Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0
Mars 2022

Un chercheur réoriente sa recherche et trouve une solution miracle contre la COVID-19

Coup d'oeil
Le défi

La nécessité de protéger les gens contre la COVID-19 a incité Seyyedarash Haddadi, chercheur postdoctoral en génie chimique à l’Université de la Colombie-Britannique à Okanagan, à délaisser ses recherches sur le graphène des métaux pour s’attaquer aux tissus et trouver un moyen d’améliorer la protection offerte par les masques faciaux. 

La solution

À partir d’une combinaison d’oxyde de graphène et d’argent, M. Haddadi a mis au point un nouveau composé peu coûteux qui peut être utilisé comme revêtement pour les masques, les rendant efficaces à 99,99 % contre la transmission de la COVID-19. 

Le résultat

En faisant équipe avec l’entreprise Zentek en Ontario, M. Haddadi s’efforce de lancer son innovation sur le marché. Après avoir reçu l’approbation de Santé Canada en septembre 2021, Zentek a effectué sa première vente commerciale importante du nouveau revêtement - commercialisé sous le nom de ZenGuard™. Puisque Zentek prévoit construire sa propre usine de fabrication, M. Haddadi espère produire mensuellement en 2022 jusqu’à 800 millions de masques pourvus de son revêtement.

À partir d’une combinaison d’oxyde de graphène et d’argent, M. Seyyedarash Haddadi a mis au point un nouveau composé peu coûteux qui peut être utilisé comme revêtement pour les masques, les rendant efficaces à 99,99 % contre la transmission de la COVID-19.

La pandémie de COVID-19 a créé un urgent besoin d’innovation dans tous les aspects de notre vie - et les chercheuses et chercheurs ont relevé le défi. Des diagnostics et traitements pour la COVID-19 aux changements dans la façon dont nous travaillons et recevons des soins de santé, la pandémie a accéléré l’innovation dans tous les secteurs. 

Partout dans le monde, des spécialistes de la recherche et des entreprises à fort potentiel ont réorienté leurs travaux et leurs ressources pour répondre au besoin urgent de solutions dans le monde. Au Canada, le cas de Seyyedarash (Arash) Haddadi est un exemple remarquable de partenariats d’innovation permettant de contrer la menace que représente la COVID-19. 

En mars 2020, M. Haddadi poursuivait des recherches postdoctorales au campus Okanagan de l’Université de la Colombie-Britannique sur des revêtements anticorrosion pour des pièces métalliques. Lorsque la pandémie a frappé, il a réorienté ses recherches pour réagir à la crise. 

Mitacs facilite la collaboration entre le milieu postsecondaire et le secteur privé 

M. Haddadi a délaissé ses recherches initiales sur le graphène pour les métaux pour se consacrer aux tissus, trouvant la « solution miracle » pour protéger les masques grâce à un revêtement antiviral constitué d’une combinaison d’oxyde de graphène et d’argent. Il a reçu un financement pour son projet dans le cadre du programme Élévation de Mitacs d’une durée de deux ans, qui met en relation des chercheuses et chercheurs postdoctoraux avec des partenaires du secteur privé pour des projets d’innovation. 

Après avoir obtenu sa bourse de Mitacs, M. Haddadi s’est installé en Ontario pour collaborer avec une entreprise, Zentek, afin de mettre au point et commercialiser son produit. 

  « Le produit final est constitué d’une feuille d’oxyde de graphène recouverte d’argent, d’une épaisseur de moins d’un nanomètre, que nous dispersons dans l’eau et que nous pulvérisons ensuite sur la surface des tissus », explique M. Haddadi, ajoutant qu’aucun solvant ou produit chimique toxique n’est ajouté au composé, ce qui donne un revêtement inodore et sans danger pour le consommateur. « Lorsque nous l’appliquons sur un masque ordinaire à quatre épaisseurs, nous enduisons la couche intérieure de sorte que le revêtement ne se trouve pas à l’extérieur du masque », souligne-t-il. 

Le résultat de près de 18 mois d’exploration et d’expérimentation est un revêtement de masque peu coûteux à fabriquer et efficace à plus de 99,9 % contre la transmission entre personnes des agents pathogènes du virus de la COVID-19 en suspension dans l’air et sur les surfaces. 

Approbation du produit et succès de la commercialisation 

En septembre 2021, le premier masque doté du revêtement d’oxyde de graphène et d’argent a reçu l’approbation de Santé Canada, et Zentek a ensuite effectué la première vente de son produit, commercialisé sous la marque ZenGuardMC, à TreboRX Corp, une entreprise établie en Ontario. Prévoyant une forte demande, Zentek a investi 15 millions de dollars pour accroître sa production et fabriquer 800 millions de masques antimicrobiens par mois en 2022. 

« Après avoir annoncé notre invention, de nombreuses entreprises du monde entier nous ont fait part de leur intérêt à s’associer avec nous pour mettre à l’essai et utiliser ce revêtement sur leurs tissus », fait remarquer M. Haddadi. Selon lui, ce qui rend ce produit intéressant, c’est qu’il ne faut qu’une très petite quantité de revêtement pour neutraliser efficacement les agents pathogènes. « Un gramme de matériau suffit à recouvrir 300 masques, ce qui en fait une solution très abordable à grande échelle. » 

Selon M. Haddadi, Mitacs l’a aidé à commercialiser ses recherches de deux manières importantes. 

« Tout d’abord, en tant que diplômé universitaire d’Iran, Mitacs m’a introduit à la recherche et au secteur privé au Canada. Ensuite, l’allocation fournie par Mitacs m’a permis de me concentrer sur ma recherche et la découverte. » 

Dans le cadre du volet de formation en gestion du programme Élévation, M. Haddadi a également acquis de précieuses compétences dans le domaine des affaires, notamment la gestion de projet, la rédaction de propositions d’affaires et la demande de brevet. 

Reconnaissance et projets d’expansion 

En plus d’avoir réussi à commercialiser rapidement son produit, M. Haddadi a reçu le prestigieux Prix Mitacs pour la commercialisation de 2021, décerné par le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) et présenté au Centre national des Arts à Ottawa le 23 novembre 2021.  

« Le succès de M. Haddadi démontre très bien la façon dont les partenariats postsecondaires avec le secteur privé de Mitacs stimulent l’innovation canadienne », a déclaré John Hepburn, PDG de Mitacs. « La collaboration entre M. Haddadi et Zentek est un parfait exemple de la façon dont le jumelage par Mitacs de l’expertise de recherche avec le bon partenaire industriel peut créer des innovations qui font une différence pour le Canada et le monde. » 

Pour sa part, M. Haddadi espère utiliser son innovation pour résoudre d’autres problèmes. « Nous cherchons encore à optimiser ce revêtement et à le mettre à l’essai dans d’autres applications », explique-t-il. 

Puisqu’il présente un incroyable potentiel d’améliorer la vie des gens, Zentek est d’avis que ce type de nanotechnologie jouera un rôle prépondérant dans les futures percées dans le domaine des soins de santé.