Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0
décembre 2012

Entretien avec un lauréat : SayedMasoud Hashemi Amroabadi

Mitacs tient à féliciter pour ses recherches Sayed Masoud Hashemi Amroabadi, un étudiant diplômé en biomatériaux et génie biomédical de l’Université de Toronto. M. Hashemi s’est associé à Toshiba Medical Systems pour mener une recherche sur une nouvelle adaptation de l’approche de débruitage d'image par minimisation de la variation totale.

 Cette initiative de recherche lancée dans le cadre du programme Mitacs Accélération  a permis d’élaborer une méthode réduisant de 78 % le bruit dans les images de tomographie par ordinateur (images CT) utilisées en médecine, diminuant d’autant l’exposition des patients aux rayonnements, et en préservant la haute qualité de l’image. Grâce à cette méthode, les patients sont moins exposés aux effets nocifs des rayons X. M. Hashemi est le lauréat 2012 du Prix Mitacs pour l’application novatrice. C’est l’honorable Gail Shea, ministre du Revenu national, qui a remis cette distinction à M. Hashemi  lors de la deuxième cérémonie annuelle des prix Mitacs, qui s’est tenue à Ottawa le 28 novembre 2012. Découvrons les travaux de M. Hashemi.

Quel est, à vos yeux, le plus grand avantage d’un stage du programme Mitacs Accélération ?

Grâce au programme Mitacs Accélération, j’ai eu la chance de collaborer avec Toshiba Medical Systems, un chef de file dans son domaine. Sans vouloir minimiser l’apport financier de Mitacs, ce qui m’a le plus marqué est la possibilité de côtoyer les scientifiques et spécialistes de la tomographie de Toshiba. Grâce à leurs conseils, j’ai pu me familiariser avec le tomodensitomètre utilisé pendant ma recherche. Qui plus est, ma collaboration avec eux m’a permis de trouver de nouvelles réponses à mes questions ainsi que de nouveaux débouchés pour ma recherche.

Quelle est la principale compétence que doivent acquérir les étudiants diplômés avant de faire leurs premiers pas dans l’industrie ?

Mon stage m’a permis de constater à quel point le milieu universitaire diffère de celui de l’industrie. Trois éléments m’ont surtout surpris :

Les rapports que me demandait de produire mon superviseur chez Toshiba devaient contenir des renseignements qui contrastaient avec ceux qu’on me demandait à l’université. J’ai appris une nouvelle façon de présenter mes données.

Pour mener efficacement leurs activités de recherche, les stagiaires doivent posséder des compétences techniques concrètes, notamment en matière de langage de programmation et de conception de circuits. Grâce à mon stage, j’ai pu perfectionner ces compétences et mieux me préparer pour l’avenir.

Les activités que j’ai menées pendant mon stage n’avaient rien à voir avec celles de mes études universitaires. À l’université, il était question de réunions, de discussions et de proposition de sujets d’étude. Mon stage m’a donné l’occasion de présenter mes résultats dans un nouvel environnement.

Que conseillez-vous aux étudiants diplômés qui envisagent de participer au programme Mitacs Accélération ?

Le programme Mitacs Accélération facilite le passage de l’université à l’industrie. Il agit comme un guichet de possibilités d’emploi après l’obtention du diplôme. Si Mitacs propose un stage dans votre domaine de recherche, je vous recommande fortement de soumettre votre candidature et de saisir cette chance unique qui vous est offerte.

Quels sont vos plans d’avenir? Où serez-vous rendu dans cinq ans?

Ma participation à un stage du programme Mitacs Accélération m’a donné une longueur d’avance sur mes condisciples du doctorat, car j’ai maintenant de l’expérience du terrain. Cette aventure m’a aussi fait réaliser que je préférais le milieu de l’industrie au milieu universitaire. En raison de mes domaines de spécialité (l’imagerie et le traitement des signaux), l’imagerie médicale semble un domaine tout indiqué pour moi. En ce moment, je conçois de nouveaux outils mathématiques pour la reconstruction d’images CT à partir de scintigraphies à très faible dose. Ces outils s’intégreront aux prochains tomodensitomètres mis en marché par les différents fabricants.

Mon objectif à court terme est de perfectionner ma technique en m’associant avec une importante entreprise d’imagerie médicale. Ces trois dernières années, j’ai travaillé dans l’industrie et dans le secteur hospitalier, ce qui m’a aidé à mieux comprendre les défis que devra relever le système de santé en matière d’ingénierie. Cette expérience jette les bases de mon objectif à long terme : devenir un entrepreneur et créer des technologies novatrices pour, espérons-le, aider le système de santé à relever ses défis d’ingénierie.


Mitacs remercie le gouvernement du Canada et le gouvernement de l’Ontario de leur soutien à l’égard du stage de recherche Accélération dans cet article. À l’échelle du Canada, le programme Accélération reçoit également le soutien d’Alberta Innovates, du gouvernement de la Colombie-Britannique, du gouvernement du Nouveau-Brunswick, du gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, du gouvernement de la Nouvelle-Écosse, du gouvernement de l’Île du Prince Édouard, du gouvernement du Québec, du gouvernement de la Saskatchewan et de Research Manitoba.

Êtes-vous confronté à un défi d’affaires qui pourrait bénéficier d’une solution de recherche? Si tel est le cas, contactez Mitacs aujourd’hui pour discuter des opportunités de partenariat : BD@mitacs.ca