Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0
janvier 2013

La liberté de se réaliser

Demandez‑lui les raisons de sa participation au programme Mitacs Globalink, et Cheng Peng vous expliquera que la réponse est toute simple : « Je rêve d’aller au Canada depuis l’enfance. Ce rêve s’est réalisé grâce à mon stage Globalink. »

Cheng est un étudiant de l’Université des sciences et des technologies électroniques de Chengdu, la capitale du panda géant, ce symbole national chinois. Il en est actuellement à sa quatrième année d’études universitaires. Un stage Globalink à l’Université Ryerson de Toronto, estimait‑il avant de venir au Canada, serait un excellent moyen d’élargir ses horizons tout en acquérant de l’expérience dans son domaine dans un autre pays.

À Ryerson, Cheng étudie la protection des contenus multimédias, et plus particulièrement la technique d’empreinte audio. Ce sujet d’actualité soulève beaucoup d’intérêt du fait que la question de la protection des droits d’auteur prend une importance croissante à l’échelle internationale. Dans le cadre de ses travaux, Cheng cherche à améliorer des logiciels existants afin d’en faciliter l’utilisation et d’en diversifier les applications dans le domaine du multimédia.

Ce qui frappe surtout Cheng dans le fonctionnement des universités canadiennes, c’est l’autonomie dont y jouissent les étudiants. Cela, selon lui, leur permet d’apprendre et de s’améliorer constamment. « Au Canada, je dois me motiver tout seul. J’apprends de mes erreurs et je cherche toujours à repousser mes limites », explique‑t‑il, ajoutant que l’enthousiasme que manifestent les chercheurs canadiens pour son travail l’encourage à toujours donner le meilleur de lui‑même. La liberté dont il jouit dans l’orientation de ses travaux est pour lui une source de satisfaction et de motivation qui lui donne le sentiment de pouvoir réellement faire avancer les choses en y étant déterminé.

« Ma participation au programme Globalink m’a confirmé que le Canada est un pays où il fait bon vivre, travailler et étudier », confie Cheng, qui a l’intention d’effectuer ici des études de cycle supérieur après avoir décroché en Chine son baccalauréat en génie. « Tout bien considéré, j’ai vécu au Canada l’une des expériences les plus mémorables et les plus enrichissantes de ma vie. Je suis impatient d’y revenir. »