Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0
mars 2019

Mitacs soutient une équipe de l’Université de la Saskatchewan qui développe un harnais unique pour aider à sauver les chevaux blessés

Coup d'oeil
L’équipe

L’étudiante des cycles supérieurs de l’Université de la Saskatchewan Samantha Steinke tient « Mama » à côté de sa superviseure, Dre Julia Montgomery. La recherche de Mme Steinke est financée par Mitacs et RMD Engineering inc.

Le défi

Souvent, les chevaux qui subissent des blessures à un membre doivent être euthanasiés. 

La solution

Des chercheurs à l’Université de la Saskatchewan collaborent avec RMD Engineering inc. de Saskatoon afin de créer un harnais unique conçu pour favoriser le rétablissement et la réadaptation des chevaux.

Le résultat

Le potentiel d’avoir un harnais de réadaptation pour les chevaux pour l'industrie chevaline, qui représente 19 milliards de dollars.  

Prochaines étapes

RMD vise à ce que la cuirasse soit prête à être soumise à des essais d’ici mai 2019, et les essais continueront au cours de l’été pour modifier la conception au besoin.

Des chercheurs à l’Université de la Saskatchewan (USask) collaborent avec RMD Engineering inc. de Saskatoon afin de créer un harnais unique conçu pour favoriser le rétablissement et la réadaptation des chevaux qui subissent des blessures à un membre. De telles blessures sont souvent mortelles, parce que l’équipement actuellement disponible est inadéquat pour assurer un traitement approprié.

« Si cela fonctionne, l’impact potentiel sera énorme, parce qu’il n’existe aucun harnais de réadaptation à long terme disponible sur le marché aujourd’hui, » a dit la docteure Julia Montgomery (médecine vétérinaire) au Collège Western de médecine vétérinaire d’USask, qui dirige la recherche. 

L’industrie chevaline contribue plus de 19 milliards de dollars chaque année à l’économie canadienne, selon une étude de 2010 d’Equestrian Canada, et fournit plus de 80 000 emplois à temps plein dans les fermes et dans les domaines de la course de chevaux et des concours.

Étudiante à la maîtrise en ingénierie biomédicale, Samantha Steinke a rejoint le projet de recherche en 2016 en tant qu’étudiante de premier cycle, après que son cheval a dû être euthanasié à la suite d’une blessure au tendon qui l’aurait laissé en incapacité. Elle travaille avec RMD pour créer et mettre à l’essai le nouveau harnais. 

L’année dernière, Mme Steinke a reçu une bourse à la maîtrise de 18 mois de Mitacs, qui partage le coût de sa bourse de 45 000 $ en parts égales avec RMD. Mitacs est un organisme de recherche et de formation sans but lucratif financé à partir de fonds publics qui soutient les collaborations entre l’industrie, les établissements d’enseignement et les gouvernements au Canada.

« J’ai la chance d’être soutenue par Mitacs, parce que sinon je ne serais pas en mesure de continuer ce projet, qui me passionne énormément », dit-elle. « Je trouve ça génial de travailler sur le harnais et de faire des améliorations dans l’espoir de créer un harnais utilisable de réadaptation à long terme. »

Les défis auxquels font face les chercheurs incluent la biomécanique unique du cheval, qui porte 60 pour cent de son propre poids sur ses pattes avant. Quand l’animal subit une blessure à un membre, il redistribue son poids important - entre 400 et 550 kilogrammes ou plus - aux membres non blessés, ce qui mène souvent à une blessure très douloureuse au pied qui s’appelle la « fourbure du membre aidant », et pour lequel le pronostic est mauvais.

L’euthanasie est souvent nécessaire, car la fourbure amène le cheval à transférer son poids à nouveau sur le membre blessé, ce qui empêche la guérison et empire la condition de l’animal.

« Les sangles de soutien et les sangles de sauvetage ne sont pas appropriées, parce qu’elles soulèvent le cheval par la poitrine et l’abdomen, où ils ne devraient pas être soulevés parce qu'ainsi on touche leur respiration et d’autres fonctions physiologiques, » a dit Mme Steinke.

« L’utilisation à long terme de sangles de sauvetage peut également causer des escarres de décubitus chez les chevaux, qui sont semblables aux plaies de lit chez les patients humains alités, qui se produisent en dépit d’excellents soins médicaux », explique la Dre Montgomery. La pression provenant des sangles peut également endommager les organes internes et les nerfs des chevaux.

La Dre Montgomery a travaillé avec RMD au cours des quatre dernières années pour mettre à l’essai et peaufiner l’appareil de levage Equine Assisted Rehabilitation Lift, qui est conçu pour convenir à la biomécanique chevaline. Le harnais appuiera les fonctions de l’appareil, qui utilise un système de compensation de poids assisté par ordinateur pour « charger » au fur et à mesure les membres du cheval pendant la réadaptation, et pour le soutenir s’il bronche.

« Nous voulons fournir de la mobilité contrôlée, et non la suspension d’une grue, a dit la Dre Montgomery.

« Le système aidera à libérer une partie du poids pour que les chevaux puissent marcher et éviter des complications associées à la charge. Il sert à réduire les complications immédiates de l’immobilité, telles que l’affaiblissement des muscles. Avec l’appareil, nous pouvons balancer les chevaux d’un côté à l’autre afin de maintenir la circulation sanguine. »

Mme Steinke a dit que son travail avec RMD est axé sur les structures porteuses du cheval, et sur l’objectif de construire un harnais de manière à ce que le poids soit distribué sur les structures osseuses solides et non sur les muscles ou les organes.

Avec ses boucles à attaches rapides, le harnais sera facile à enfiler et à retirer par une ou deux personnes, ce qui est une considération importante pour les cliniques vétérinaires rurales, où il n’y a souvent qu'un seul employé qui y travaille.

Pour le projet de maîtrise de Mme Steinke, l’équipe se concentre sur la mise à l’essai d’une cuirasse conçue et construite par RMD qui aidera à redistribuer le poids vers l’avant du cheval. L’appareil aura des capteurs électroniques qui détectent le niveau de pression, de chaleur et d’humidité, ainsi que des moyens de régler la charge afin de diminuer la pression.

RMD vise à ce que la cuirasse soit prête à être soumise à des essais sur un cheval pur sang au collège vétérinaire d’ici mai, et les essais continueront au cours de l’été pour modifier la conception au besoin.

La Dre Montgomery a dit que le progrès est nécessairement lent, car chaque pas en avant dépend du pas précédent, et qu’il n’est pas faisable de planifier plusieurs pas à l’avance. La partie du harnais qui correspond aux pattes arrière prendra plus de temps parce que la conception doit permettre aux chevaux d’uriner et de déféquer.

« J'adore les chevaux et je veux contribuer à la santé équine. Je veux résoudre un problème qui n’a pas encore de solution, » a dit la Dre Montgomery.

Réaffiché avec l’autorisation de : USask Research Profile and Impact; https://news.usask.ca/articles/research/2019/usask-team-developing-unique-harness-to-help-save-injured-horses.php


Mitacs remercie le gouvernement du Canada et le gouvernement de la Saskatchewan de leur soutien à l’égard du stage de recherche Accélération dans cet article. À l’échelle du Canada, le programme Accélération reçoit également le soutien d’Alberta Innovates, du gouvernement de la Colombie-Britannique, du gouvernement du Nouveau-Brunswick, du gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, du gouvernement de la Nouvelle-Écosse, du gouvernement de l’Ontario, du gouvernement de l’Île du Prince Édouard, du gouvernement du Québec et de Research Manitoba.


Êtes-vous confronté à un défi d’affaires qui pourrait bénéficier d’une solution de recherche? Si tel est le cas, contactez Mitacs aujourd’hui pour discuter des opportunités de partenariat : BD@mitacs.ca