16 000 +

projets de recherche et d’innovation financés

858 +

millions de dollars investis au cours des 10 dernières années

250 M$

investis en 2019-2020

33 000

chercheurs dans notre réseau

6 000 +

organisations

117

partenaires postsecondaires

6 000 +

stages de recherche internationale

1 450 +

cours de perfectionnement professionnel

22 000 +

participants aux formations
Blogue

Neuf jeunes pousses et PME canadiennes

à surveiller en 2022

Points clés

  • Les partenariats entre le secteur privé et le milieu postsecondaire peuvent nous aider à relever les défis économiques et sociaux actuels.
  • Depuis le début de la pandémie, environ 2 000 entreprises ont établi un partenariat avec Mitacs — dont 70 % de PME.
  • Le Canada a investi plus de 13 milliards de dollars dans la science et la recherche depuis 2016.
  • En commercialisant la recherche postsecondaire, le Canada peut combler le fossé entre l’invention et l’innovation.

Peu de propriétaires d’entreprises et d’entrepreneur·es oseraient briser le moule pendant une pandémie mondiale.

Grâce à des partenariats stratégiques entre le secteur privé et le milieu postsecondaire, de nombreuses entreprises en démarrage et petites et moyennes entreprises (PME) émergentes ont tenu le coup et constituent maintenant une référence en matière d’innovation et de recherche au Canada.

Bien que ces innovations révolutionnaires proviennent de petites et moyennes organisations, leurs résultats sociaux et économiques sont titanesques. En voici quelques exemples.

Sanyakola Foundation

Sara Child, chercheuse au Collège North Island, dirige un projet visant à revitaliser l’une des langues les plus anciennes et les plus complexes de la planète — une langue autochtone polysynthétique appelée kwak’wala — à l’aide de l’intelligence artificielle (IA).

Selon l’UNESCO, les trois quarts des 90 langues autochtones encore parlées au Canada sont en danger, tandis que les autres restent vulnérables. La perte d’une langue entraîne la perte d’une parcelle de culture — la mort des enseignements sacrés, du patrimoine et de l’histoire — et l’extinction des valeurs mêmes qui façonnent son identité.

Après avoir consulté les Aîné·es des Kwakwakaʼwakw de Port Hardy, en Colombie-Britannique, Sara a fondé la Sanyakola Foundation, une société sans but lucratif établie en Colombie-Britannique qui vise à créer un modèle de revitalisation des langues autochtones dans le monde entier. « La revitalisation de la langue ne concerne pas du tout la langue », explique-t-elle. « Il s’agit de rétablir le mieux-être des gens parce qu’on sait que la langue fait partie intégrante de chaque aspect de ce que nous sommes. Et lorsque nous l’avons perdue, cela a perturbé tous les aspects de ce que nous étions. »

Malgré le manque de soutien technologique et financier pour les langues autochtones, Sara a sollicité du financement et répondu à l’appel à propositions de Mitacs à l’intention des Autochtones. La subvention lui a permis de travailler avec une équipe talentueuse de chercheuses et chercheurs du Collège North Island, qui possédait les compétences uniques requises pour concrétiser sa vision.

« Si nous pouvons mettre à contribution l’IA pour le kwak’wala, nous pouvons le faire aussi pour les langues autochtones à l’échelle mondiale », a-t-elle déclaré.

Regardez la vidéo :

 

 

 

NURA Medical

Chaque année, 40 millions d’enfants se retrouvent aux urgences en Amérique du Nord. Or, 1,5 million d’entre eux sont victimes d’erreurs concernant les médicaments qui leur sont administrés par voie intraveineuse. Un enfant sur trois reçoit une dose incorrecte de médicament, ce qui peut être une question de vie ou de mort.

En raison de ces chiffres alarmants en matière de soins pédiatriques, on réclame des changements, et un groupe d’étudiants diplômés de l’Université McGill fait figure de chef de file dans ce domaine.

Dans le cadre d’un cours de réflexion conceptuelle du programme d’innovation chirurgicale de cette université, Sofia Addab et ses collègues ont pu observer une urgentologue à l’œuvre à l’Hôpital de Montréal pour enfants. Après avoir relevé un certain nombre de problèmes dans le service des urgences, le trio a mis sur pied NURA Medical, une jeune pousse montréalaise de technologie médicale qui utilise un dispositif personnalisé pour calculer avec précision la posologie en fonction du poids dans les soins pédiatriques.

Dans le cadre d’un stage de Mitacs, les étudiants ont interagi avec plusieurs scientifiques et des cliniciennes et cliniciens, mis leur appareil à l’essai et acquis de précieuses connaissances sur l’expérience des utilisateurs et utilisatrices. « Le financement que nous avons obtenu de Mitacs nous a vraiment permis de réaliser nos études à l’hôpital. Ainsi, nous pouvons réellement tester la précision de notre appareil avec les infirmières, qui devraient être les utilisatrices finales de cet appareil », explique Sofia Addab.

Le dispositif de NURA Medical change vraiment la donne. Il utilise des données personnalisées pour réduire les erreurs de 50 % et permet aux hôpitaux d’économiser jusqu’à 1,3 million de dollars par année.

CarbonCure

Près de 40 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde proviennent du secteur de la construction et du bâtiment, et un quart de ces émissions sont produites par la fabrication du béton. Le parc immobilier mondial étant appelé à doubler d’ici 2060, l’utilisation du carbone n’a jamais été aussi importante. Heureusement, l’entreprise CarbonCure, établie en Nouvelle-Écosse, est en train de transformer le processus de production du béton, ce qui pourrait réduire les émissions mondiales dans une proportion pouvant atteindre 15 % et créer de nouveaux débouchés d’une valeur d’un billion de dollars.

« Nous avons mis au point une technologie qui recycle le dioxyde de carbone résiduel pour améliorer le béton », explique Jennifer Wagner, présidente de CarbonCure. « En tant qu’entreprise, notre mission est de réduire les émissions de 500 millions de tonnes [de dioxyde de carbone résiduel] par an d’ici la fin de la décennie. »

Depuis qu’elle a fait équipe avec Mitacs et s’est associée à des établissements d’enseignement postsecondaire, CarbonCure a réussi à commercialiser sa technologie et à livrer plus d’un million de camions de « béton vert » sur des chantiers du monde entier. Aujourd’hui, sa technologie est implantée dans environ 400 usines sur quatre continents différents.

Jeter un pont entre le secteur privé et le milieu postsecondaire

Depuis le début de la pandémie, plus de 2 000 entreprises ont établi pour la première fois un partenariat avec Mitacs, dont 70 % de PME. La valeur totale de l’ensemble des projets d’innovation liés au secteur privé financés grâce à Mitacs frôle le milliard de dollars, environ la moitié de ce montant provenant des entreprises. Cela témoigne de la puissance des partenariats entre le secteur privé et le milieu postsecondaire et de l’importance considérable de commercialiser la recherche postsecondaire.

« Nous disposons des outils, des relations et des solutions dont les petites entreprises ont besoin pour faire face aux défis économiques actuels, et nous constatons combien de ces entreprises réussissent grâce à leur collaboration avec nous », affirme John Hepburn, PDG de Mitacs.

En 2021, Mitacs a lancé une série de vidéos présentant certains des projets d’innovation les plus ambitieux lancés par des PME et des organismes sans but lucratif canadiens — dont ceux mentionnés ci-dessus — dans le cadre d’efforts soutenus pour faire la promotion des petites entreprises. La série a été produite par Dan Herman, fondateur de Go to Jupiter Productions, qui a traversé le pays avec son équipe au milieu de la pandémie pour réaliser ce projet inspirant.

Le Canada dans l’optique de l’innovation

Depuis 2016, le gouvernement canadien a investi plus de 13 milliards de dollars dans les sciences et la recherche. De ce montant, plus de 3 milliards de dollars provenaient du budget 2021 pour les sciences et les chercheuses et chercheurs canadiens. Cela comprend le soutien à la recherche englobant le racisme systémique et l’inégalité entre les genres, les sciences de la vie et la biotechnologie, ainsi que les stratégies nationales sur l’intelligence artificielle, les technologies propres, les technologies quantiques et la génomique.

C’est une grande fierté pour nous de continuer d’investir pour soutenir et souligner la créativité et l’innovation qui sont au cœur de l’écosystème de recherche canadien. C’est inspirant de voir l’ingéniosité et le dévouement que déploient nos chercheurs et nos chercheuses pour développer des idées intéressantes qui mèneront aux découvertes et aux innovations de demain et qui contribueront à améliorer la planète et à générer de la prospérité pour la population canadienne. — L’honorable François-Philippe Champagne, ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie

Avec le soutien du gouvernement, Mitacs continue de jeter des ponts entre le secteur privé et le milieu postsecondaire, offrant aux propriétaires de petites entreprises et aux chercheuses et chercheurs de niveau postsecondaire une occasion inestimable de travailler main dans la main et de relever certains des plus grands défis de notre époque.

Voici 6 autres PME canadiennes qui entrent dans l’histoire. Regardez!

 

Eavor Technologies

Partout dans le monde, des entreprises tentent d’atteindre la carboneutralité grâce à l’énergie solaire, aux batteries et à l’énergie éolienne. Mais que se passe-t-il lorsque leurs plans sont littéralement chamboulés par des conditions météorologiques inattendues? Eavor Technologies est une entreprise en démarrage de Calgary spécialisée dans l’énergie géothermique en circuit fermé qui a découvert un moyen de transformer la chaleur géothermique naturelle en énergie, ce qui en fait la première forme d’énergie de base propre véritablement évolutive.

Milksta

Les mères qui allaitent peuvent désormais déguster une boisson savoureuse qui satisfait leur envie de café et améliore la lactation. L’entrepreneure Lian Delos Reyes de Terre-Neuve a lancé une boisson lactogène décaféinée entièrement naturelle qui contient du moringa, une plante originaire des Philippines qui joue le rôle de galactogène.

Brainbox.AI

Jean-Simon Venne et son équipe de Montréal, au Québec, modifient de manière proactive la consommation d’énergie de l’un des plus grands contributeurs aux changements climatiques : les bâtiments. Brainbox.AI est la première entreprise à lancer une intelligence artificielle qui permet de réduire la consommation énergétique d’un bâtiment de 25 à 35 % en moins de trois mois, tout en diminuant son empreinte carbone de 20 à 40 %.

Lunar Medical

Quand on pense à l’espace, les soins de santé ne nous viennent généralement pas à l’esprit. Mais en veillant à la santé et à la sécurité des personnes qui voyagent vers l’inconnu, on pourrait repousser les limites de ce qui est humainement possible dans l’univers. Lunar Medical est une entreprise en démarrage de Hamilton qui se spécialise dans les technologies spatiales et qui allie le génie biomédical à l’analyse prédictive pour fournir les meilleurs soins médicaux possibles dans l’infini et même au-delà.

Atlas Power Technologies

La consommation mondiale d’énergie devrait augmenter de 50 % d’ici 2050. En effet, la demande d’énergie renouvelable ne cesse de croître, mais le défi à relever consiste à la stocker de manière efficace. C’est là qu’entre en scène Atlas Power Technologies, une entreprise en démarrage établie en Colombie-Britannique. Mitchell Miller, fondateur et PDG, et son équipe ont créé un supercondensateur capable de stocker de l’énergie renouvelable à l’échelle du réseau, ce qui remet en question les technologies traditionnelles reposant sur des batteries et facilite notre transition vers un avenir plus propre.

Precision.AI

Que se passe-t-il lorsqu’on allie l’intelligence artificielle à l’agriculture? Precision.AI, une entreprise en démarrage de Regina, répond à cette question en utilisant la technologie de l’IA pour éliminer les déchets chimiques de la chaîne d’approvisionnement alimentaire. Avec l’aide de Malek Mouhoub, Ph. D., professeur à l’Université de Regina, l’entreprise a mis au point des robots aériens et au sol autonomes pour pulvériser de l’herbicide avec précision. Cela permet aux agricultrices et aux agriculteurs de limiter les coûts des intrants, tout en nous proposant des produits plus écologiques.

36745
Mitacs logo

L’équipe de Mitacs

Le contenu du site Web de Mitacs est créé par des membres de l’ensemble de l’organisme, unis par la même passion pour l’innovation et désireux de partager leurs points de vue au sein de l’écosystème de l’innovation.

Mitacs est un organisme sans but lucratif qui favorise la croissance et l’innovation au Canada depuis plus de 20 ans. De concert avec plus de 100 établissements d’enseignement postsecondaire, plus de 6 000 entreprises et organismes sans but lucratif ainsi que les gouvernements fédéral et provinciaux, nous établissons des partenariats qui appuient l’innovation industrielle et sociale au Canada.

 

Des organisations avec qui nous avons travaillé

Unilever Logo

Government logos