Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0
mai 2014

Roberta Cauchi Santoro : reconstituer l’histoire de London

C’est en voulant satisfaire sa curiosité à l’égard de sa ville que Roberta Cauchi Santoro, stagiaire postdoctorale en littérature comparée, a entamé avec la Ville de London, en Ontario, une collaboration qui permet aujourd’hui à la municipalité de prendre des décisions plus éclairées en matière de planification économique. En recueillant l’histoire orale de 31 édifices patrimoniaux du centre‑ville, Roberta a aidé le bureau de la culture de London à mieux comprendre les ressources et la carte culturelles de la municipalité.

Après s’être installée à London, il y a sept ans, Roberta s’est intéressée à certains édifices historiques qui se dressent dans les environs du centre-ville et dans la rue Dundas, artère historique de la ville. Curieuse de découvrir les raisons pour lesquelles ces richesses architecturales du début de l’ère victorienne étaient en friche, et souhaitant comprendre le rôle passé de ces bâtiments, Roberta s’est alliée à Jenn McLean, directrice du Développement des affaires de Mitacs. Ensemble, elles ont proposé à la Ville de London de retracer cette histoire dans le cadre d’une initiative de revitalisation culturelle lancée par le bureau de la culture de la municipalité. En particulier, Roberta, appuyée par Novita Interpares Ltd et l’Institut urbain du Canada, vise la mise au point d’une méthode de recensement et de consignation de l’histoire des personnes et des événements auxquels ces édifices sont liés et d’ainsi faire la lumière sur l’évolution historique de London en reconstituant cette partie de son patrimoine culturel immatériel.

Dans ses travaux, Roberta s’appuie sur sa superviseure de recherche, Sandra Parmegiani, professeure à l’École de langue et de littérature de l’Université de Guelph, ainsi que sur ses connaissances de l’art du récit, de la culture et de l’architecture qu’elle a acquises dans le cadre de ses études littéraires et qu’elle met aujourd’hui à profit pour affiner ses aptitudes en recherche et pour développer ses compétences professionnelles.

« Les étudiants en sciences humaines peuvent jouer un grand rôle dans l’industrie de la culture, explique Roberta. Mitacs Accélération m’a offert l’occasion extraordinaire de travailler dans ma discipline en dehors de l’université et d’en démontrer l’utilité pour les Canadiens et les Canadiennes. »

Les récits recueillis par Roberta ont contribué à l’établissement de nouvelles collaborations qui permettent aujourd’hui au bureau de la culture de London de jouer un rôle croissant dans la préservation du patrimoine et la prospérité économique de la municipalité. Le bureau de planification de la Ville songe par ailleurs à intégrer les données compilées par Roberta dans ses processus actuels et futurs de préservation patrimoniale et de planification municipale. Enfin, le travail de Roberta a encouragé le bureau de la culture, le conseil du patrimoine et la bibliothèque de London à collaborer à des initiatives de mise en valeur de sites historiques et de préservation du patrimoine.

Robin Armistead, directrice du service de la Culture et de la Politique municipale du bureau de la culture de London, remercie Roberta et Mitacs Accélération d’avoir approfondi les connaissances et élargi le réseau professionnel de son équipe.

« Cette collaboration avec Roberta, rendue possible par Mitacs, nous a beaucoup apporté, précise-t-elle. En plus de faire la lumière sur plusieurs secteurs inexplorés de notre carte culturelle, ces travaux ont suscité de nouvelles idées utiles à la préservation du patrimoine et à la revitalisation du centre-ville. »

Roberta, qui entame aujourd’hui la deuxième année de sa collaboration avec la Ville de London, poursuit l’élaboration d’un modèle de recensement du patrimoine immatériel qui permettra de reconstituer l’histoire d’autres quartiers et d’autres villes, en commençant par l’histoire orale des musées de la municipalité. Les résultats de ses travaux seront présentés lors d’un congrès international organisé au Portugal ce mois-ci. Roberta est enchantée de son expérience et encourage les étudiants en sciences humaines qui réfléchissent à leur carrière à collaborer avec l’industrie de la culture.

« Ces étudiants doivent savoir que grâce à ce type d’expérience, l’université n’est plus le seul endroit où ils peuvent mettre leurs connaissances au service de la société. »


Mitacs remercie le gouvernement du Canada et le gouvernement de l’Ontario de leur soutien à l’égard du stage de recherche Accélération dans cet article. À l’échelle du Canada, le programme Accélération reçoit également le soutien d’Alberta Innovates, du gouvernement de la Colombie-Britannique, du gouvernement du Nouveau-Brunswick, du gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, du gouvernement de la Nouvelle-Écosse, du gouvernement de l’Île du Prince Édouard, du gouvernement du Québec, du  gouvernement de la Saskatchewan et de Research Manitoba.


Êtes-vous confronté à un défi d’affaires qui pourrait bénéficier d’une solution de recherche? Si tel est le cas, contactez Mitacs aujourd’hui pour discuter des opportunités de partenariat : BD@mitacs.ca