Analyse du stress chez l’huître américaine à l’aide de divers outils physiologiques pour le développement de meilleures pratiques de production

Au Québec, la production conchylicole constituée de la moule et l’huître représente un volume annuel de 375 tonnes par an, pour une valeur de 2,8 M$, dont la majeure partie est produite aux Îles-de-la-Madeleine. L’Aquaculture représente donc une activité économique non négligeable pour cette région, particulièrement pour l’huître qui est en plein essor par sa haute valeur ajoutée et un marché bien établi. L’huître représente maintenant 26% de la production conchylicole québécoise. Cette production dépend de l’approvisionnement en juvéniles provenant de producteurs du Nouveau-Brunswick, car la reproduction naturelle aux Îles-de-la-Madeleine n’est pas assez importante pour supporter une filière aquacole. Toutefois, depuis le début de cette activité des phénomènes de mortalité massive sont observés suite au transport. Celle-ci n’est pas associée à des agents pathogènes et ce stress associé au transport nécessite d’être mieux défini ainsi que les outils permettant de le quantifier. Ce stage envisage donc de répondre à ces questions en suivant le comportement, l’indice énergétique et le budget physiologique des huîtres de deux classes de tailles (30 et 60 mm) en provenance de deux régions (Nouveau-Brunswick et l’Île-du-Prince-Édouard) selon les conditions environnementales subies.

Intern: 
Camille Gravel-Brunet
Superviseur universitaire: 
Réjean Tremblay
Province: 
Quebec
Partenaire: 
Partner University: 
Discipline: 
Programme: