Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0
mai 2013

Cultiver des espèces d’arbres indigènes pour créer un environnement sain

Moins de la moitié des arbres qui poussent actuellement en milieu urbain dans le monde sont des espèces indigènes. On importe dans les villes une majorité d’espèces d’arbres pour des raisons esthétiques, mais cette façon de faire a des répercussions majeures sur la faune.

En fournissant abris et sources de nourriture aux animaux et aux insectes présents naturellement dans une région donnée, les espèces d’arbres indigènes sont reconnues pour stimuler les écosystèmes. Par contre, les bénéfices exacts liés au fait de planter des espèces d’arbres indigènes n’avaient jamais été mesurés au Canada.

Dans le cadre d’un stage Mitacs Accélération, Eric Davies, candidat au doctorat à la faculté de Foresterie de l’Université de Toronto, s’est joint à l’équipe d’arboriculteurs de la société Treefeed.ca afin d’évaluer avec précision les bienfaits que peuvent avoir les espèces d’arbres indigènes pour l’écosystème et pour la faune. Pour ce faire, Davies a effectué un recensement détaillé de diverses espèces d’arbres, sous la supervision de la professeure Sandy Smith, Ph.D.

« Les espèces d’arbres indigènes sont une composante majeure de l’habitat des insectes et des oiseaux, favorisant la santé de l’écosystème et de l’environnement, commente M. Davies. Pendant le projet, j’ai analysé le nombre d’oiseaux et d’insectes vivant dans les espèces d’arbres indigènes pour découvrir qu’il peut y avoir jusqu’à 25 fois plus d’activité dans leur habitat que dans ceux qui sont composés d’espèces d’arbres importées. » 

« Tous ces insectes jouent un rôle très important dans la santé globale des écosystèmes, en agissant comme pollinisateurs ou comme prédateurs naturels pour divers parasites, et en servant de nourriture aux oiseaux et à d’autres animaux. Dans certaines espèces d’arbres étrangères, comme le ginkgo biloba, nous avons pu constater une absence quasi complète d’activité chez les insectes. »

La recherche s’est aussi penchée sur les effets des fertilisants sur les arbres. On a ainsi découvert qu’un des grands avantages de la fertilisation est l’épaississement des feuilles, qui fournissent ainsi davantage de nourriture aux insectes. 

L’utilisation d’espèces d’arbres indigènes est d’ailleurs recommandée par l’organisme The Sustainable Sites Initiative, qui a conçu une nouvelle grille d’analyse destinée à assurer la viabilité écologique des aménagements paysagers. Cette grille est de plus en plus utilisée au Canada. 

Le directeur de Treefeed.ca, Dave Buttivant, a par ailleurs confirmé que son entreprise a pu bénéficier directement des travaux d’Eric Davies sur l’utilisation des espèces d’arbres indigènes et leur fertilisation.

« Pour notre entreprise, le plus grand bénéfice de ce projet a été de nous fournir des preuves scientifiques solides justifiant notre approche, ce qui nous permet aujourd’hui de nous démarquer de nos concurrents motivés uniquement par le profit », explique le directeur.

« À notre avis, la raison d’être de l’industrie arboricole doit être de choisir les bons arbres pour les planter aux bons endroits, poursuit M. Buttivant. Or, à l’heure actuelle, tout porte à croire que l’emploi d’espèces d’arbres indigènes est la solution la plus sensée. Grâce à la recherche d’Eric, nous pouvons maintenant aller au-devant de nos clients et leur indiquer précisément quelles espèces d’arbres indigènes conviennent le mieux à leur environnement, et nous possédons les données factuelles pour prouver ce que nous avançons. »     

Pour sa part, Eric Davies affirme que la nature concrète des tâches effectuées dans le cadre de son stage Mitacs Accélération lui a permis d’acquérir des aptitudes pratiques qu’il n’aurait jamais pu développer à l’université.

« Mitacs m’a fait découvrir un tout autre aspect de la recherche, celui de la recherche appliquée, qui profite à l’industrie. De plus, grâce au réseau de contacts que j’ai pu développer au cours du projet, de nouvelles occasions de carrière s’offrent maintenant à moi. »


Mitacs remercie le gouvernement du Canada et le gouvernement de l’Ontario de leur soutien à l’égard du stage de recherche Accélération dans cet article. À l’échelle du Canada, le programme Accélération reçoit également le soutien d’Alberta Innovates, du gouvernement de la Colombie-Britannique, du gouvernement du Nouveau-Brunswick, du gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, du gouvernement de la Nouvelle-Écosse, du gouvernement de l’Île du Prince Édouard, du gouvernement du Québec, du gouvernement de la Saskatchewan et de Research Manitoba.

Êtes-vous confronté à un défi d’affaires qui pourrait bénéficier d’une solution de recherche? Si tel est le cas, contactez Mitacs aujourd’hui pour discuter des opportunités de partenariat : BD@mitacs.ca