Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0
octobre 2019

La technologie et les connaissances inuites réunies pour lutter contre le réchauffement de la planète

Coup d'oeil
Le défi

Les changements climatiques menacent l’état des glaces dans le nord du Canada, ce qui rend les déplacements sur la glace risqués.

La solution

La technologie SmartICE combine les connaissances traditionnelles et la technologie afin de donner un aperçu de l’état des glaces.

Le résultat

Le fait d’avoir un aperçu de l’état des glaces rend la chasse et les déplacements plus sécuritaires.

Prochaines étapes

SmartICE s’étend à d’autres communautés et crée d’autres possibilités d’emploi.

L’équipe

Anne Irvin, chercheuse postdoctorale et Professeur Trevor Bell, Université Memorial

Pour la plupart des entreprises en démarrage technologiques, l’innovation règne. Pour SmartICE, une entreprise composée de moins de 12 employés, allier les nouvelles technologies et le savoir inuit traditionnel a été la clé de leur succès.

 À titre de directrice générale de SmartICE, Carolann Harding explique : « Nous sommes d’abord et avant tout une entreprise à vocation sociale, et nous prenons la question très au sérieux. Pour nous, optimiser l’impact social positif sur nos partenaires communautaires est notre priorité absolue. » 

Le début de SmartICE

Lorsque les changements climatiques ont commencé à rendre l’état des glaces moins prévisible et plus dangereux, le professeur Trevor Bell de l’Université Memorial a commencé, en 2009, à travailler avec le gouvernement du Nunatsiavut, au Labrador, sur la question des déplacements et du transport sécuritaires sur les glaces. Au fur et à mesure que la glace s’amincit et que les chutes de neige deviennent plus abondantes, la probabilité que la glace se voie inondée par de l’eau de mer augmente, ce qui rend les glaces dangereuses à traverser. Le professeur Bell se souvient que les gens tombaient à travers la glace. De ce fait, le nombre de missions de recherche et de sauvetage dans la région du Nunatsiavut a augmenté. La nécessité de créer une technologie pour favoriser des déplacements sécuritaires sur la glace sans remplacer le savoir inuit est devenue évidente.

C’est ce partenariat, ainsi que le Prix Inspiration Arctique remporté en 2016, qui a permis à SmartICE de passer d’un projet universitaire à une entreprise à vocation sociale. SmartICE est le premier outil d’adaptation aux changements climatiques au monde. Il réunit le savoir traditionnel de la glace de mer à une technologie de surveillance à distance ainsi qu’à l’acquisition de données. Combiner ces deux approches donne aux communautés du nord des renseignements sur l’épaisseur de la glace de mer et l’état des glaces locales, et leur présente des mesures en temps réel sur l’épaisseur de la glace de mer au moyen d’une application pour appareil mobile. En fin de compte, cela permet aux membres des communautés de voir les routes sur lesquelles il est possible de se déplacer en toute sécurité, et les routes à éviter.

Au départ, Mitacs s’est associé à SmartICE, lauréate d’un Prix du Gouverneur général pour l’innovation l’année dernière, lorsqu’un jeune diplômé en génie, Tyler Spurrell, a été mis en contact avec l’entreprise. Depuis, ce dernier est devenu un employé à temps plein au poste de gestionnaire des opérations techniques de SmartICE.

Le partenariat SmartICE-Mitacs se poursuit

Mitacs et SmartICE se sont récemment associés dans le cadre d’un nouveau projet visant à faire avancer des initiatives de recherche et développement de SmartICE. La chercheuse postdoctorale Anne Irvin, sous la supervision du professeur Bell et grâce à un placement Mitacs, aide SmartICE à élargir ses services au profit des communautés inuites en mettant à l’essai un instrument pour cartographier la gadoue sur la glace. Un autre problème qui touche les gens qui se déplacent sur la neige est le fait de tomber dans la gadoue, qui recouvre la glace très mince. Anne évalue comment la gadoue se développe le long des sentiers communautaires, et détermine son épaisseur. Comme l’explique le professeur Bell, « Anne met ses diplômes en sciences au profit de la société et mobilise réellement son savoir pour passer à l’action. »

La technologie novatrice et des programmes ont stimulé l’emploi local

La technologie novatrice de SmartICE a non seulement des répercussions positives sur la sécurité des communautés du nord, mais elle propose également des possibilités d’emploi dans la région visant à former les ressources nécessaires pour s’occuper des capteurs et des bouées SmartICE. SmartICE offre un programme de formation préalable à l’emploi unique aux jeunes de la région qu’elle embauche dans des communautés partenaires.

Shawna Dicker, coordonnatrice de la logistique pour SmartICE et étudiante à temps plein à l’Université Memorial, a expliqué que le premier programme de formation de huit semaines était « absolument fantastique. Les jeunes ont eu la chance d’observer différentes façons novatrices de travailler avec et dans la nature et l’environnement. C’était beau de voir leur leadership et leur confiance s’épanouir. » 

La deuxième cohorte d’étudiants participe actuellement à ce programme de formation préalable à l’emploi unique. Tous les participants de la première cohorte ont décroché un emploi à temps plein ou sont retournés à l’école dans le but de poursuivre des études supérieures.

Partenariat futur

SmartICE espère que son organisation prendra de l’expansion, tout comme ses partenariats positifs avec les communautés qui déploient sa technologie.

Comme le précise Shawna Dicker, Inuite de Nunatsiavut, « Tout repose sur la confiance. Nous avons passé le mot au conseil municipal, à la GRC locale ainsi qu’aux entreprises locales sur lesquelles nous voulons avoir des répercussions positives. Nous embauchons des membres de la communauté et nous redonnons à la communauté. Nous nous assurons de rester fidèles à cela. »

Le professeur Bell partage l’idée de Shawna, et souligne « qu’un principe essentiel de SmartICE est l’autodétermination de la communauté inuite. Il ne s’agit pas d’un cas où des personnes du sud se rendent dans une communauté pour déployer une nouvelle technologie et ensuite repartir. Nous embauchons des membres de la communauté et leur apprenons à utiliser la technologie SmartICE ainsi qu’à l’utiliser conjointement avec leur savoir. C’est un parfait exemple de la façon dont la technologie et le savoir traditionnel vivant peuvent travailler de concert. »

 

Mitacs remercie le gouvernement du Canada et du gouvernement de Terre-Neuve-et-Labradorle gouvernement, et du gouvernement de la Colombie-Britannique, du gouvernement du Nouveau-Brunswick, du gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, du gouvernement de la Nouvelle-Écosse, du gouvernement de l’Ontario, du gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard, du gouvernement du Québec,  de la Saskatchewan, et de Research Manitoba.