Carte postale de la Chine : avoir un impact mondial sur la recherche d’énergie propre

03/20/2018
Par Ameen Meddaoui

L’International Energy Outlook 2017 (IEO2017), une évaluation créée par la US Energy Information Administration, prédit que la consommation mondiale d’énergie augmentera de 28 % entre 2015 et 2040.

Cette augmentation prévue a poussé les pays à compenser leur consommation en accroissant leur capacité de production d’énergie. Toutefois, pour un pays comme la Chine qui dépend beaucoup de la combustion du charbon pour générer de l’énergie, cette tâche peut ne pas sembler aussi simple.

À titre d’étudiant de premier cycle en génie chimique à l’Université Western, j’aime demeurer informé des défis mondiaux actuels ayant trait à mes études, telles que la production d’énergie. J’ai été assez chanceux de vivre en Ontario, une province qui a beaucoup investi dans la production d’énergie propre et viable.

Après avoir terminé ma deuxième année, j’ai eu l’occasion de participer à un programme d’échange d’été entre l’Université Western et plusieurs universités chinoises dans des villes comme Shanghai, Tianjin et Hangzhou. Puisque c’était mon premier voyage en Asie, j’ai demandé d’être jumelé à une université au hasard. Je me suis donc rendu à Shanghai en Chine pour rejoindre le professeur Jing Xu et son équipe d’étudiants des cycles supérieurs à l’Université de la Science et de la technologie de l’est de la Chine. Tant les personnes que la ville ont été un jumelage parfait. Grâce à la Bourse de recherche Mitacs Globalink, j’ai pu contribuer à la recherche et au développement de nouvelles méthodes de production d’énergie propre et explorer une ville où je n’avais jamais imaginé me rendre. 

La recherche avait pour but de développer et de tester la performance de nouveaux catalyseurs à sélectivité élevée pour des produits de grande valeur dans la production d’énergie. Pendant mon stage, j’ai utilisé une gamme de techniques de caractérisation afin de construire un rapport structure-performance pour les catalyseurs élaborés. Une fois terminé, nous avons utilisé les relations pour créer le produit catalyseur le plus performant. 

Avoir l’occasion de me rendre en Chine pour réaliser cette recherche plutôt que de rester au Canada a fait toute la différence pour moi. Voir les défis de pollution atmosphérique du pays de première main et en subir les effets a souligné l’importance de ma recherche. D’une certaine façon, ce fut une grande source d’inspiration pour moi. De plus, l’expérience internationale était superbe. Pouvoir collaborer avec des experts d’autour du monde était une expérience en soi, et je recommanderais grandement de participer au programme. 

 

 

 


Contact pour les médias
 

Heather Young
Directrice, Communications
Mitacs
hyoung@mitacs.ca
604-818-0020