Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0
janvier 2013

Les idées novatrices d’un stagiaire accélèrent l’expansion mondiale de son partenaire industriel !

« L’industrie du courtage électronique international évolue rapidement, explique Jason Lukez, vice-président, Finances chez Cyborg Trading Systems. Notre entreprise doit constamment demeurer à la fine pointe de la technologie et de l’innovation, parce si elle cesse de progresser, les grandes sociétés la rattraperont et elle perdra son avantage concurrentiel. »

Cyborg Trading Systems (CTS) propose des services financiers technologiques à un réseau international de banques, d’agents de change et de courtiers professionnels.  Pour cette société, il est absolument essentiel de toujours devancer ses concurrents. C’est ce qui lui permet d’accomplir une chose qui serait virtuellement impossible pour la plupart des PME canadiennes : se mesurer avec succès à d’énormes sociétés comme Thomson Reuters, Bloomberg ou Goldman Sachs. Étant donnée la hausse incessante du coût des infrastructures, des technologies et de la main-d’œuvre internationale, M. Lukez est toujours en quête de nouvelles occasions d’innover.

C’est en assistant à une activité de Mitacs rassemblant des professeurs, des partenaires industriels et certains des meilleurs étudiants des cycles supérieurs de partout au Canada que M. Lukez a rencontré Omid Mola, un étudiant au doctorat en science informatique de l’Université Western, ainsi que Michael Bauer, Ph. D., son directeur de thèse. Au moment de la rencontre, M. Lukez ne savait pas que celle-ci serait le point de départ d'un projet de recherche collaborative qui donnerait à CTS un immense avantage sur le marché.

« La technologie à laquelle M. Mola travaillait avec des gestionnaires indépendants de l’Université de Western Ontario était très novatrice — il ne restait qu’à lui trouver une utilité réelle et concrète », raconte M. Lukez. En période de fort volume de transactions, le risque de surcharge des plateformes transactionnelles des sociétés de courtage constitue l’un des principaux enjeux de l'industrie du courtage international automatisé de valeurs mobilières. Habituellement, les sociétés tentent de s’adapter aux forts volumes en faisant l’acquisition de technologies plus rapides. Toutefois, cette solution se révèle inefficace et très coûteuse, car ces dernières fonctionnent aussi à plein régime dans les périodes d’achalandage modéré. De plus, avant d’intégrer la technologie de M. Mola, CTS était en pleine expansion et aurait dû embaucher davantage de personnel pour assurer la surveillance et l'exploitation de ses infrastructures internationales, ce qui aurait vraisemblablement engendré des coûts importants.

Lors de son stage chez CTS, M. Mola avait comme objectif de construire un prototype de système informatique autonome qui s’autoconfigurerait, s’autoréparerait, s’autoprotégerait et s’auto-optimiserait, gérant l’infrastructure informatique de l’entreprise de manière économique, efficiente et efficace. Le système devait gérer l’ensemble de l’infrastructure informatique en réduisant l’emploi des ressources pendant les périodes de faible achalandage et en les augmentant lorsque le volume le justifiait, et ce, sans nécessiter intervention ni supervision humaine. En seulement huit mois, M. Mola a su mener le projet à terme en concevant et en implantant son prototype fonctionnel de système informatique autonome sans perturber les activités de CTS. La réalisation d'une tâche de cette envergure en si peu de temps est remarquable.

Le système créé est tout à fait unique. « Aucune autre société ne possède cette technologie ! », affirme avec enthousiasme M. Lukez. Ce système assure à CTS un avantage concurrentiel majeur, en plus de réduire considérablement les coûts d’exploitation de ses infrastructures et de lui avoir évité l’embauche d’innombrables employés aux quatre coins du globe. « À long terme, les sommes épargnées grâce à l’implantation de ce système seront astronomiques, et elles continueront d’augmenter au fur et à mesure que notre entreprise prendra de l’expansion, enchaîne M. Lukez. Je n'arrive même pas à déterminer combien nous économiserons tellement le montant est important ! »

CTS ne fut pas la seule à tirer profit de cette collaboration ; M. Mola en a beaucoup retiré aussi. Non seulement a-t-il pu découvrir les applications réelles de la recherche pour laquelle il se passionne, mais encore, il a fait une énorme différence en proposant ses idées à la société. Son professeur Michael Bauer soutient que le projet était « un excellent moyen de valider les initiatives de recherche de M. Mola  et d'intégrer à son mémoire des exemples concrets issus de pratiques réelles ». Il recommande fortement à la communauté étudiante de participer au programme Accélération de Mitacs. Selon lui, l’environnement de travail d’aujourd’hui oblige les participants à repenser leur manière de présenter leurs idées et à comprendre la portée que peuvent avoir leurs travaux de recherche.

Nous remercions le programme de SRDI administré par le secrétariat des réseaux de centres d’excellence (RCE) et le gouvernement de l’Ontario pour leur soutien à ce stage.