Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0
décembre 2018

L’entreprise en démarrage Quantum fait exploser la sécurité aéroportuaire

Coup d'oeil
L'équipe

Christina Gonzalez, PhD, supervisée par le professeur adjoint Vladimir Michaelis, Université de l’Alberta avec Applied Quantum Materials

Le défi

Détecter les résidus d’explosifs dans les aéroports exige de la grosse machinerie dispendieuse

La solution

Intégrer des points quantiques de silicium sur une bande de papier

Le résultat

Commercialiser la technologie des points quantiques pour détecter les explosifs et les produits chimiques

Prochaines étapes

Autres applications incluant l’énergie, les soins de santé et la sécurité alimentaire

La titulaire de doctorat Christina Gonzalez peut détecter les explosifs avec une seule feuille de papier. Plus précisément, elle utilise des « points quantiques » de silicium, de minuscules particules semi-conductrices des milliers de fois plus petites que la largeur d’un cheveu humain, incrustées dans du papier et conçues pour détecter d’infimes quantités de produits chimiques tels que ceux utilisés dans les explosifs.

The innovation involves embedding silicon dots into paper. / with R&D internship funding by MitacsMais, jusqu’à récemment, l’idée de Mme Gonzales avait été largement reléguée aux pages de sa thèse de doctorat et elle était devenue professeure.

Il a fallu un stage soutenu par Mitacs avec Applied Quantum Materials (AQM) d’Edmonton pour tirer son idée des pages de sa thèse et la ramener au laboratoire pour qu’elle puisse bientôt être déployée dans des aéroports à travers le monde.

« Les étudiants ont tendance à s’arrêter à la publication », explique-t-elle. « Nous disons des choses comme, "ce sont de bons résultats, nous devrions les commercialiser", et nous nous demandons où nous pourrions les amener, mais plusieurs d’entre nous ne font pas de suivi. »

Et à l’automne 2017, elle a été approchée par David Antoniuk, PDG et cofondateur d’AQM. M. Antoniuk avait pris connaissance du travail de Christina pour la première fois sur une affiche de présentation à l’Université de l’Alberta.

 

Il a immédiatement perçu le potentiel du travail de Christina. Il a cherché une façon pour Christina de collaborer avec AQM, une entreprise en démarrage autofinancée afin de commercialiser sa recherche. Il a découvert Mitacs, un organisme sans but lucratif qui a fourni du soutien pour développer le problème de recherche, ainsi que des fonds jumelés pour la collaboration. Le partenariat a permis à AQM d’embaucher Christina comme chercheuse postdoctorale pour un projet de deux ans.

Christina fait maintenant progresser de nouvelles applications des points quantiques de silicium pour AQM.

L’entreprise teste le matériau dans diverses conditions environnementales telles que le froid extrême et la chaleur élevée et trouve des façons de l’incorporer dans divers supports, tels que les tissus, le verre, les liquides et les polymères.

The dots fluoresce under UV light. / With R&D internship funding from MitacsEt alors que d’autres entreprises qui explorent la technologie des points quantiques dépendent de métaux toxiques ou lourds rares, tels que le cadmium, le plomb ou l’indium, en revanche, le silicium est sécuritaire et abondant.

« C’est un matériau façonnable très robuste », dit M. Antoniuk. « Il y a trois ans, ce que nous faisons actuellement aurait été impensable. »

Mais AQM a maintenant signé plusieurs contrats avec des ministères du gouvernement canadien afin d’explorer la détection des produits chimiques; AQM a aussi été approché par des multinationales curieuses par rapport à l’énorme potentiel des points quantiques de silicium. AQM voit des applications possibles de cette technologie dans des domaines tels que la détection de drogues, la sécurité alimentaire, le diagnostic de maladies et même pour transformer des fenêtres en sources d’énergie.

« Je m’attends à ce que cette technologie soit très prochainement dans vos poches, vos autos, vos vêtements, presque partout, » dit M. Antoniuk.

« Nous pourrions potentiellement créer une plateforme complète fondée sur celle-ci. Nous examinons la possibilité de la transformer en encres pour imprimer sur le papier, les tissus et les plastiques. »

Lorsqu’on lui demande si AQM pourrait faire ce travail sans Christina, M. Antoniuk dit simplement, « Non. Elle est devenue une vedette. »

Qu’en pense Christina? « Si nous pouvons utiliser quelque chose sur lequel je travaille au profit de la société, alors, c’est une grande motivation pour moi. Je souhaite [que ma recherche] aide les gens. »


Mitacs remercie le gouvernement du Canada et Alberta Innovates de leur soutien à l’égard du programme de bourses de recherche Accélération dans cet article. À l’échelle du Canada, le programme Accélération reçoit également le soutien du gouvernement de la Colombie-Britannique, du gouvernement du Nouveau-Brunswick, du gouvernement de la Nouvelle-Écosse, du gouvernement de l’Ontario, du gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard, du gouvernement du Québec, du gouvernement de la Saskatchewan et de Research Manitoba.


Êtes-vous confronté à un défi d’affaires qui pourrait bénéficier d’une solution de recherche? Si tel est le cas, contactez Mitacs aujourd’hui pour discuter des opportunités de partenariat : BD@mitacs.ca