Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0
mai 2015

L'importance de choisir un nouveau médicament

Coup d'oeil
Le défi

La fabrication de médicaments est une activité très coûteuse

La solution

Mettre au point un modèle économique pour mesurer les avantages par rapport au coût d’un nouveau médicament

Le résultat

Investissement couronné par le lancement d’un nouveau traitement pour les fibromes utérins

Et ensuite?

Un nouveau médicament pourrait être couvert par les régimes provinciaux d’assurance-maladie à travers le Canada

Quel que soit l'investissement, il est important d'en retirer un bon rendement; c'est particulièrement le cas des gouvernements provinciaux du Canada qui doivent surveiller leurs dépenses concernant l'ajout de nouveaux médicaments à leur système de soins de santé. Les entreprises pharmaceutiques effectuent des essais rigoureux pour démontrer les avantages thérapeutiques de leurs nouveaux produits, mais cela vaut également la peine de faire de la recherche sur leur valeur économique. Grâce au programme Mitacs Accélération, une entreprise a pu bénéficier de l'aide d'une spécialiste pour démontrer qu'il serait avantageux de songer à acheter son nouveau médicament.

Lorsque Actavis Specialty Pharmaceuticals Co. a mis au point un nouveau médicament pour traiter les fibromes utérins - tumeurs bénignes qui se forment dans l'utérus de la femme - elle a établi un partenariat avec Bernice Tsoi, stagiaire du programme Accélération, pour l'aider à créer un modèle économique pour le produit. Puisqu'elle est étudiante de doctorat en méthodologie de recherche en santé à l'Université McMaster, la réalisation d'une analyse approfondie des coûts et avantages était tout à fait dans les cordes de Bernice.

« Après avoir compris la valeur clinique du médicament, il me fallait étudier d'autres aspects, » explique Bernice. « Cela comprenait tous les frais connexes, comme le prix du médicament, le coût pour les pharmacies qui le distribuent, et le nombre de visites que les patientes auraient à faire à leur médecin ou hôpital - ou d'absences au travail - pour prendre ce médicament. Ensuite, j'ai tenu compte d'avantages, p. ex. la somme d'argent qui pourrait être économisée - par le système de santé et les employés - en ayant un traitement qui peut permettre à plus grand nombre de femmes de retourner au travail plus tôt. »

À partir de là, Bernice a élaboré un modèle économique pour pondérer ces avantages et coûts les uns par rapport aux autres.

« Ce fut une tâche difficile parce qu'il m'a fallu créer de nouvelles formules à partir de zéro, » souligne Bernice. « Mais à la fin, les calculs ont démontré que le nouveau médicament coûtait moins cher et qu'il présentait une efficacité clinique supérieure aux traitements existants. »

« Les organismes d'évaluation des technologies de la santé exigent une évaluation économique dans le cadre du processus d'examen des médicaments - il s'agit d'un aspect vital au succès d'un médicament lorsqu'il faut obtenir un remboursement des régimes d'assurance-médicaments publics provinciaux », fait remarquer Simon Ferrazzi, expert-conseil d'Actavis. « Il s'agissait du premier médicament indiqué par Santé Canada pour les fibromes utérins, et c'est encore le seul aujourd'hui. En février 2014, le Québec est devenu la première province à l'offrir aux patientes.  Nous discutons maintenant de cette possibilité avec d'autres provinces. »

Bernice affirme qu'elle est heureuse d'avoir eu l'occasion d'apporter une contribution à la recherche par l'entremise du programme Accélération. « Ce projet était vraiment important. Il a permis de recueillir suffisamment de renseignements intéressants pour qu'Actavis m'offre un deuxième stage. Cette expérience m'a vraiment aidée à voir le côté pratique de la recherche, et m'a ouvert la porte à un grand nombre d'occasions - nous avons publié les résultats, les avons présentés lors d'un congrès médical, et avons même mérité un prix. »

Simon reconnaît que les stages de Mitacs présentent une foule d'avantages. « Il est beaucoup plus logique sur le plan financier d'établir des liens avec le monde universitaire et de recruter un étudiant, que de faire appel à une firme de recherche externe. »


Mitacs remercie le gouvernement du Canada et le gouvernement de l’Ontario de leur soutien à l’égard du stage de recherche Accélération dans cet article. À l’échelle du Canada, le programme Accélération reçoit également le soutien d’Alberta Innovates, du gouvernement de la Colombie-Britannique, du gouvernement du Nouveau-Brunswick, du gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, du gouvernement de la Nouvelle-Écosse, du gouvernement de l’Île du Prince Édouard, du gouvernement du Québec, du gouvernement de la Saskatchewan et de Research Manitoba.


Êtes-vous confronté à un défi d’affaires qui pourrait bénéficier d’une solution de recherche? Si tel est le cas, contactez Mitacs aujourd’hui pour discuter des opportunités de partenariat : BD@mitacs.ca