Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0
septembre 2015

Carte postale de l’Inde : un étudiant des cycles supérieurs se penche sur l’adaptation aux changements climatiques de 400 000 pêcheurs en milieu rural

Étant donné que je poursuis mes études de maîtrise en gestion de la durabilité à l’Université de Waterloo, j’ai eu l’occasion d’effectuer une étude sur un village dans la lagune de Chilika dans le cadre de ma thèse. C’est la lagune d’eau saumâtre la plus importante d’Asie, située le long de la côte est de l’Inde, dans l’État d’Odisha.

Plus de 400 000 pêcheurs, appartenant à des castes particulières de pêcheurs, comptent habituellement sur cette lagune pour gagner leur vie. Pour mon projet de recherche, qui se déroulait sur l’île Khirisahi, j’ai analysé la façon dont ils perçoivent les changements environnementaux et s’y adaptent.

Ma recherche a démontré que ce village en particulier est négativement touché par des facteurs comme le manque d’espace pour pêcher, une diminution des revenus quotidiens, les conflits avec un village voisin et le manque de communication entre les villages pêcheurs. Ces facteurs découlent de facteurs anthropiques, par exemple une nouvelle embouchure de la mer, l’aquaculture des crevettes, une modification des techniques de pêche comme le remplacement des filets de pêche traditionnels par des filets synthétiques et le raccordement de l’île Khirisahi au moyen d’une route. Pour ce qui est de la durabilité à long terme de la lagune, il faut tenir compte de l’opinion de ce groupe minoritaire de pêcheurs dans l’élaboration des politiques. Les autres recommandations portent notamment sur l’abolition de l’aquaculture des crevettes, le raccordement de l’île au moyen d’un pont au lieu d’une route et le retour aux techniques de pêche traditionnelles.

Je désire remercier mon superviseur d’attache, Prateep Nayak, et mon cosuperviseur, Derek Armitage, de l’Université de Waterloo, au Canada, pour la direction méthodologique et théorique qu’ils ont donnée à mes travaux de recherche. Leurs commentaires opportuns sur le processus et les résultats de ma recherche ont été des plus utiles.

J’ai également vécu une expérience d’apprentissage exceptionnelle auprès de mon superviseur d’accueil, Vishal Narain, du Management Development Institute à Gurgaon, en Inde. Il a joué un rôle de premier plan en me guidant sur le terrain en plus de formuler des commentaires extraordinaires sur les aspects touchant la gouvernance et la politique de ma recherche. J’aimerais également remercier mon interprète, M. Tapan, qui m’a aidé pendant trois mois lors de mes visites sur le terrain.

Mon expérience sur le terrain avec les pêcheurs de Khirisahi a été sublime. J’ai non seulement acquis une expérience universitaire, mais j’ai aussi constaté à quel point il est difficile pour les pêcheurs de vivre dans un système socioécologique en évolution tout en gardant l’espoir de connaître un avenir meilleur.

Mon projet de recherche fait partie d’un projet de recherche permanent appelé « Vivre avec les changements climatiques » (VCC) financé par le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) du Canada en vertu d’une subvention de développement de partenariat (SDP). J’ai présenté les résultats de ma recherche lors d’un atelier international sur le projet « Vivre avec les changements climatiques » organisé en collaboration avec l’organisme Women in Environment, qui s’est déroulé à Kathmandu, au Népal, du 17 au 22 août 2014, ainsi que lors du 2nd World Small Scale Fisheries Congress, qui s’est tenu à Merida, au Mexique, du 21 au 26 septembre 2014.                                      

Je remercie Mitacs de m’avoir octroyé une bourse de recherche Globalink; Mitacs m’a accordé non seulement un soutien financier, mais aussi un appui moral et intellectuel pendant mes travaux de recherche. Je remercie également très chaleureusement les gens de Khirisahi qui ont collaboré avec moi et qui m’ont considéré comme un membre de leur collectivité pendant mon séjour chez eux.

Pour en savoir plus sur la manière dont vous pourriez vous aussi aller effectuer de la recherche à l’étranger, consultez en ligne la rubrique des Bourses de recherche Mitacs Globalink.


Mitacs remercie le gouvernement du Canada et le gouvernement de l'Ontario de leur soutien à l’égard du programme de Bourses de recherche Globalink dans cet article. À l’échelle du Canada, le programme Globalink reçoit également le soutien d’Alberta Innovates, du gouvernement de la Colombie-Britannique, du gouvernement du Nouveau-Brunswick, du gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, du gouvernement de la Nouvelle-Écosse, du gouvernement de l’Île du Prince Édouard, du gouvernement du Québec, du gouvernement de la Saskatchewan et de Research Manitoba.

De plus, Mitacs est fier de collaborer avec des partenaires internationaux pour appuyer ce programme, notamment Campus France et Inria de la France, le ministère du Développement des ressources humaines (MHRD) de l’Inde et le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique de la Tunisie, Japan Society for the Promotion of Science ainsi que la Mission Universitaire de Tunisie en Amérique du Nord.


Êtes-vous confronté à un défi d’affaires qui pourrait bénéficier d’une solution de recherche? Si tel est le cas, contactez Mitacs aujourd’hui pour discuter des opportunités de partenariat : BD@mitacs.ca