Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0
août 2016

Des chercheurs utilisent la chimie pour s’attaquer à la tordeuse des bourgeons de l’épinette

Coup d'oeil
Le stagiaire

Zhen Xiao de l’Université Beihang, Chine

L’accueil

Professeur David Magee du Département de chimie de l’Université du Nouveau-Brunswick

La recherche

Enquête sur des agents antiparasitaires non toxiques pour gérer la propagation de la tordeuse des bourgeons de l’épinette

Dans l’est de l’Amérique du Nord, les forêts sont de plus en plus menacées par la prolifération de la tordeuse des bourgeons de l’épinette. En dévorant les épines, les cônes et les fleurs, la tordeuse des bourgeons de l’épinette affaiblit le bois des sapins baumiers et des épinettes, ce qui les rend sensibles aux maladies et à la mort.

Dans l’est de l’Amérique du Nord, les forêts sont de plus en plus menacées par la prolifération de la tordeuse des bourgeons de l’épinette. En dévorant les épines, les cônes et les fleurs, la tordeuse des bourgeons de l’épinette affaiblit le bois des sapins baumiers et des épinettes, ce qui les rend sensibles aux maladies et à la mort.

L’infestation par la tordeuse des bourgeons de l’épinette qui s’est déclarée récemment au Québec a entraîné une perte de revenus potentiels de plusieurs millions de dollars pour l’industrie du bois d’œuvre du Canada et menacé des forêts dans le nord du Nouveau-Brunswick. C’est ce qui a incité des chercheurs de l’Université du Nouveau-Brunswick (UNB) et de l’Université Carleton à former un partenariat pour la mise au point de solutions afin d’éloigner les ravageurs forestiers.Zhen

Cet été, Zhen Xiao, un stagiaire de recherche Mitacs Globalink, cherche à déterminer si la chimie pourrait fournir l’une de ces solutions. Zhen effectue de la recherche sur la production d’agents antiparasitaires fabriqués à partir des propres signaux de reproduction de la tordeuse des bourgeons de l’épinette - appelés phéromones - pour prévenir une infestation possible.

Lorsque les phéromones sont appliquées sur un arbre dans une forêt infestée, la tordeuse mâle n’est plus capable de trouver des femelles au cours de la saison de reproduction. Cette technique produit les mêmes effets qu’un agent antiparasitaire en limitant la capacité de l’insecte à se reproduire.

Zhen et son professeur utilisent des produits chimiques en laboratoire pour produire de grandes quantités d’une version synthétique de la phéromone. La recherche constitue une étape importante vers la production de masse de la phéromone afin de contrôler les populations de tordeuses des bourgeons de l’épinette dans l’est de l’Amérique du Nord. On espère que les travailleurs forestiers pourront prévenir de futures infestations comme celle qui a frappé le Québec.

Le stage a ouvert les yeux de Zhen sur une nouvelle possibilité en ce qui concerne la poursuite de ses études universitaires. « L’Université du Nouveau-Brunswick est un endroit formidable pour effectuer de la recherche », explique-t-il. « Le département dispose d’une foule d’équipements de grande qualité et de très bonnes installations pour la recherche. Mais ce que j’aime le plus du Canada et de l’université, ce sont les gens. Mon professeur est très gentil et les autres étudiants sont très serviables. »

« Il m’apparaît évident que tout le monde prend la recherche à cœur et fait de son mieux. Je vais certainement envisager la possibilité de revenir au Nouveau-Brunswick pour faire ma maîtrise. »


Mitacs tient à remercier le gouvernement du Canada ainsi que le gouvernement de l’Alberta, le gouvernement de la Colombie-Britannique, Research Manitoba et le gouvernement du Québec pour leur soutien au Programme de stages de recherche Mitacs Globalink. De plus, Mitacs est fier de collaborer avec des partenaires internationaux pour appuyer Globalink, notamment Universities Australia, China Scholarship Council, Campus France, le ministère du Développement des ressources humaines de l’Inde, le secrétariat d’éducation publique du Mexique, l’Institut technologique d’études supérieures Monterrey et l’Université nationale autonome du Mexique, le ministère de l’Éducation de l’Arabie saoudite et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique de la Tunisie et la Mission universitaire de Tunisie en Amérique du Nord.