Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0
Octobre 2022

Un outil révolutionnaire prédit la probabilité d’accident vasculaire cérébral

Coup d'oeil
L'équipe

Karina Gasbarrino, co-fondatrice et chef de la direction, et des collègues de l’entreprise en démarrage du secteur de la santé numérique, PLAKK Inc. 

Le défi

Comment mieux prédire et prévenir les accidents vasculaires cérébraux 

La solution

Les technologies de l’IA et de l’analyse d’images qui examinent de façon plus précise les dépôts adipeux dans les artères du cou 

 

 

Le résultat

PLAKK travaille actuellement sur deux versions de sa technologie, une qui servira d’outil d’aide à la décision pour les radiologues qui interprètent les images échographiques, et l’autre qui sera adaptée en vue d’une utilisation par les médecins de famille, notamment dans les communautés rurales et éloignées

Une innovatrice montréalaise s’est donné la mission de mieux prédire et prévenir les accidents vasculaires cérébraux afin qu’un moins grand nombre de familles souffrent de la perte soudaine d’un être cher. Son outil, le premier en son genre, se sert des technologies de pointe de l’AI et de l’analyse d’images pour faire des prédictions plus exactes relativement aux accidents vasculaires cérébraux

Karina Gasbarrino se sert de l’IA pour s’attaquer à la deuxième cause de décès et à la troisième cause d’invalidité au monde, un accident vasculaire cérébral (AVC). Son parcours a commencé il y a plus de 10 ans lorsqu’elle a perdu son grand-père à la suite d’un AVC. Depuis, elle a consacré sa carrière universitaire à sa mémoire, en contribuant à faire progresser le dépistage et le diagnostic précoces de dépôts adipeux dans les artères du cou. La rupture de ces plaques est la principale cause des AVC. 

Karina Gasbarrino atteint son objectif grâce à l’outil qu’elle a mis au point, le premier en son genre, un système infonuagique appelé SonoPlaqueMC. La plateforme se sert des technologies de pointe de l’intelligence artificielle (IA) et de l’analyse d’images pour examiner ces dépôts adipeux de façon plus précise. Désormais, elle se sert de son approche novatrice pour prévenir les AVC par l’entremise de son entreprise en démarrage du secteur de la santé numérique, PLAKK Inc., dont elle est co-fondatrice et chef de la direction. 

Habiliter les médecins 

La plateforme de son entreprise s’apprête à révolutionner la prévention des AVC en permettant aux médecins de dépister et de caractériser avec précision les plaques à risque élevé à l’aide d’images échographiques en appliquant l’apprentissage profond pour comprendre de quoi ces plaques sont faites et mesurer des paramètres clés qui dénotent un risque élevé d’AVC. Une cote de risque d’AVC est attribuée aux patientes et aux patients pour déterminer plus facilement si une chirurgie ou un traitement préventif est nécessaire, de la même manière qu’un taux élevé de PSA permet de déterminer si une intervention est nécessaire pour traiter le cancer de la prostate. 

« Lorsque j’ai terminé mon doctorat, je savais que je voulais avoir une incidence importante sur la vie des gens, et j’ai pensé que je pourrais commencer par réfléchir à un outil qui pourrait être facilement intégré dans les cliniques médicales », explique la chercheuse. « À l’heure actuelle, les AVC surviennent n’importe quand et n’importe où, et nous ne savons tout simplement pas comment les prédire. Nous savons que les plaques causent la majorité des AVC, mais nous ne les dépistons pas. » Karina Gasbarrino a terminé son doctorat en médecine expérimentale à l’Université McGill. 

Fonctionnement 

Le problème de méthodes diagnostiques actuelles pour la prévention des AVC est que les médecins traitants ne tiennent compte que d’un seul paramètre : le niveau d’obstruction de l’artère que révèle l’échographie du cou de la personne et qui est signalé par une ou un radiologue. Or, les recherches montrent qu’un seul paramètre est insuffisant pour connaître le risque exact d’AVC, de sorte que des personnes ne sont pas diagnostiquées. 

La technologie SonoPlaqueMC va plus loin en fournissant plus de renseignements sur les plaques elles-mêmes — comme l’importance de l’inflammation, la quantité de plaques ou de calcification présente — pour mieux quantifier le risque. Les médecins téléchargent les images échographiques de leur patiente ou patient dans le nuage et la plateforme attribue automatiquement une cote de risque d’AVC en faisant appel à des modèles d’apprentissage profond mis au point par PLAKK pour analyser rapidement les paramètres des plaques. Si la cote de risque d’AVC est élevée, les plaques peuvent être retirées au moyen d’une chirurgie ou traitées en toute confiance, prévenant ainsi de manière proactive les AVC. 

Avantage concurrentiel 

Le principal élément qui distingue l’entreprise des autres approches est le fait qu’elle utilise des images échographiques sûres et économiques. D’autres technologies émergentes font appel à la tomodensitométrie ou à l’imagerie par résonance magnétique, qui exposent les patientes et patients à des radiations et qui sont plus coûteuses ou qui ne sont pas aussi facilement disponibles que les échographies. « Nous sommes également la seule entreprise à adopter une approche qui mise sur la médecine de précision en utilisant l’IA et les images échographiques classiques et à attribuer une cote de risque individuelle », souligne Karina Gasbarrino. 

PLAKK travaille actuellement sur deux versions de sa technologie, une qui servira d’outil d’aide à la décision pour les radiologues qui interprètent les images échographiques, et l’autre qui sera adaptée en vue d’une utilisation par les médecins de famille, notamment dans les communautés rurales et éloignées. Cette année, la jeune pousse prévoit de faire évaluer un prototype sur le terrain par des radiologues afin d’obtenir les autorisations de Santé Canada et de la FDA. 

Le programme Mitacs Accélération Entrepreneur a aidé Karina Gasbarrino et d’autres membres de l’équipe de R et D de PLAKK à faire avancer le processus de développement de leur système novateur. 


Les programmes de Mitacs sont financés par plusieurs partenaires estimés à travers le Canada. Nous remercions le gouvernement du Canada, le gouvernement de l’Alberta, le gouvernement de la Colombie-Britannique, Research Manitoba, le gouvernement du Nouveau-Brunswick, le gouvernement de la Nouvelle-Écosse, le gouvernement de l’Ontario, Innovation PEI, le gouvernement du Québec via le Fonds de recherche du Québec – Nature et technologies, le gouvernement de la Saskatchewan, le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador et le gouvernement du Yukon de nous aider à favoriser l’innovation et la croissance économique partout au pays. 

Avez-vous un défi d’affaires qui pourrait bénéficier d’une solution de recherche? Si tel est le cas, contactez Mitacs aujourd’hui pour discuter d’occasions de partenariat : BD@mitacs.ca.