Cherchez dans les histoires d’impact
Video Content: 
0
mai 2014

Vaincre le cancer buccal au moyen des recherches de Mitacs

Le premier stade d’un cancer buccal présente très peu de symptômes. Par conséquent, il est très rare qu’un diagnostic soit établi avant l’atteinte de stades plus avancés où il devient difficile de traiter la maladie. Le taux de mortalité associé à ce type de cancer s’établit à 50 % dans les cinq années suivant son apparition. Les patients qui y survivent souffrent souvent de séquelles sévères altérant leur capacité à se nourrir et à parler, et ce, même s’ils ont subi une chirurgie réussie.

En diagnostiquant les lésions buccales précancéreuses et en prenant de meilleures décisions cliniques, les médecins peuvent contribuer de manière significative à la réduction du taux de mortalité. Ils améliorent également la qualité de vie des patients qui peuvent alors subir une chirurgie plus tôt, ce qui réduit l’ampleur des traumatismes qu’elle causera. Aussi, cela fera en sorte que le patient sera traité à moindre coût.

ProteoCyte Diagnostics inc., une entreprise de Toronto, a conçu un nouveau système  diagnostique appelé Straticytemc. Ce système reconnaît de manière précise et objective les lésions buccales précancéreuses qui présentent un risque élevé de progression, ce qui permet aux patients de bénéficier de traitements hâtifs assurant leur survie, tout en améliorant leur qualité de vie.  

Grâce à Rebecca Bourque, directrice du Développement des affaires chez Mitacs, l’entreprise, en quête d’une expertise de recherche universitaire en statistiques, a été jumelée à Akram Alyass, un étudiant à la maîtrise en statistiques de l'Université McMaster, ainsi qu’à son superviseur Lehana Thabane, Ph. D.

Dans le cadre de ses recherches, Akram a d’abord eu pour tâche d’analyser divers biomarqueurs et variables dans les lésions buccales que ProteoCyte a associées à la progression du cancer. Par la suite, Akram a conçu différents modèles mathématiques calculant les probabilités qu'une lésion devienne cancéreuse.

« Nous calculons par ordinateur une cote de risque sur une échelle de 0 à 100. Cette cote est basée sur la présence et l’emplacement de biomarqueurs relevés dans les biopsies de lésions buccales que nous recevons par les laboratoires de pathologie, explique Akram.  La cote indique si le patient court un risque élevé, moyen ou faible de voir ces lésions se transformer en cancer au cours des cinq années à venir. »

« Si le risque est élevé, les cliniciens peuvent retirer la lésion à un stade précoce de sa progression et assurer ensuite un suivi régulier. Aussi, pour les patients à faible risque, le système réduit le nombre de faux résultats négatifs, ce qui assure la tranquillité d’esprit des patients et des cliniciens. »

Les modèles statistiques réalisés par Akram ont permis à l’entreprise de commercialiser le test pronostique, a indiqué Mario Thomas, chef de la direction de la commercialisation chez ProteoCyte. Le test sera lancé au Canada en 2014, puis en Europe et aux États-Unis en 2015.

« Il s’agit d’une véritable percée pour les personnes atteintes d’un cancer buccal. La valeur prédictive de la probabilité de progression des lésions précancéreuses vers des lésions cancéreuses s’élève à 90 %. »

« Notre produit est le premier test diagnostic moléculaire en son genre. Il assure de meilleurs résultats aux patients tout en faisant réaliser de grandes économies au système de santé. Ce modèle efficace, conçu avec l’aide d'un stagiaire de Mitacs, nous a épargné plusieurs mois de travail statistique. »


Mitacs remercie le gouvernement du Canada et le gouvernement de l’Ontario de leur soutien à l’égard du stage de recherche Accélération dans cet article. À l’échelle du Canada, le programme Accélération reçoit également le soutien d’Alberta Innovates, du gouvernement de la Colombie-Britannique, du gouvernement du Nouveau-Brunswick, du gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, du gouvernement de la Nouvelle-Écosse, du gouvernement de l’Île du Prince Édouard, du gouvernement du Québec, du gouvernement de la Saskatchewan et de Research Manitoba.


Êtes-vous confronté à un défi d’affaires qui pourrait bénéficier d’une solution de recherche? Si tel est le cas, contactez Mitacs aujourd’hui pour discuter des opportunités de partenariat : BD@mitacs.ca