Faire la transition du milieu universitaire au marché du travail – conseils de trois détenteurs de doctorat

08/11/2014

Un des débats chauds au Congrès 2014 a été la discussion sur les perspectives de carrière des détenteurs de doctorat au Canada. De nombreux étudiants des cycles supérieurs veulent considérer des options en dehors du milieu universitaire comme solution de rechange aux voies traditionnelles. 

Que disent les détenteurs de doctorat qui travaillent au sujet de leur propre planification de carrière? Nous en avons interrogé trois pour obtenir leurs conseils en matière de carrière et de recherches d'emploi à l'extérieur du monde universitaire.

1. Quelle a été la chose la plus utile que vous avez faite durant la première ou deuxième année de recherche d'emploi?

Laurence Meadows, doctorat en biochimie et neuroscience, qui travaille maintenant en développement des affaires, a déclaré que l'identification des compétences dont il aurait besoin en dehors du milieu universitaire était la clé :

« J'ai eu de la chance parce que j'étais encore dans le milieu académique pendant que j'étais à la recherche d'un emploi. J'ai donc eu le temps d'étudier mes options de carrière possibles. En sachant les options qui s'offrent à nous, la bataille est à moitié gagnée. Ma première étape a été de demander ce que mes anciens camarades de classe faisaient en dehors de leurs activités universitaires. »

« Je leur ai ensuite demandé ce qu'ils faisaient sur une base régulière et quelles étaient les compétences dont ils avaient besoin pour réussir dans ce rôle. Par la suite, je suis allé les acquérir moi-même. »

Rachel Bennett, doctorat en études anglaises, qui est aujourd'hui directrice de marketing, raconte qu'elle a acquis ses connaissances en travaillant dans de petites organisations :

« Je me suis appuyée sur les compétences que j'ai développées pendant que j'étais à l'université, par exemple l'édition, l'enseignement et la rédaction, pour trouver du travail au sein de deux organisations différentes, et ce, même avant ma soutenance de thèse. » 

« Toutes deux étaient des petites compagnies et ce qui est bien d'une compagnie de petite taille est que vous apprenez à connaître les gens et leurs rôles; dans certains cas, des rôles dont je n'avais jamais entendu parler. Aussi, les gens apprennent à vous connaître et à connaître vos compétences, alors vous pouvez apporter votre appui dans différents domaines. J'ai occupé quatre ou cinq différents “ emplois ” les deux premières années. J'ai acquis de l'expérience de cette façon et ça m'a permis de savoir je que j'aime, ce que je n'aime pas et ce que je voulais faire par la suite. »

Jeremy Gawryluk, doctorat en neuropharmacologie, qui est aujourd'hui gestionnaire de projets, conseille de faire du réseautage et contacter des entreprises tôt :

« Avant même la recherche d'emploi, la chose la plus importante à faire est de se bâtir un réseau de collègues, autant ceux qui sont dans le milieu universitaire que ceux qui travaillent en entreprise. »

« Si vous voyez un poste potentiel dans une entreprise, demandez une entrevue d'information avec un membre de la direction pour que vous puissiez poser des questions d'ordre général et pour comprendre la culture d'entreprise. Les compagnies ont tendance à embaucher des individus qu'ils connaissent déjà ou qui sont recommandés par un employé respecté. »

2. Si vous aviez un conseil à donner à un doctorant qui envisage des options professionnelles, quel serait-il?

Laurence a déclaré que c'est la passion qui devrait guider nos choix de carrière :

« Un emploi paie les factures, mais une carrière, c'est l'assise sur laquelle nous bâtissons notre vie. Il est important de trouver ce qui nous passionne vraiment et de se servir de cela pour explorer des possibilités de carrière. »

Rachel conseille d'essayer différentes options au début de votre carrière :

« Concentrez-vous sur les organisations, industries et champs plutôt que des descriptions de poste précises, ce qui peut être très décourageant. Et surtout, pour les diplômés en sciences humaines, je leur dirais de résister la tentation de vouloir retourner à l'école pour aller chercher plus de formation. Essayez différentes choses pour l'instant, même à temps partiel si vous êtes en train d'enseigner. Cela vous aidera à prendre une décision plus tard. »

Pour Jeremy, il faut avoir l'œil sur la vue d'ensemble:

« Si vous êtes déterminé à réussir au travail et que vous êtes capable d'avoir une vue d'ensemble, vous réussirez n'importe où. Ne vous souciez pas de ce que les autres pensent; suivez votre passion. Ne soyez pas frustré par la compétitivité à obtenir des bourses ou par les postes dans l'industrie. »

 

 

 


Contact pour les médias
 

Heather Young
Directrice, Communications
Mitacs
hyoung@mitacs.ca
604-818-0020