Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0
Juil 2015

Jeter les bases pour l’amélioration de la sécurité lors d’un tremblement de terre

Lors d’un séisme, le risque le plus important de blessures ou de décès vient de l’effondrement des immeubles et des structures en raison de l’effet composé des forces lors de l’événement sismique.

Marina Maciel jette actuellement les fondations pour connaître du succès dans sa carrière. Étudiante de premier cycle en génie civil de l’Universidade Federal de Santa Maria au Brésil, Marina cherche des moyens de rendre les immeubles plus sécuritaires lors de séismes sous la supervision du professeur Dan Palermo au Département de génie civil de l’Université York. Ensemble, ils réalisent des travaux pour mettre à l’essai, analyser et préciser un nouveau type de technique de renforcement pour les murs en béton afin qu’ils résistent mieux aux tremblements de terre de forte magnitude.

Lors d’un séisme, le risque le plus important de blessures ou de décès vient de l’effondrement des immeubles et des structures en raison de l’effet composé des forces lors de l’événement sismique. Marina travaille avec des modèles informatisés pour simuler la façon dont les immeubles résistent aux forces d’un tremblement de terre avec le temps. Elle vérifie si la magnitude ou la fréquence des ondes de force du tremblement de terre joue un rôle important dans le risque d’effondrement, puis utilise les modèles pour préciser les mesures de renforcement lors de la construction des immeubles.

Les techniques de renforcement que le professeur Palermo et son équipe mettent au point pourraient permettre aux murs en béton de mieux résister à l’effet composé des forces, puis à retrouver leur forme initiale après un tremblement de terre. Les mesures de renforcement pourraient être appliquées pour remettre en état des fondations existantes, ce qui aurait pour effet de préserver les immeubles et de peut-être sauver des vies. Les modèles informatisés de Marina aident l’équipe à améliorer la composition du béton afin qu’il ait de meilleures chances de réussite lors d’un événement sismique.

Pour Marina, son stage Mitacs Globalink a allumé une nouvelle passion pour la recherche.

« Au début de mes études de premier cycle, je voulais travailler directement dans l’industrie. Mais maintenant, des études supérieures m’attirent parce que j’aimerais en apprendre le plus possible avant de commencer à mettre mes connaissances à contribution dans le monde extérieur. »

En fait, son professeur l’a déjà invitée à revenir pour poursuivre plus tard ses études, et elle pourrait également présenter sa candidature pour obtenir une Bourse aux cycles supérieurs Globalink.

Alors que son stage en est à ses dernières semaines, Marina pense à l’été qu’elle a passé au Canada. « Il y a tellement de choses qui font du programme Mitacs Globalink une expérience fantastique et unique. Je suis très reconnaissante d’avoir eu l’occasion d’en apprendre autant sur le plan de la recherche et sur le plan personnel. »


Mitacs remercie le gouvernement du Canada et le gouvernement de l'Ontario de leur soutien à l’égard du stage de recherche Globalink dans cet article. À l’échelle du Canada, le programme Globalink reçoit également le soutien d’Alberta Innovates, du gouvernement de la Colombie-Britannique, du gouvernement du Nouveau-Brunswick, du gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, du gouvernement de la Nouvelle-Écosse, du gouvernement de l’Île du Prince Édouard, du gouvernement du Québec, du gouvernemnet de la Saskatchewan et de Research Manitoba.

Mitacs est fier de collaborer avec des partenaires internationaux pour appuyer le programme Globalink, notamment le Coordenação de Aperfeiçoamento de Pessoal de Nível Superior du Brésil, le China Scholarship Council, Campus France, le ministère du Développement des ressources humaines de l’Inde, l’Institut technologique d’études supérieures de Monterrey du Mexique et l’Université nationale autonome du Mexique.


Êtes-vous confronté à un défi d’affaires qui pourrait bénéficier d’une solution de recherche? Si tel est le cas, contactez Mitacs aujourd’hui pour discuter des opportunités de partenariat : BD@mitacs.ca