Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0
avril 2016

Mettre la recherche des cycles supérieurs en pratique

Coup d'oeil
Le défi

Le règlement inadéquat de déclarations de sinistre peut coûter des millions de dollars

La solution

Accroître la précision de la modélisation des risques et des prévisions concernant la fréquence et la gravité des déclarations de sinistre

Le résultat

La compagnie d’assurances bénéficie d’un avantage concurrentiel pour la modélisation des risques d’assurance

Et ensuite?

Relation continue entre l’Université Concordia et Aviva afin d’avoir accès à la recherche de pointe

L’occasion d’appliquer de la recherche dans un environnement professionnel tout en étant payé pour le faire est une denrée rare pour les étudiants des cycles supérieurs.

Heureusement, avec l’aide de Mitacs – un organisme sans but lucratif national qui élabore et offre des programmes de recherche et de formation pour les universitaires canadiens – les étudiants de Concordia ont l’occasion de le faire.

Mettre les théories au travail

Prenons Sandra Maria Nawar, une candidate à la maîtrise qui se spécialise en sciences actuarielles. « À la fin de la première année de mon programme, j’ai commencé à faire ma recherche et je voulais vraiment appliquer mes théories dans un contexte palpitant d’affaires, » explique-t-elle. « Mon superviseur des cycles supérieurs me parla du programme de Mitacs et les choses se sont précipitées après cela. »

Nawar a rencontré Jean-Philippe Valois, représentant de Mitacs, afin de revoir ses intérêts. Un jumelage a été fait rapidement avec Aviva Canada, une compagnie d’assurance qui avait déjà travaillé avec Mitacs et des étudiants de Concordia dans le passé.

Chez Aviva, Nawar utilise sa recherche pour aider la compagnie à améliorer sa prise de décision en ce qui a trait aux taux d’assurance afin de gérer les réclamations de sinistre coûteuses – un processus connu sous le nom de modélisation du risque. « L’idée est de donner à Aviva un avantage concurrentiel dans ce domaine en améliorant leur précision dans la prédiction de la sévérité et de la fréquence des réclamations. »

Son superviseur chez Aviva, Charles Dugas – qui est un ancien participant de Mitacs – perçoit Nawar comme étant essentielle à l’amélioration de processus importants sur lesquels la compagnie dépend pour demeurer concurrentielle.

« C’est un commerce rapide et nous n’avons pas toujours le temps de développer et de tester de nouvelles idées, » dit-il.

« D’avoir une étudiante brillante qui travaille dur qui examine comment nous opérons est inestimable. Sandra est aussi un lien important pour nous lorsqu’il est question des plus récentes tendances en recherche et développement qui sont discutés dans les universités, quelque chose que l’on peut perdre dans la routine quotidienne du monde des affaires. »

Pour les étudiants à toutes les étapes de recherche

Le superviseur des cycles supérieurs de Nawar, Jose Garrido, un professeur du Département des mathématiques et des statistiques, est un grand adepte du programme Mitacs. À ce jour, il a recommandé quatre étudiants qu’il a supervisés.

« Pour les étudiants qui sont au début de leur recherche, un stage Mitacs peut leur donner des idées comment continuer de développer leur travail, » dit Garrido « Pour ceux dans les étapes plus avancées, c’est une occasion de développer leur idée d’une façon qui peut bénéficier à une entreprise. »

Lorsqu’il est question de Nawar, Garrido croit que son succès chez Aviva est un résultat direct de sa volonté et de sa personnalité. « Sandra est la sorte d’étudiante qui ne peut vivre que de théorie, elle avait besoin de se salir les mains et de mettre sa recherche au travail. » Ce genre de débouché et d’expérience lui donnera un grand avantage lorsqu’elle obtiendra son diplôme. »

Photo fournie par l’Université Concordia. Réaffiché avec l’autorisation de l’Université Concordia (en anglais seulement).


Mitacs tient à remercier le gouvernement du Canada, l’Agence de promotion économique du Canada atlantique, Alberta Innovates Technology Futures, le gouvernement de la Colombie-Britannique, Research Manitoba, le gouvernement du Nouveau-Brunswick, Research & Development Corporation of Newfoundland & Labrador, le gouvernement de la Nouvelle-Écosse, Innovation IPE, le gouvernement du Québec et le gouvernement de la Saskatchewan pour leur soutien au programme Accélération.