Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0
janvier 2019

La C.-B. prend de l’avance

Presque tous les résidents de la C.-B. ont entendu parler « du gros ». C’est un tremblement de terre catastrophique avec une chance sur 10 de frapper la province au cours des 50 prochaines années. Il est conseillé aux individus et aux familles d’avoir des trousses pour les séismes et d’apprendre quoi faire avant, pendant et après la secousse.

Le besoin de la province d’être prête est encore plus urgent. Un tremblement de terre a un effet domino sur les infrastructures et les services. Il peut interrompre l’électricité et endommager les voies ferroviaires et les ponts. Il perturbe les services essentiels dont les hôpitaux et le personnel d’urgence ont besoin pour accomplir leurs tâches. Bien qu’en moyenne, 3 000 séismes aient lieu chaque année en C.-B., l’état de préparation de la province n’a pas été mis à l’épreuve récemment par un événement majeur. Mais ça pourrait arriver n’importe quand.

Emergency Management BC (EMBC) est l’agence de coordination responsable de toutes les activités de gestion des urgences. La Colombie-Britannique travaille actuellement avec ses partenaires pour le développement et la mise en œuvre d’un système complet d’alerte sismique précoce (Earthquake Early Warning - EEW) qui crée une alerte afin d’avertir de l’arrivée éminente d’une secousse sismique causant des dommages. Un système d’alerte sismique précoce peut fournir plusieurs secondes de préavis et donc une occasion de déclencher des actions immédiates et même automatiques qui peuvent sauver des vies.

Afin de profiter d’un système d’alerte sismique précoce, EMBC avait besoin de mieux comprendre les actions qui devraient avoir lieu pendant ou immédiatement après une alerte. Ils avaient besoin de renseignements sur la façon dont d’autres juridictions gèrent ces situations, ainsi que sur les pratiques exemplaires qui peuvent être appliquées dans l’environnement unique de la C.-B.

EMBC s’est tourné vers la Bourse pour l’élaboration de politiques scientifiques canadiennes de Mitacs afin de trouver l’expertise pour le projet. La bourse donne accès à des titulaires de doctorat hautement qualifiés de l’ensemble du pays et elle a permis à EMBC de créer un catalogue d’actions recommandées en cas d’alerte sismique précoce.Bourse pour l’élaboration de politiques scientifiques canadiennes

Jyoti Upadhyaya est arrivée avec les compétences et l’expertise universitaire dont EMBC avait besoin. Elle a un doctorat en ingénierie de l’Université de Windsor et une vaste expérience dans la conception, le développement et la gestion de projets d’infrastructures. « Ses connaissances, ses compétences et son approche unique à la résolution de problème l’ont aidé à comprendre rapidement le sujet très technique des systèmes d’alerte sismique précoce », dit Robert White, spécialiste sismique, EMBC.

Bien que située en Ontario au départ, Jyoti était ouverte aux nouvelles occasions. « J’avais entendu parler de Mitacs », explique-t-elle. « Lorsque j’ai vu la bourse auprès d’EMBC, je savais que mon expérience en ingénierie des infrastructures et en recherche multidisciplinaire pourrait aider. » Elle commença le projet avec une charte pour définir ses valeurs pour le public et le gouvernement, une approche scientifique à la recherche de pratiques exemplaires à l’échelle mondiale et s’assura d’inclure la participation de parties internes et externes qui pouvaient orienter les recommandations.

Il était essentiel de recueillir des informations de partout au monde. Jyoti a fait de la recherche auprès de neuf pays qui ont mis en œuvre ou qui mettent en œuvre un système d’alerte sismique précoce et des actions en réponse. Par des entrevues et la participation à des groupes de travail, elle a acquis des connaissances détaillées sur comment d’autres tentent d’aborder les tremblements de terre dévastateurs. « Au Japon, par exemple, affirme-t-elle, les services publics peuvent être automatiquement fermés. »

À l’aide de sa recherche, Jyoti a résumé plus de quatre douzaines de pratiques exemplaires qui peuvent être appliquées afin de sauver des vies en C.-B. s’il devait y avoir un séisme important. Certaines incluent des interventions automatiques en cas d’urgence telles que d’ouvrir les portes des casernes de pompiers et de fermer les conduites de gaz. Certaines sont mises en œuvre par des personnes, comme l’arrêt d’une chirurgie par les médecins. D’autres énumèrent des actions pour les personnes, comme quoi faire si vous conduisez ou font des recommandations pour des édifices, comme les ascenseurs qui s’arrêtent automatiquement et qui ouvrent les portes.

Jyoti a aussi défini et documenté une méthodologie qui peut être utilisée par l’EMBC pour des projets futurs et elle a combiné l’analyse des pratiques exemplaires avec des recommandations d’experts pour l’environnement et les infrastructures particulières de la côte Ouest. « La C.-B. a des défis uniques tels qu’un système de traversiers », explique Jyoti. « Nous devions trouver nous-mêmes des solutions pour ces régions. »

Ultimement, le projet de Jyoti outille la C.-B. avec des politiques fondées sur des données probantes. Il donne à EMBC le plan d’action dont ils ont besoin à titre de leaders dans la gestion d’urgences. « Les efforts de Jyoti ont amélioré les projets et les initiatives d’EMBC et aideront l’EMBC à contribuer à une province résiliente », dit M. White.

Jyoti affirme : « la bourse a été une expérience enrichissante. J’ai appris à propos de développement de pointe, de politiques gouvernementales, des aspects de la communication et du fonctionnement général de l’EMBC et des services publics de la C.-B. ».

Depuis la bourse, Jyoti a été embauchée à temps plein au sein de la fonction publique et l’EMBC réfléchit à la possibilité d’accueillir d’autres chercheurs en politiques afin d’appuyer leur rôle essentiel dans la province. Bien que le catalogue ne soit pas encore terminé, l’EMBC continue d’explorer des façons de faire progresser le travail amorcé par Jyoti. ​


La Bourse pour l’élaboration de politiques scientifiques canadiennes est rendue possible grâce à la professeure Sarah Otto, du Département de zoologie à l’Université de la Colombie-Britannique, au gouvernement du Canada et au gouvernement de la Colombie-Britannique, à l’Institut de recherche sur la science, la société et la politique publique de l’Université d’Ottawa, à l’Université de Victoria ainsi qu’au comité consultatif canadien de la Bourse pour l’élaboration de politiques scientifiques.


Êtes-vous confronté à un défi d’affaires qui pourrait bénéficier d’une solution de recherche? Si tel est le cas, contactez Mitacs aujourd’hui pour discuter des opportunités de partenariat : BD@mitacs.ca