Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0
novembre 2013

Entrevue avec Cindy Chamberland, lauréate du Prix Mitacs

Voici une entrevue exclusive avec Cindy Chamberland, stagiaire Mitacs Accélération et lauréate du Prix Mitacs pour une innovation exceptionnelle d'un(e) stagiaire postdoctoral, qui lui a été remis lors de la 3e cérémonie annuelle des Prix Mitacs, le 19 novembre à Ottawa. Cindy a effectué un stage Mitacs Accélération en collaboration avec Ubisoft Québec sous la supervision de Sébastien Tremblay, Ph. D., au Département de psychologie de l’Université Laval.

Parlez-nous un peu de la recherche que vous avez effectuée dans le cadre du programme Accélération, et qui vous a valu le Prix Mitacs pour une innovation exceptionnelle d’un(e) stagiaire postdoctoral.

Dans le cadre de mon stage chez Ubisoft Québec, je devais vérifier si l’analyse du mouvement des yeux durant une séance de jeu vidéo pouvait servir d’outil d’évaluation du processus cognitif engagé pendant le jeu, et peut-être servir aussi à bonifier les essais de convivialité traditionnels et à optimiser l’évaluation du plaisir ressenti par le joueur. Les résultats d’ensemble indiquent qu’il existe une relation entre l’issue du jeu et les mouvements d’yeux du joueur. Nous sommes parvenus, par exemple, à reconnaître les éléments que le joueur doit regarder dans l‘interface de jeu pour augmenter ses chances de réussite. Par ailleurs, nos résultats démontrent que les concepteurs de jeux de vidéos gagneraient beaucoup à tenir compte des limites cognitives humaines. De fait, nos recherches ont montré que les joueurs pouvaient souffrir de cécité inattentionnelle en naviguant dans le didacticiel ou dans le jeu lui-même. La cécité inattentionnelle est un phénomène lors duquel une personne ne remarque pas les changements dans une scène visuelle lorsqu’elle se trouve submergée par les tâches à effectuer.

Quel est le plus grand bénéfice que vous avez retiré de votre stage ? Comment cette expérience a-t-elle enrichi votre expérience en recherche ou en quoi profitera-t-elle à votre carrière ?

Le programme Mitacs Accélération m’a permis de travailler à un projet novateur qui s'inscrit dans le futur d'une industrie en pleine croissance, particulièrement dans une ville comme Québec, où plusieurs grands acteurs du secteur des jeux vidéo travaillent avec acharnement à l’élaboration de nouvelles approches de pointe visant à créer une expérience de jeu inédite. Mon stage fut aussi, pour moi, une occasion unique de découvrir un tout nouveau réseau de professionnels avec qui je devrais pouvoir poursuivre ce type de recherche et pouvoir continuer d’échanger mes idées et mes préoccupations quant à l'avenir d'un rapprochement entre les sciences cognitives et la conception de jeux vidéo.

Quel conseil donneriez-vous aux chercheurs postdoctoraux qui songent à effectuer un stage Mitacs Accélération ?

Les chercheurs devraient faire preuve d’initiative et contacter eux-mêmes les entreprises. Aussi, ils ne doivent pas sous-estimer l'intérêt de celles-ci pour la recherche !

Quel a été le moment le plus marquant de votre stage Mitacs Accélération ?

Le moment le plus marquant de mon stage fut certainement la présentation de mes travaux aux différents acteurs de la conception de jeux chez Ubisoft. Je leur ai montré l'étendue des travaux qui peuvent être menés en psychologie cognitive ainsi que la manière dont ceux-ci pourraient être appliqués à des situations très concrètes comme la conception de jeu. J’ai également présenté les avantages que pourrait entraîner pour tous une collaboration étroite entre les deux activités de pointe que sont la recherche en sciences cognitives et la conception de jeux vidéo.

Quels sont vos projets d’avenir ? Où vous voyez-vous dans cinq ans ?

J’aspire à devenir bientôt professeure d’université pour pouvoir partager mes connaissances et mon expérience avec des étudiants, les guider dans leurs recherches et les aider à atteindre leurs objectifs de scientifiques en devenir. J'aimerais également gérer mon propre laboratoire, où mes étudiants pourraient travailler et collaborer à des initiatives de recherche de pointe comme celle que j’ai menée. Ils pourraient aussi poursuivre cette sorte de pollinisation croisée entre des domaines qui semblent très différents à première vue, mais qui en réalité visent les mêmes objectifs.