Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0
juin 2015

Trouver de nouvelles utilisations à des médicaments existants

Coup d'oeil
Le défi

De nombreux patients souffrent de graves symptômes débilitants à cause de la maladie d’Alzheimer

La solution

Mettre au point des modèles informatisés pour trouver de nouvelles applications à des médicaments existants

Le résultat

Un antidépresseur courant pourrait être utilisé pour traiter la maladie d’Alzheimer

Et ensuite?

La recherche continue permettra à Cyclica de solliciter une approbation réglementaire

Comme de nombreux autres outils, il arrive parfois que des médicaments d'ordonnance soient utilisés à plus d'une fin. Dans le cadre du programme Mitacs Accélération, des chercheurs ont découvert qu'un antidépresseur bien connu pouvait se révéler utile pour lutter contre certains symptômes de la maladie d'Alzheimer.

Au cours de l'été de 2014, des chercheurs de l'École de pharmacie de l'Université de Waterloo examinaient la possibilité d'utiliser un groupe de médicaments appelés inhibiteurs spécifiques du recaptage de la sérotonine (SSRI) - normalement employés comme antidépresseurs - pour traiter la maladie d'Alzheimer. Gary Tin qui terminait sa maîtrise ès sciences en pharmacie avec spécialisation dans le développement biologique et synthétique de médicaments, avait été choisi pour participer au projet, jouant le rôle d'agent de liaison entre les scientifiques de l'université et l'industrie partenaire Cyclica, une entreprise qui se spécialise dans l'utilisation d'ordinateurs pour prédire tous les effets des nouveaux médicaments.

« Selon la théorie, les inhibiteurs SSRI pouvaient bloquer une protéine appelée bêta-amyloïde qui s'accumule dans le cerveau des patients atteints de la maladie d'Alzheimer et qui, croit-on, cause des dommages, » explique Gary. « Nous voulions voir si c'était vrai et comment agiraient les inhibiteurs SSRI. Avec l'aide de Cyclica, nous pouvions avoir une idée des effets des médicaments, puis comparer ces données à celles que nous avons nous-mêmes recueillies au laboratoire de l'université. »

« Notre approche consistait à utiliser nos ordinateurs pour traiter des modèles de tous les médicaments étudiés et de les vérifier par rapport à différents types de protéines, explique Stephen MacKinnon, bioinformaticien en structures de Cyclica. Nous les avons examinés d'un point de vue différent : non pas ce pour quoi ils ont été conçus, mais plutôt ce qu'ils peuvent faire. »

À la fin, l'équipe a découvert que l'un des antidépresseurs, Prozac, était l'inhibiteur SSRI le plus susceptible de bloquer la protéine bêta-amyloïde et de ralentir la progression de la maladie.

« Nous en sommes encore aux toutes premières phases, » souligne Gary, « mais cette recherche ouvre la porte à la possibilité d'autres essais sur des antidépresseurs comme moyen de lutter contre la maladie d'Alzheimer. C'est également avantageux pour les professionnels de la santé et les entreprises pharmaceutiques de pouvoir donner une nouvelle vocation à des médicaments existants, au lieu de devoir attendre des années pour pouvoir en créer de nouveaux. »

Stephen fait remarquer que Cyclica a également tiré profit de sa participation au projet Accélération.

« Cette recherche nous permet d'affiner nos systèmes et d'en apprendre beaucoup sur la façon dont ils fonctionnent. Les connaissances de Gary en chimie organique ont été un bon atout pour notre équipe, et il a pu nous aider dans d'autres projets. En faisant appel à un étudiant du programme Mitacs, nous avons eu un aperçu de ce que nous pouvons faire dans une perspective différente. »


Mitacs remercie le gouvernement du Canada et le gouvernement de l'Ontario de leur soutien à l’égard du stage de recherche Accélération dans cet article. À l’échelle du Canada, le programme Accélération reçoit également le soutien d’Alberta Innovates, du gouvernement de la Colombie-Britannique, du gouvernement du Nouveau-Brunswick, du gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, du gouvernement de la Nouvelle-Écosse, du gouvernement de l’Île du Prince Édouard, du gouvernement du Québec, du gouvernement de la Saskatchewan et de Research Manitoba.


Êtes-vous confronté à un défi d’affaires qui pourrait bénéficier d’une solution de recherche? Si tel est le cas, contactez Mitacs aujourd’hui pour discuter des opportunités de partenariat : BD@mitacs.ca