Le Droit : Renelle Dubosq : amoureuse des sciences depuis l’enfance

01/05/2020

Chaque semaine, Le Droit rencontre une personne afin de souligner une réalisation exceptionnelle ou une contribution significative à la vie ou au rayonnement de la région. Cette semaine : Renelle Dubosq.

Une jeune chercheuse de l’Université d’Ottawa, Renelle Dubosq, vient de remporter le premier Prix Mitacs pour innovation exceptionnelle – autochtone, pour ses travaux novateurs visant à étudier la structure atomique de la pyrite, également appelée l’or des fous.

Membre de la Painted Feather Woodland Métis tribe of Ontario, Mme Dubosq est géologue et étudiante au doctorat, travaillant sous la supervision du professeur David Schneider du Département des sciences de la Terre et de l’environnement.

«C’est un honneur d’avoir été sélectionnée et d’être reconnue pour mon travail et mon approche novatrice à la science. J’apprécie les possibilités que le programme Mitacs m’a offertes au cours de mes recherches, ainsi que le soutien des institutions d’attache et d’accueil», a indiqué la lauréate. 

Dans le cadre de ses travaux, la chercheuse est l’une des premières à appliquer de nouvelles technologies d’imagerie nanométrique 3D pour documenter le comportement de la pyrite pendant la déformation, le pliage, la faille ou le cisaillement de la roche qui se forme sous la surface terrestre. Ses avancées viendront notamment aider les géologues à mieux cibler leurs efforts miniers. 

Par ses recherches, elle a réussi à combler le fossé entre la géologie et les sciences des matériaux, étant la première à enregistrer avec succès des vides (petits pores remplis de liquide ou de gaz) dans la pyrite qui ne se mesure qu’en nanomètres. 

Avec sa découverte, il sera permis de dater avec plus de précision l’âge des roches et mieux comprendre comment les plaques tectoniques de la Terre sont devenues ce qu’elles sont maintenant. 

Dès l’enfance, elle s’est intéressée aux sciences en général, et aimait surtout lire les livres au sujet de la terre et de l’espace.  

«Ma famille a aussi passé des étés à camper, alors j’ai développé une passion pour le plein air. Au secondaire, je m’intéressais encore aux sciences, particulièrement à la physique.»

Elle étudie présentement en deuxième année de son doctorat en sciences de la terre et de l’environnement et elle entend continuer à publier sa recherche et compléter sa thèse au cours des deux prochaines années. 

Son but ultime est de continuer à faire de la recherche et de rapprocher les disciplines de la géologie et des sciences des matériaux en introduisant des techniques qui ont été initialement développées dans le domaine des sciences de la terre. 

Elle croit important d’avoir des modèles ou des mentors dans sa vie personnelle et professionnelle et même si elle ne se considère pas comme un modèle pour les autres femmes ni pour les personnes bilingues ou autochtones, elle espère qu’elle pourra inspirer les autres. 

«Je ne serais certainement pas rendue où je suis aujourd’hui sans toutes les possibilités qui m’ont été offertes par mes mentors. Si je pouvais faire de même et inspirer les autres, je serais très honorée. Si j’ai la chance d’obtenir un emploi dans le milieu universitaire, je m’efforcerai certainement d’être un mentor pour mes propres étudiants, en créant un environnement aussi inclusif que possible». 

Lire ici...

 

 

 

 


Contact pour les médias
 

Heather Young
Directrice, Communications
Mitacs
hyoung@mitacs.ca
604-818-0020