Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0
décembre 2013

Une recherche sur les télécapteurs amène des stagiaires à fonder leur propre entreprise

Il est crucial pour une entreprise exploitant une importante flotte de véhicules d'en assurer la surveillance et l'entretien de manière optimale.

BMI Technologies est une société albertaine qui fabrique des systèmes de capteurs intégrés qui suivent que l’on fait des chariots élévateurs à fourche. Avant d’apprendre l’existence du programme Accélération, l’entreprise recherchait un moyen de perfectionner sa technologie pour pouvoir analyser automatiquement, au moyen d'une liaison à un système informatique central, les données recueillies pour une importante flotte de véhicules.

BMI n’avait ni service de recherche ni service d'ingénierie interne, mais avait cependant fini par apprendre l’existence du programme Accélération par l'entremise d'Arvind Gupta, chef de la direction de Mitacs, lors d'une rencontre fortuite dans une activité sociale tenue à Vancouver.

Après avoir convenu du financement d’un projet de recherche avec Christine Gillies, directrice Développement des affaires de Mitacs en Alberta, le professeur Mike Lipsett, du Département de génie mécanique de l’Université de l’Alberta, a pu élaborer un plan de recherche avec Steve Plexman, président de BMI.

Professeur Lipsett a mené le projet de recherche avec un confrère spécialisé en informatique, en supervisant une équipe multidisciplinaire de cinq stagiaires de l'Université de l'Alberta. L'équipe s'est jointe au projet dans le cadre des stages en grappes Mitacs Accélération, conçus pour des initiatives de recherche de longue durée requérant la participation de plusieurs étudiants. 

Stephen Dwyer, un étudiant à la maîtrise en génie mécanique, a indiqué que l'objectif du projet était à la fois d'améliorer et d'automatiser la technologie de l'entreprise.  

« Le système employé antérieurement par BMI demandait de multiples interventions manuelles, explique-t-il, tandis que celui que nous avons conçu analyse automatiquement les données. Grâce à des capteurs intégrés, nous arrivons maintenant à surveiller en temps réel les déplacements des véhicules au moyen d'un GPS. Nous savons pendant combien de temps ils ont fonctionné, le moment auquel on les a démarrés et arrêtés et l'heure à laquelle les dernières données ont été relayées au serveur. »

« Toutes ces données nous parviennent par l’entremise d’un système de traitement sans fil lié à un réseau cellulaire, poursuit Stephen. C’est ce qui permet de centraliser les opérations de gestion et de surveillance. L’idée était de créer un système capable de surveiller des dizaines de milliers de véhicules à la fois. »

Le système peut servir à créer des horaires d'entretien plus mieux organisés pour une importante flotte de véhicules, ainsi qu’à déterminer quelles unités ne sont pas utilisées à leur plein potentiel, de manière à réduire le temps d’immobilisation.

« Cette technologie peut également être appliquée aux voitures de taxi, aux véhicules de location ou à n’importe quel autre type d’équipement commercial léger », explique le professeur Lipsett.

Le professeur indique par ailleurs que certains de ses stagiaires planifient déjà poursuivre le développement de cette technologie à la fin de leurs études universitaires :

« Trois d’entre eux planifient fonder leur propre entreprise dans le but de commercialiser ces systèmes intégrés. Je les encourage maintenant à terminer leur thèse pour qu’ils puissent se lancer en affaires. Le programme Accélération de Mitacs leur a permis d’acquérir une excellente expérience pratique en milieu industriel. »

Steve Plexman, président de BMI, soutient quant à lui que l'établissement d'une collaboration avec des étudiants des cycles supérieurs en génie dans le cadre d'un projet de recherche Mitacs Accélération cofinancé a permis de faire d’une nouvelle technologie une réalité :

« Les étudiants ont abordé notre défi avec une perspective différente et avec une compréhension globale de la technologie et du concept que nous tentions de développer. Ils avaient de l'énergie et des idées neuves, et ils étaient ouverts à de nouvelles façons de travailler. »

« Nous embaucherions ces stagiaires s’ils ne songeaient pas à fonder leur propre entreprise. Par ailleurs, nous pourrions bien être l'un de leurs premiers clients s’ils se lancent en affaires ! »

Mitacs remercie le gouvernement du Canada, le programme de Stages en recherche et développement industrielle (SRDI) des Réseaux de centre d’excellence, le ministère de la Diversification économique de l’Ouest, CNRC-PARI et Alberta Innovates Technology Futures pour leur soutien au programme Accélération en Alberta.