Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0

Combattre la maladie grâce à la technologie

Les établissements et organismes de santé qui traitent les personnes atteintes du VIH sont sans cesse à la recherche de nouveaux moyens de maximiser les bienfaits des programmes qu’ils instaurent pour leurs patients et la communauté en général. À cet égard, l’intervention directe constitue l'un des meilleurs moyens de prévenir la propagation de la maladie, mais cette intervention doit être ciblée de manière stratégique si l’on souhaite obtenir le meilleur rapport coût-bénéfice.

Bojan Ramadanovic, boursier de recherche postdoctorale Accélération, mène des travaux de recherche au Centre Interdisciplinary Research in the Mathematical and Computational Sciences (IRMACS) de l’Université Simon Fraser. M. Ramadanovic se spécialise en modélisation mathématique de systèmes sociaux complexes, et s’intéresse notamment à la propagation des maladies et à la prestation de soins de santé. Dans le cadre d’un projet du programme Accélération de Mitacs, M. Ramadanovic et son superviseur universitaire, Alexander Rutherford, Ph. D., ont fait équipe avec la société pharmaceutique Merck Canada inc. dans le cadre d’un partenariat visant la conception d’un modèle évolué capable de suivre la propagation du VIH au sein de la communauté de l’est du centre-ville de Vancouver. Il n’existe aucun vaccin contre le VIH, ni aucun traitement définitif de la maladie. Dans ce contexte, la prévention de l’infection et le traitement des personnes atteintes constituent pour le moment les seuls moyens de limiter la propagation de la maladie. Merck Canada s’intéresse à ces questions en tant que fabricant de médicaments antirétroviraux utilisés dans le traitement des patients atteints du VIH et dans l’amélioration de leur qualité de vie. 

« Nous avons examiné les divers types d’interventions destinées actuellement à ralentir la propagation du VIH, a indiqué M. Ramadanovic. Celles-ci comprennent la fréquence accrue des examens, le traitement précoce des personnes infectées, la prévention antidrogue et la sensibilisation aux dangers de contracter la maladie par le partage d'aiguilles souillées. Nous avons ensuite créé un modèle informatique complexe permettant de suivre le VIH dans la communauté pour déterminer de manière précise l’effet de chacun de ces types d’interventions », poursuit M. Ramadanovic. 

« La modélisation nous a permis d’évaluer l’efficacité de chacune des méthodes d’intervention. Grâce aux résultats obtenus, les fournisseurs de soins pourront diriger leurs ressources de manière plus informée et optimiser ainsi l'efficacité de leur programme de soins dans le but de réduire la propagation du VIH. »

Les résultats tirés de la modélisation ont été utilisés dans le cadre de la stratégie de traitement du Centre d'excellence VIH de la Colombie-Britannique.

Marie-Claude Meilleur, membre de l'équipe recherche sur les résultats et l'économie de la santé chez Merck Canada, affirme que les travaux de M. Ramadanovic ont permis à l’entreprise d’acquérir de toutes nouvelles connaissances.

« Les recherches qu’il a menées sont extrêmement complexes, explique Mme Meilleur. Elles se situent aux limites de ce que peut accomplir la simulation par modélisation informatique dans le domaine de la santé. Nous avons beaucoup appris de ses travaux. Ce stage du programme Accélération nous a permis de bénéficier des plus récentes techniques issues du milieu universitaire. Personne chez Merck Canada ne possède un degré d’expertise technique aussi élevé que celui de M. Ramadanovic. Ce docteur en mathématiques est vraiment un être exceptionnel ! »

« Quoi qu’il arrive, au bout du compte, toute notre attention est toujours tournée vers le patient. Ainsi, la recherche menée par M. Ramadanovic aidera les fournisseurs de services de santé à définir les meilleures politiques, puis à maximiser leur efficacité pour faire une différence dans la santé des patients et dans celle de la communauté. »

Mitacs remercie le gouvernement du Canada, le programme de Stages en recherche et développement industrielle (SRDI) des Réseaux de centre d’excellence, le ministère de la Diversification économique de l’Ouest et le gouvernement de la Colombie-Britannique pour leur soutien au programme Accélération.