Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0
septembre 2016

La technologie des jeux vidéo transporte l’assemblage d’automobiles dans le 21e siècle

On pourrait dire que le professeur Joel Cort est un peu le Henry Ford des temps modernes. Grâce à sa recherche effectuée avec Ford du Canada Limitée, il contribue à rendre les chaînes de montage de véhicules plus sécuritaires et plus efficaces en utilisant une technologie qui ressemble beaucoup aux jeux vidéo contemporains. Sa collaboration avec la Division du génie, de la fabrication et des opérations de véhicules de Ford dans le cadre du programme Accélération de Mitacs contribue à positionner l’entreprise à l’avant-plan de la sécurité des chaînes de montage de véhicules.

Au début de cette collaboration, l’équipe du professeur Cort a décidé d’utiliser un logiciel ressemblant à celui de jeux vidéo pour créer des simulations des mouvements accomplis par un travailleur pendant qu’il installe des pièces sur la chaîne de montage. L’équipe de l’ergonomie de Ford utilise ensuite ces simulations pour repérer les mouvements qui peuvent accroître les risques de blessure. Ces mêmes simulations sont communiquées à des médecins afin de les aider à élaborer des plans de retour au travail plus efficaces.

Game-like software to create simulations of the factory

Mais puisqu’une usine moyenne compte plus de 400 postes sur les chaînes de montage, la création de simulations pour chaque poste de travail peut coûter très cher et demander beaucoup de temps. Dans le but de relever ce défi, Ford et le professeur Cort examinent la façon dont la technologie de capture de mouvements en 3D pourrait permettre de réduire le temps requis pour créer chaque simulation.

Lorsque l’analyse initiale de la technologie sera terminée, on fournira à des travailleurs dans les usines de montage de Ford de Windsor et d’Oakville des combinaisons pour la capture des mouvements. Pendant que les employés travailleront, leur combinaison enregistrera leurs mouvements, créant ainsi des données qui pourront rapidement être transférées dans un logiciel de simulation humaine comme celui utilisé pour les jeux vidéo. Les mouvements pourront être évalués à l’aide de ce logiciel, ce qui permettra à l’équipe de recherche d’avoir une idée beaucoup plus précise des exigences de chaque poste le long de la chaîne de montage.

Lorsqu’il sera terminé, le projet fournira à Ford une représentation pratiquement complète de l’usine pour la réalisation plus rapide et précise d’analyses ergonomiques. Les ingénieurs industriels de Ford pourront se servir de ces renseignements pour modifier la conception de certains postes de travail, s’il y a lieu, et en optimiser l’efficacité jusqu’à l’installation de la dernière vis.

L’ergonomiste de Ford, Allison Stephens, nous parle des avantages pour l’entreprise : « Ford reconnaît que pour demeurer à l’avant-garde, nous devons tirer profit de la recherche de pointe. Cette collaboration nous donne accès à une expertise technique que nous n’aurions pas pu obtenir ailleurs. »

Elle poursuit : « Le programme Accélération de Mitacs nous donne également la possibilité d’établir des relations avec certains des chercheurs les plus talentueux dans le domaine. En fait, nous avons embauché l’an dernier l’un des étudiants du professeur Cort immédiatement après son stage avec nous. »

Le professeur Cort est de cet avis et ajoute : « Les stages de Mitacs offrent à mes étudiants une chance de démontrer leurs talents dans un contexte pratique et de les mettre à contribution pour relever les défis particuliers d’un client. Ils peuvent voir immédiatement l’incidence qu’ont leurs travaux - un aspect qui, selon moi, est très enrichissant. »


Mitacs tient à remercier le gouvernement du Canada, Alberta Innovates, le gouvernement de la Colombie-Britannique, Research Manitoba, le gouvernement du Nouveau-Brunswick, la Research & Development Corporation de Terre-Neuve-et-Labrador, le gouvernement de la Nouvelle-Écosse, le gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard, le gouvernement du Québec et le gouvernement de la Saskatchewan de leur soutien à l’égard du programme Mitacs Accélération.