Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0
septembre 2015

Un stagiaire vise l’espace

Cet été, pendant 12 semaines, Yukun vit sa passion en concevant et en fabriquant à l’aide d’une imprimante 3D un moteur électrique destiné à des utilisations extraterrestres. Sous la supervision du professeur Alex Ellery du Département de génie mécanique et aérospatial de l’Université Carleton, le projet de Yukun nécessite l’utilisation de l’imprimante 3D RepRap, un appareil en mesure de reproduire des pièces mécaniques.

Tout le monde le sait, il ne faut pas manquer le panorama et les bruits de la ville d’Ottawa pendant l’été, mais pour Yukun Huang, un stagiaire de recherche du programme Globalink, c’est plutôt les nuits étoilées de la ville qui l’intéressent. Sa fascination pour l’espace remonte à son enfance, au moment où on lui a acheté son premier télescope. Au fil des ans, cet intérêt a grandi et l’a incité à poursuivre des études en génie mécanique au Harbin Institute of Technology de la Chine dans l’espoir de travailler un jour dans le domaine de laérospatiale.

Cet été, pendant 12 semaines, Yukun vit sa passion en concevant et en fabriquant à l’aide d’une imprimante 3D un moteur électrique destiné à des utilisations extraterrestres. Sous la supervision du professeur Alex Ellery du Département de génie mécanique et aérospatial de l’Université Carleton, le projet de Yukun nécessite l’utilisation de l’imprimante 3D RepRap, un appareil en mesure de reproduire des pièces mécaniques. Le but ultime du projet consiste à adapter l’imprimante RepRap pour qu’elle puisse être utilisée dans des environnements comme la Lune ou des astéroïdes pour produire des robots et de nouvelles pièces de machines dans l’espace.

Un projet de recherche pratique est exactement ce que souhaitait réaliser Yukun lorsqu’il a présenté sa demande au programme Globalink.

« Ce stage m’a permis d’explorer mes aspirations de carrière dans un contexte plus vaste à l’aide de l’éducation et des connaissances que j’ai acquises lors de mes études dans mon pays d’origine », souligne Yukun.

Lorsqu’il ne travaille pas au laboratoire, Yukun passe beaucoup de temps à visiter les musées réputés d’Ottawa, notamment le Musée canadien de la guerre et le Musée canadien de l’histoire. Il espère revenir un jour au Canada pour faire ses études de maîtrise et poursuivre sa carrière.

 


Mitacs remercie le gouvernement du Canada et le gouvernement de l'Ontario de leur soutien à l’égard du stage de recherche Globalink dans cet article. À l’échelle du Canada, le programme Globalink reçoit également le soutien d’Alberta Innovates, du gouvernement de la Colombie-Britannique, du gouvernement du Nouveau-Brunswick, du gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, du gouvernement de la Nouvelle-Écosse, du gouvernement de l’Île du Prince Édouard, du gouvernement du Québec, du gouvernement de la Saskatchewan et de Research Manitoba.

De plus, Mitacs est fier de collaborer avec des partenaires internationaux pour appuyer le programme Globalink, notamment le China Scholarship Council, Campus France, le ministère du Développement des ressources humaines de l’Inde, l’Institut technologique d’études supérieures de Monterrey du Mexique, l’Université nationale autonome du Mexique, lle ministère de l’Éducation de l’Arabie saoudite, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique de la Tunisie et la Mission Universitaire de Tunisie en Amerique du Nord.


Êtes-vous confronté à un défi d’affaires qui pourrait bénéficier d’une solution de recherche? Si tel est le cas, contactez Mitacs aujourd’hui pour discuter des opportunités de partenariat : BD@mitacs.ca