Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0
mars 2019

Un partenariat de haute technologie explore les perceptions humaines des agents conversationnels

Coup d'oeil
L’équipe

Kiite avec la chercheuse Julia McMenamin, sous la supervision d’Alex Benson et John Meyer du département de la psychologie à l’Université Western.

Le défi

Les gens ne font pas encore confiance aux technologies d'intelligence artificielle, telles que les agents conversationnels

La solution

Une étude qualitative pour mieux comprendre les comportements de confiance des utilisateurs

Le résultat

Un agent conversationnel pour soutenir les professionnels de la vente à accéder aux ressources et aux outils

Prochaines étapes

La recherche continue sur divers aspects de la confiance et de l’intelligence artificielle

L’entreprise en démarrage Kiite de Waterloo veut savoir si vous feriez confiance à un robot. Plus spécifiquement, comment vos perceptions de l’intelligence artificielle touchent-elles vos interactions avec un agent conversationnel dans un milieu de travail? Pour répondre à cette question, Kiite s’est tournée vers la chercheuse Julia McMenamin du département de la psychologie de l’Université Western.

 « Nous avions envie de comprendre quelles réactions les gens pourraient avoir envers un agent dans divers types de situations en milieu de travail, affirme Julia. « Les gens feront-ils confiance au système de la même façon qu’ils font confiance à une personne?  Quelles sortes de défis ou d’obstacles pourraient se produire quand les agents conversationnels sont intégrés dans un milieu de travail à titre d’outil? »

Sous la supervision d’Alex Benson et de John Meyer, Julia a effectué une étude qualitative des utilisateurs de l’agent conversationnel de Kiite. Ils ont exploré des questions sur les idées préconçues que les utilisateurs avaient face aux agents conversationnels, et les conséquences en ce qui concerne la confidentialité et la confiance dans l’utilisation d’un agent conversationnel pour diverses applications. Ils visaient à comprendre comment les réactions et les interactions des gens avec l’agent pourraient différer de celles avec un être humain. 

La recherche a finalement façonné l’agent conversationnel phare de Kiite, pour qu’il soutienne les équipes de vente en accédant aux ressources et aux outils pour faire leur travail.

Donna Litt, cofondatrice de Kiite, a considéré le partenariat comme étant une expérience unique pour son équipe. 

« L’IA évolue si vite, on peut facilement créer de nouvelles technologies sans plus y réfléchir, dit-elle. « La recherche de Julia nous a donné un nouvel aperçu du problème auquel nous faisons face, et les perspectives qu’elle a découvertes font en sorte que nous développons notre technologie de façon plus réfléchie. »

Le partenariat a également rendu possibles de nouvelles collaborations et des recherches supplémentaires avec le département de la psychologie de l’Université Western au cours de l’évolution de la technologie.

 « Mitacs a été un excellent partenaire dans cette réalisation, poursuit Donna. « D’après ce que je vois, Mitacs est un organisme entièrement dévoué à nous aider à créer le meilleur produit. Du soutien de notre spécialiste local du développement des affaires, à la collaboration avec Julia et ses superviseurs, nous avons trouvé l’expérience entière très accessible. »

Pour Julia, l’expérience l’a menée à la fine pointe de la recherche en psychologie ainsi que de la technologie.

« Nous nous trouvons à un moment intéressant, parce que l’IA est sur le point de devenir si ordinaire, et pourtant jusqu’à récemment il s'agissait de la science-fiction. Ça a été une expérience formidable d'avoir une vue intérieure de ce domaine, ainsi que d’une entreprise en démarrage comme Kiite. Je suis enthousiaste à l’idée d’aller plus loin avec cette recherche et de réaliser de nouveaux projets avec les entreprises alors que je poursuis mes études. »


Mitacs remercie le gouvernement du Canada et le gouvernement de l’Ontario de leur soutien à l’égard du stage de recherche Accélération dans cet article. À l’échelle du Canada, le programme Accélération reçoit également le soutien d’Alberta Innovates, du gouvernement de la Colombie-Britannique, du gouvernement du Nouveau-Brunswick, du gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, du gouvernement de la Nouvelle-Écosse, du gouvernement de l’Île du Prince Édouard, du gouvernement du Québec, du gouvernement de la Saskatchewan et de Research Manitoba.


Êtes-vous confronté à un défi d’affaires qui pourrait bénéficier d’une solution de recherche? Si tel est le cas, contactez Mitacs aujourd’hui pour discuter des opportunités de partenariat : BD@mitacs.ca