Injustices et résistances épistémiques : La production des savoirs par les femmes chercheuses et praticiennes racialisées au Québec

Les femmes autochtones, noires et racialisées se retrouvent confrontées, au quotidien, à de nombreux obstacles systémiques et notamment des injustices épistémiques. Dans les milieux communautaires et universitaires plus particulièrement, ces femmes font l’expérience de différents rapports de pouvoir inégalitaires qui les empêchent de participer pleinement à la production des savoirs collectifs.

Perspectives féministes intersectionnelles : économie, santé et environnement

Le projet contribuera à l’actualisation du positionnement de l’analyse féministe intersectionnelle de Relais-femmes en travaillant à articuler les liens entre féminisme intersectionnel, écologie, économie et santé. Pour ce faire des objectifs spécifiques ont été ciblés : 1) mettre à jour la documentation scientifique sur les thématiques ciblées; 2) analyser les productions antérieures de Relais-femmes portant sur les questions économiques; 3) développer des indicateurs visant à orienter la prise de décision en politique économique destinés aux membres de Relais-Femmes.

L’égalité de fait : Application et pérennité de l’analyse différenciée selon les sexes avec la perspective intersectionnelle (ADS+) en débat à la Ville de Montréal.

L’égalité entre les hommes et les femmes demeure un enjeu considérable dans la Ville de Montréal. La participation des femmes à la transformation de leur ville n’est pas égale à celui des hommes. Mais depuis, 2019, la Ville amorce un projet pilote de formation en Analyse Différenciée selon les sexes Intersectionnelle (ADS+) en partenariat avec Relais-femmes pour contrer les inégalités et le manque d’inclusion que subissent les femmes.