (EEG) pour mesurer les cerveaux de 20 bénévoles pour voir comment ils réagissent à différentes sortes de sons.Karina

Pages