Mitacs aide les PME canadiennes à sortir plus fortes de la pandémie

10/31/2021
Un incitatif financier unique aide les entreprises à la reprise post-COVID-19 en contribuant considérablement au coût de l’embauche des meilleurs stagiaires de niveau postsecondaire

Vancouver, C.-B - De petites entreprises aux prises avec les répercussions de la COVID-19 partout au Canada bénéficient de l’aide d’une ressource inattendue : de brillants étudiants et étudiantes postsecondaires. 

Grâce à un incitatif financier unique récemment lancé par Mitacs, des étudiants et étudiantes des quatre coins du pays mettent leurs compétences fort nécessaires à la disposition des employeurs qui souhaitent gérer et accroître leurs activités dans un environnement perturbé par la pandémie. 

Qui plus est, l’initiative de Mitacs — offerte aux petites et moyennes entreprises (PME) et aux organismes sans but lucratif de moins de 500 employés — permet de considérablement réduire les coûts. Les organismes partenaires admissibles contribuent seulement 25 % de l’allocation de 10 000 $ ou 15 000 $ de la ou du stagiaire pour les quatre premiers mois d’un projet d’innovation réalisé en collaboration avec un établissement d’enseignement postsecondaire au lieu du 50 % habituel. 

Les stagiaires de Mitacs offrent un précieux soutien aux entreprises, organismes sans but lucratif, hôpitaux et municipalités dans tous les secteurs, de l’agriculture aux arts et au divertissement, en passant par l’énergie, les soins de santé, la fabrication, la technologie, le tourisme et les services publics. 

« Grâce à cet effort, nous aidons les petites et moyennes entreprises à croître et à innover, de même que les meilleurs talents en devenir, chercheuses et chercheurs de notre pays à saisir des possibilités d’emploi malgré un marché de l’emploi problématique causé par la pandémie de COVID-19 », explique le chef de la direction et directeur scientifique de Mitacs, John Hepburn, Ph. D. « Les PME et les talents postsecondaires font partie intégrante de la reprise économique du Canada, et Mitacs s’engage à établir les liens nécessaires pour aider les organisations canadiennes à régler leurs problèmes d’affaires, à demeurer concurrentielles et à réussir. » 

Depuis le début de la pandémie, plus de 2 000 entreprises —dont environ 70 % sont des PME — se sont associées à Mitacs pour la première fois. 

« Nous disposons des outils, des relations et des solutions dont les petites entreprises ont besoin pour faire face aux défis économiques actuels, et nous constatons combien de ces entreprises réussissent grâce à leur collaboration avec nous », ajoute John Hepburn. 

Histoires de succès au Canada

Après que la pandémie de COVID-19 ait été déclarée, Mitacs a répondu aux demandes de soutien à l’économie des gouvernements fédéral et provinciaux et a annoncé un effet de levier accru pour son financement en avril 2020. Une démarche sans précédent dans les 20 ans d’existence de Mitacs, la raison première était d’accélérer la recherche de solutions pour contrer la COVID-19 et d’accélérer la reprise en aidant les PME à innover dans un contexte de perturbation économique.

Voici quelques petites entreprises qui ont réussi à survivre, voire prospérer, pendant la pandémie, en partie grâce au soutien de Mitacs.

Alberta

ParkChamp, une jeune pousse de technologie établie à Calgary, qui propose une appli mobile révolutionnaire offrant aux conducteurs locaux un accès à des places de stationnement de premier choix à prix abordable à partir de leur téléphone intelligent, s’est retrouvée au point mort lorsque la pandémie a vidé les routes. L’entreprise s’est tournée vers l’École de commerce Haskayne, qui a pu l’aider grâce au partenariat avec Mitacs. Ainsi, au cours de la dernière année et demie, ParkChamp a non seulement trouvé de nouveaux moyens innovants d’attirer de nouveaux clients, elle a également percé de nouveaux marchés.

Le mois dernier, la petite entreprise est entrée dans le marché d’Edmonton, un accomplissement que Maggie Young, PDG, attribue en partie au soutien de Mitacs. « Tous les stagiaires que nous avons pu embaucher grâce à l’incroyable financement offert par Mitacs ont eu une incidence positive sur notre entreprise en expansion », raconte-t-elle. « Avoir accès à de jeunes étudiantes et étudiants dynamiques et enthousiastes possédant les toutes dernières compétences ainsi que les connaissances sur les nouvelles plateformes et technologies en ligne a finalement aidé à stimuler l’engagement de nouveaux clients. »

Colombie-Britannique

HUB Cycling, une entreprise de Vancouver déterminée à rendre le cyclisme plus sécuritaire et plus accessible, a lancé de nouvelles fonctions de services-conseils pendant la pandémie en réponse à un besoin croissant d’adapter les édifices commerciaux, résidentiels et industriels dans la région métropolitaine de Vancouver aux vélos, puisque les gens optent de plus en plus pour le vélo comme moyen de transport.

Alors que HUB Cycling poursuit la mise en œuvre de son nouveau service de conseils d’évaluation de la cyclabilité, le programme de stage de Mitacs permet à l’équipe de bénéficier d’une expertise externe. « Mitacs nous a donné la latitude nécessaire pour accéder à d’importantes ressources de marketing lorsque nous en avons besoin, et parallèlement, nous acquérons un partenaire postsecondaire qui est disposé à travailler avec nous pour faire avancer nos objectifs », explique Tim Welsh, directeur de l’élaboration des programmes chez HUB Cycling.

Ontario

Interaxon Inc., l’entreprise de Toronto spécialisée en neurotechnologie à laquelle on doit le bandeau de méditation à détection cérébrale MuseMD, a dû en faire plus avec moins de ressources lorsque la pandémie a forcé l’entreprise à restructurer son effectif.

« Nous sommes une petite équipe de moins de 50 personnes et chaque personne donne habituellement son 120 % », explique la vice-présidente de la commercialisation d’Interaxon, Nadia Kumentas. « Notre plus grand problème pendant la pandémie a été la réduction de notre capacité interne en matière de ressources. L’embauche d’un stagiaire de Mitacs nous a permis de soutenir notre croissance et de garder notre élan en ce qui concerne nos projets prioritaires actuels. »

Pionnière d’une gamme unique de vêtements intelligents appelés Textile ComputingMD pouvant capter les changements qui s’opèrent dans le corps et y réagir, Myant inc. emploie des stagiaires pour la recherche et le développement des affaires. À l’heure actuelle, les stagiaires contribuent à la stratégie de mise en marché de l’entreprise pour ses nouveaux sous-vêtements de surveillance cardiaque, fabriqués avec le tissu intelligent révolutionnaire Skiin de Myant, qui fonctionne comme un électrocardiogramme (ECG) portatif.

« Mitacs a fourni le financement de R-D de base qui nous a permis de mettre à l’essai et de valider nos produits à un moment où les ressources nécessaires aux essais étaient rares à cause de la pandémie »,

explique Milad Alizadeh-Meghrazi, vice-président de la Recherche, du développement et de l’intégration des partenaires. Il souligne que les affichages d’emploi traditionnels ne permettent pas de trouver des talents spécialisés la plupart du temps. Aussi, c’est grâce à la contribution des stagiaires de trois universités ontariennes si l’entreprise a pu lancer son produit.

Québec

Statera Medical inc., une jeune pousse montréalaise hébergée par l’incubateur Centech, a non seulement vu le jour pendant la pandémie, mais elle fait également des pas de géant dans la conception d’une prothèse de l’épaule de prochaine génération. En grande partie grâce à l’incitatif financier de Mitacs destiné aux petites entreprises, l’entreprise tente d’améliorer l’arthroplastie en permettant de « voir » l’intérieur d’une épaule.

Le cofondateur de Statera Medical, Frédérik Plourde, un étudiant à la maîtrise en génie mécanique de l’École de technologie supérieure à Montréal, explique que la baisse du coût des stages permet à la jeune entreprise d’accéder à des talents essentiels en recherche et développement.

« Nous travaillons dans une niche commerciale qui exige de profondes connaissances dans des domaines comme la simulation musculosquelettique et le génie mécanique », explique M. Plourde. « En travaillant avec Mitacs, nous avons tissé des liens solides avec des gens du milieu universitaire qui sont à l’avant-garde de leurs domaines respectifs. »

Leur produit vise à améliorer la qualité de vie des gens souffrant d’ostéoarthrose ou d’une déchirure musculaire qui doivent subir un remplacement total de l’épaule — une population de patients estimée à 100 000 personnes par année en Amérique du Nord.

Faits en bref :

· Mitacs est un organisme sans but lucratif qui favorise la croissance et l’innovation au Canada en résolvant des défis d’affaires à l’aide de solutions de recherche des établissements d’enseignement.

· Mitacs est financé par le gouvernement du Canada ainsi que le gouvernement de l’Alberta, le gouvernement de la Colombie-Britannique, Research Manitoba, le gouvernement du Nouveau-Brunswick, le gouvernement de la Nouvelle-Écosse, le gouvernement de l’Ontario, Innovation PEI, le gouvernement du Québec, le gouvernement de la Saskatchewan, le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador et le gouvernement du Yukon.

· Depuis 2016, Mitacs s’est associé à plus de 5 000 PME d’un océan à l’autre afin de les aider à atteindre leurs objectifs opérationnels. La valeur totale de l’ensemble des projets d’innovation liés au secteur privé financés par l’entremise de Mitacs frôle le milliard de dollars, environ la moitié de ce montant provient des entreprises.

· L’équipe de spécialistes du développement des affaires partout au pays aide les PME dans le processus de soutien financier et leur donne accès aux talents et aux outils nécessaires pour réussir.

· Chez Mitacs, nous nous engageons à soutenir le développement de solutions novatrices pour le Canada, ainsi que pour le monde entier.

En savoir plus :

Pour plus de renseignements sur Mitacs et ses programmes, visitez www.mitacs.ca/fr/nouvelles/.

###

 

 


Contact pour les médias

Adam Austen
Conseiller principal en communications
514-705-8355 | aausten@mitacs.ca
Mitacs
Monique Rodrigues
Spécialiste principal en communications
msilvarodrigues@mitacs.ca

Mitacs