Carte postale de l’Ouganda : Faire des recherches sur une espèce insaisissable d’antilope de milieux marécageux

01/02/2019

Debout jusqu’aux genoux dans un marécage tropical, les bottes emmêlées dans des tiges de papyrus ... ce plouf-là, c’était un crocodile, ou mon assistant de terrain? Avec un déploiement habile incluant l’utilisation des connaissances locales, et avec un peu de chance, cet appareil photo de terrain contiendra des images du sitatunga, une espèce d’antilope de milieux marécageux qui se trouve ici, en Ouganda, ainsi que dans d’autres milieux humides de l’Afrique subsaharienne.

Avec du soutien du Mitacs Accélération international, je travaille avec Uganda Wildlife Safaris pour étudier l’écologie du sitatunga, une espèce d’antilope semi-aquatique endémique des marécages de l’Afrique subsaharienne. Mon but est de fournir des données au Uganda Wildlife Authority pour les aider à gérer de façon durable le troupeau de sitatungas, tout en présentant l’avantage de comprendre les marécages qui soutiennent la population de sitatungas. Nous recueillons des données des appareils photo de terrain, parce que les sitatungas sont insaisissables et que la vie dans les marécages de papyrus de la rivière Mayanja au centre de l’Ouganda leur convient beaucoup mieux qu’aux êtres humains, ou même à d’autres espèces sauvages.  Après seulement quelques jours de tentatives de passer à travers le papyrus, je peux bien comprendre pourquoi il existe peu de données scientifiques disponibles sur les sitatungas sauvages, et pourquoi même les rapports publiés ne sont qu’anecdotiques. Ma recherche fournira des données de base essentielles sur les sitatungas : des informations de base sur les habitudes migratoires, l’utilisation des habitats, et la densité de la population.  

Il s’avère que l'appareil photo de terrain est un excellent outil pour étudier les sitatungas. Une fois mises dans des zones potentielles de haute activité des sitatungas, elles prennent des photos de tout ce qui passe devant le capteur de détection - et les piles durent plusieurs mois! Outre le suivi de l’utilisation des habitats, les sitatungas peuvent être identifiés individuellement, comme les léopards, sur la base des marquages sur les visages et les flancs. Cela veut dire que bien que les sitatungas traversent le papyrus, nous pouvons les suivre dans le temps et dans l'espace en les identifiant par le biais de plusieurs endroits du marécage surveillés par des appareils photo.  

D’autres facettes de ma recherche sont axées sur la diversité végétale des aires d’alimentation des sitatungas, la comparaison de l’utilisation d’espace des sitatungas à celle d’autres herbivores sauvages et bovins domestiques, ainsi que la connectivité de ce bassin fluvial avec d’autres aires de parcours des sitatungas en Ouganda. Ce projet implique la collecte de données sur la faune axée sur le travail de terrain classique, de concert avec la modélisation statistique moderne et des méthodes génétiques, avec pour but de comprendre cette espèce rare et unique.

Ma recherche facilitera un plan de gestion basé sur la science, et fournira un modèle pour des études dans d’autres aires de parcours des sitatungas, ainsi que pour d’autres espèces insaisissables qui habitent dans des habitats denses. En tant qu’antilope de grande taille, les sitatungas sont ciblés par le commerce de la viande de gibier, et les marécages sont sous la pression de la population humaine croissante qui requiert de la terre à des fins agricoles. Ainsi, l’acquisition de données de base sur cette espèce qui dépend des marécages est essentielle pour la gestion future de l’espèce.

Par Camille Warbington, candidate au doctorat en écologie à l’Université de l'Alberta dans le département des sciences biologiques.

 

 

 


Contact pour les médias
 

Heather Young
Directrice, Communications
Mitacs
hyoung@mitacs.ca
604-818-0020