Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0
juil 2016

La technologie intelligente fait progresser la sécurité et le confort à la maison

Coup d'oeil
Le stagiaire

Aymen Djebbi de l'Université Tunis El Manar en Tunisie 

Accueilli par

Professeur Bessam Abdulrazak de la faculté de Science à l'Université de Sherbrooke

La recherche

Développer des capteurs et des dispositifs intuitifs pour les systèmes de maisons intelligentes. 

Avec la génération des baby-boomers canadiens qui arrive à la retraite, plusieurs d'entre eux se tourneront vers la technologie afin de simplifier des corvées et tâches quotidiennes alors qu'ils prennent de l'âge.

Aymen Djebbi, un stagiaire de recherche Mitacs Globalink de la Tunisie pense qu'il a la réponse.  En collaboration avec des chercheurs à l'Université de Sherbrooke, Aymen aide à développer de la technologie « intelligente » pour les maisons cet été.

Les maisons intelligentes sont une partie de l'évolution des technologies sans fil que l'on nomme « l'internet des objets ». Avec ces technologies, les occupants pourront automatiser les tâches quotidiennes tout en conservant leur sécurité. De plus, les appareils électroménagers pourraient rappeler à l'occupant de prendre ses médicaments ou faire d'autres rappels importants. Pour faire ceci, chaque maison intelligente a besoin d'un système de capteurs et de dispositifs de contrôle perfectionnés qui sont en accord avec les besoins du propriétaire. Aymen aide à s'assurer que les divers dispositifs peuvent communiquer et coordonner les actions automatisées dans l'ensemble du réseau domestique.

« La recherche est très complexe » dit Aymen, « Nous voulons rendre la technologie intelligente facile à utiliser en l'incorporant dans des dispositifs qui sont déjà familiers — comme des téléphones et des thermostats. En même temps, nous voulons nous assurer que ce serait tout aussi efficace pour le propriétaire s'il est dur d'oreille ou mal voyant ou s'il vit avec un handicap physique. C'est surtout important pour la population des boomers pour qu'ils puissent continuer de vivre confortablement et en sécurité en prenant de l'âge. »

Dans le laboratoire, Aymen est heureux de travailler avec une variété de personnes et de perspectives.

« Mon stage a été une bonne occasion d'en apprendre plus sur de nouvelles cultures et de découvrir les points communs entre nous » dit-il.

« J'ai aussi appris qu'il y a plusieurs chercheurs au Canada qui travaillent sur des projets semblables au mien. J'espère revenir au Canada pour mon doctorat pour pouvoir collaborer avec eux et construire l'internet des objets ensemble. »

 


Mitacs tient à remercier le gouvernement du Canada ainsi que le gouvernement de l’Alberta, le gouvernement de la Colombie-Britannique, Research Manitoba et le gouvernement du Québec pour leur soutien au Programme de stages de recherche Mitacs Globalink. De plus, Mitacs est fier de collaborer avec des partenaires internationaux pour appuyer Globalink, notamment Universities Australia, China Scholarship Council, Campus France, le ministère du Développement des ressources humaines de l’Inde, le secrétariat d'éducation publique du Mexique, l’Institut technologique d'études supérieures Monterrey et l’Université nationale autonome du Mexique, le ministère de l’Éducation de l’Arabie saoudite et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique de la Tunisie et la Mission universitaire de Tunisie en Amérique du Nord.