Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0
octobre 2019

Recherche ciblée sur la population de doré jaune

Coup d'oeil
Le défi

La population de doré jaune, espèce de poisson indigène iconique, diminue progressivement en Amérique du Nord, ce qui touche de nombreuses petites entreprises, y compris l’Old Post Lodge dans le nord-ouest de l’Ontario.

La solution

Un ancien employé et étudiant à la maîtrise à l’Université Trent a étudié la population de doré jaune et ses sources de nourriture.

Le résultat

Les découvertes révolutionnaires indiquent que le doré jaune migre vers des eaux peu profondes après la fraie pour se nourrir d’insectes.

Prochaines étapes

Le rapport sera publié l’année prochaine. L’étude servira à rendre d’autres écosystèmes de doré jaune plus sains et plus résilients.

L’équipe

Ayden Ricker-Held, stagiaire de recherche Mitacs, sous la supervision du professeur David Beresford de l’Université Trent, en partenariat avec le ministère des Richesses naturelles de l’Ontario, de concert avec John Grace, propriétaire de l’Old Post Lodge.

Now, thanks to an innovative study launched by a former employee and current master’s student at Trent University in Peterborough, the Old Post Lodge is working to protect one of its most popular fish species — the walleye. An iconic native fish species that is gradually declining in North America, “the fish are not only fun to catch, but they taste good too,” John says.

Lorsque votre entreprise repose sur un habitat naturel, votre priorité est de le protéger. Pour John Grace et sa famille, propriétaires et exploitants de l’Old Post Lodge, pourvoirie de calibre mondial située sur le lac St-Joseph dans le nord-ouest de l’Ontario, la conservation a toujours été au cœur de la vision d’entreprise.

« Nous avons toujours offert une pêche de très haute qualité et nous savons très bien que si nous ne faisons pas les efforts nécessaires pour la protéger, nous allons la perdre, » explique John, dont le commerce est situé sur le magnifique site historique d’un poste de traite de la Baie d’Hudson datant d’il y a 200 ans. « Par conséquent, l’Old Post Lodge a toujours adopté des pratiques de conservation scientifiques qui favorisent la pêche saine. »

Désormais, grâce à une étude novatrice lancée par un ancien employé et étudiant à la maîtrise à l’Université Trent à Peterborough, l’Old Post Lodge travaille à la protection d’une des espèces de poisson les plus populaires, le doré jaune. Espèce de poisson indigène iconique dont la population diminue progressivement en Amérique du Nord, « le poisson est non seulement agréable à pêcher, mais il est aussi très bon, » précise John.

« Le doré jaune est le poisson de la pêche sportive par excellence dans le nord des États-Unis et au Canada, » poursuit-il, notant que l’existence des pourvoiries, qui sont importantes dans le nord de l’Ontario, repose sur le maintien d’une saine population de doré jaune. « Si on n’emmagasinait pas le doré jaune et ne contrôlait pas régulièrement sa population dans des zones où il y a davantage d’échanges humains, il n’y en aurait assurément plus. »

Alors, lorsqu’Ayden Ricker-Held, guide de pêche et stagiaire de recherche de Mitacs, l’a approché avec une idée avant-gardiste pour contribuer à la conservation du poisson populaire, John s’est rapidement rallié à l’idée.

Cette idée consiste à mieux comprendre les habitudes alimentaires naturelles au large des côtes et le déplacement du doré jaune dans le lac St-Joseph, qui se multiplient, afin que les environnementalistes puissent reproduire l’habitat ailleurs où la population diminue.

Ayden a réussi à mettre le projet en œuvre avec le soutien de Mitacs dans le cadre d’un stage de recherche à l’Université Trent. L’Old Post Lodge a versé 7 500 $, montant qui a été complété par une somme équivalente grâce à Mitacs, ce qui a donné à Ayden le coup de pouce nécessaire pour lancer son projet sous la supervision de David Beresford, professeur de science de l’environnement, et en partenariat avec le ministère des Richesses naturelles de l’Ontario.

 

Étude du déplacement du doré jaune

Le projet est considéré comme révolutionnaire parce que c’est le premier à établir que le doré jaune migre vers des eaux peu profondes après la fraie pour se nourrir d’insectes, phénomène qui a d’abord attiré l’attention d’Ayden lorsqu’il travaillait comme guide à l’Old Post Lodge.

« Les autres pêcheurs à la pourvoirie me disaient que le doré jaune se nourrissait presque exclusivement de mouches de mai à certains moments de l’année, » explique-t-il. « J’ai essayé d’étudier la question et je n’ai trouvé aucune documentation qui mentionnait que les insectes faisaient partie intégrante de l’alimentation du doré jaune. »

Après avoir surveillé les déplacements du poisson et examiné le contenu de l’estomac du doré jaune récolté pour la consommation après des mois, Ayden se prépare à publier son rapport de recherche l’année prochaine. Les renseignements serviront à rendre d’autres écosystèmes de doré jaune plus sains et plus résilients.

« L’emmagasinage et les autres efforts de gestion pour assurer la conservation du doré jaune sont extrêmement coûteux, et, en fin de compte, ils ne règlent pas le problème sous-jacent, » précise Ayden. « Une meilleure approche consiste à comprendre à quoi ressemble l’habitat idéal et à prendre des mesures pour créer de meilleures pêcheries, naturellement. »

 

Triangulation réussie entre l’entreprise, le gouvernement et la recherche

Selon le professeur Beresford, le stage Mitacs a aidé Ayden à intégrer sa recherche et ses aspirations professionnelles. En outre, l’Old Post Lodge a été un excellent partenaire.

« Faire partie d’un partenariat entre le gouvernement, le milieu universitaire et une entreprise privée en vue d’assurer la conservation du doré jaune est un excellent exemple de la façon dont la gestion des ressources peut réunir ces différents groupes dans une cause commune, » note le professeur Beresford.

Il croit aussi que l’Old Post Lodge a tiré profit du fait d’avoir un chercheur sur place pour renseigner les invités et les clients au sujet de la conservation du doré jaune.

« Bon nombre des pêcheurs qui logent au Old Post Lodge viennent des États-Unis. Découvrir directement cette coopération entre l’entreprise et le gouvernement est formidable pour les clients, » souligne le professeur Beresford. « J’ai eu la chance d’être client au Old Post Lodge et de découvrir comment la recherche et le travail se rejoignent. Les propriétaires de l’Old Post Lodge proposent une approche fondée sur le monde réel à l’égard de nos objectifs de conservation.

Ayden est le premier stagiaire Mitacs que le professeur Beresford supervisait, et certainement pas le dernier.

« Je crois qu’il s’agit d’un programme exceptionnel qui contribue réellement à l’industrie et au bien commun. »

 


Mitacs remercie le gouvernement du Canada, le gouvernement de la Saskatchewan, et du gouvernement de la Colombie-Britannique, du gouvernement du Nouveau-Brunswick, du gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, du gouvernement de la Nouvelle-Écosse, du gouvernement de l’Ontario, du gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard, du gouvernement du Québec et de Research Manitoba.