Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0
juin 2015

Une étudiante en génie du Mexique avance à grands pas dans la conception de prothèses à la Polytechnique

Dans son projet, Luz allie la robotique à la conception de prothèses. Elle travaille sur la conception d’une main artificielle pourvue de doigts modulaires qui peuvent être actionnés individuellement ou simultanément, selon les besoins de l’utilisateur de la main.

Luz Anchondo Vásquez a toujours aimé venir en aide aux gens. Grâce à un stage de recherche Globalink, elle est en mesure de jumeler cet intérêt à ses connaissances en mécatronique.

C’est à son université, le Tecnológico de Monterrey Campus Chihuahua du Mexique, que Luz a entendu parler pour la première fois du Programme de stages de recherche Globalink. Avec l’aide d’un ami qui a déjà effectué un stage, Luz a présenté une demande et elle a ensuite été jumelée à Lionel Birglen pour un projet au Département de génie mécanique de l’École Polytechnique de Montréal.

Dans son projet, Luz allie la robotique à la conception de prothèses. Elle travaille sur la conception d’une main artificielle pourvue de doigts modulaires qui peuvent être actionnés individuellement ou simultanément, selon les besoins de l’utilisateur de la main.

Chaque doigt modulaire possède un actionneur qui « procure beaucoup plus de souplesse et de liberté que d’autres versions similaires de cet appareil », explique Luz. Cette prothèse pourrait un jour être utilisée par des personnes qui ont perdu une main à cause d’une blessure ou d’une maladie ou lors de télémanipulations dans l’espace au moyen d’un bras robotisé.

Luz profite du temps qu’elle passe à Montréal et a relevé le défi d’explorer et d’apprendre l’anglais et le français, en plus d’acquérir une précieuse expérience dans son domaine. Elle apprécie particulièrement la diversité dans son laboratoire et au sein de ses collègues stagiaires du programme Globalink.

« À ma résidence, il y a des étudiants du Mexique, de l’Inde et du Vietnam; nous partageons des repas et découvrons les mets et la culture des uns et des autres. »

Lorsque nous lui demandons l’aspect qu’elle a préféré de son expérience au Canada, Luz ne se fait pas prier pour louanger le Grand Prix de Montréal. « Ce sont les 100 $ les mieux dépensés de ma vie!” Quand elle aura terminé ses études de premier cycle, Luz souhaite poursuivre sa carrière dans la recherche en génie biomédical ou en génie mécanique au Canada. « C’est l’été le plus extraordinaire de ma vie... J’aimerais bien revenir. »


Mitacs remercie le gouvernement du Canada et le gouvernement du Quebec de leur soutien à l’égard du stage de recherche Globalink dans cet article. À l’échelle du Canada, le programme Globalink reçoit également le soutien d’Alberta Innovates, du gouvernement de la Colombie-Britannique, du gouvernement du Nouveau-Brunswick, du gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, du gouvernement de la Nouvelle-Écosse, du gouvernement de l’Ontario, du gouvernement de l’Île du Prince Édouard, du gouvernement de la Saskatchewan et de Research Manitoba.

Mitacs est fier de collaborer avec des partenaires internationaux pour appuyer le programme Globalink, notamment le Coordenação de Aperfeiçoamento de Pessoal de Nível Superior du Brésil, le China Scholarship Council, Campus France, le ministère du Développement des ressources humaines de l’Inde, l’Institut technologique d’études supérieures de Monterrey du Mexique, l’Université nationale autonome du Mexique et le ministre de l’Éducation de l’Arabie Saoudite.


Êtes-vous confronté à un défi d’affaires qui pourrait bénéficier d’une solution de recherche? Si tel est le cas, contactez Mitacs aujourd’hui pour discuter des opportunités de partenariat : BD@mitacs.ca