Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0
juil 2016

Une recherche à l’Université Wilfrid-Laurier explore les défis des femmes immigrantes

Coup d'oeil
Le stagiaire

Denisse de la Peña Barajas du Tecnológico de Monterrey in Mexico 

Accueilli par

Dr. Jenna Hennebry, centre international de recherche sur l’immigration à l’Université Wilfrid-Laurier 

La recherche

L’expérience des immigrantes et leurs modèles d’envoi d’argent gagné à l’étranger à leur pays d’origine

Denisse de la Peña Barajas a un intérêt de longue date pour les études de genre. Elle termine son baccalauréat en sciences politiques à l’Institut de Technologie de Monterrey au Mexique et tout au long de ses études, elle a cherché des occasions de recherche sur le sujet.

Par le plus grand des hasards, Denisse a reçu un courriel du bureau international de son université qui parlait d’une occasion de venir au Canada pour un stage de recherche Globalink. Denisse — curieuse à propos du pays après avoir pris un cours sur la culture de l’Amérique du Nord — a postulé sur plusieurs projets ayant une composante d’études de genre et fut jumelée à Mme Jenna Hennebry, Directrice du International Migration Research Centre [centre international de recherche sur l’immigration] de l’Université Wilfrid-Laurier à Waterloo, Ontario.

Le projet de Denisse examine l’expérience des immigrantes et leurs modèles d’envoi d’argent gagné à l’étranger à leur pays d’origine, ce qui est connu comme des remises. L’équipe de recherche explore le sujet au Mexique, en Moldova et aux Philippines et Denisse se concentre spécifiquement sur les données de son pays d’origine. C’est la troisième et dernière partie d’une série de trois rapports écrits pour ONU Femmes qui explore les processus d’immigration auxquels font face les femmes.

Elle travaille aussi sur un autre projet sous la supervision de Mme Hennebry qui examine cette fois-ci la santé sexuelle des femmes immigrantes et Denisse se rendra à St Catherines, Ontario pour entreprendre du travail de terrain et interviewer des femmes immigrantes qui travaillent en agriculture dans la région. Elle aura l’occasion de prendre connaissance des conditions des immigrantes temporaires qui travaillent dans les champs ontariens.

En plus de ses projets de recherche, Denisse trouve aussi du temps pour explorer son environnement : « J’ai pris des leçons de danse swing, ce qui était particulièrement plaisant puisque c’est rare au Mexique », s’enthousiasme-t-elle. « Je suis allée à Niagara Falls et j’espère visiter Toronto plus tard pendant l’été. »

L’expérience canadienne de Denisse l’emballe pour l’avenir : « Je veux faire demande pour une maîtrise à la Balsillie School of International Affairs ou l’Université de Toronto avec de l’appui de la Bourse aux cycles supérieurs Globalink. J’ai tellement hâte de revenir et je veux terminer mon baccalauréat le plus rapidement possible. »

 


Mitacs tient à remercier le gouvernement du Canada ainsi que le gouvernement de l’Alberta, le gouvernement de la Colombie-Britannique, Research Manitoba et le gouvernement du Québec pour leur soutien au Programme de stages de recherche Mitacs Globalink. De plus, Mitacs est fier de collaborer avec des partenaires internationaux pour appuyer Globalink, notamment Universities Australia, le China Scholarship Council, Campus France, le ministère du Développement des ressources humaines de l’Inde, le secrétariat d’éducation publique du Mexique, l’Institut technologique d’études supérieures Monterrey et l’Université nationale autonome du Mexique, le ministère de l’Éducation de l’Arabie saoudite et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique de la Tunisie et la Mission universitaire de Tunisie en Amérique du Nord.