Biotechnologie des symbioses végétales en restauration écologique des écosystèmes dégradés à Madagascar

L’ile de Madagascar est mondialement reconnue pour sa riche biodiversité unique qu’elle abrite.Cette biodiversité est menacée par la déforestation excessivement importante due à l’agriculture itinérante sur brûlis, à l’extraction du bois;énergie et des mines (cobalt, nickel, or, titane, etc). Il est donc primordial de mener des projets pour restaurer ces écosystèmes dégradés. Il est connu que les racines des arbres dans la nature forment des associations mutuellement bénéfiques avec des champignons (mycorhizes) et des bactéries pour survivre en conditions difficiles (sécheresse, sol pauvre en nutriments etc.). Le projet vise à isoler ces symbiotes racinaires dans la nature, à les cultiver en laboratoire et finalement à les réintégrer aux plants en pépinière pour créer une opportunité de reforestation efficace et durable. Les avantages pour les partenaires industriels (Hydro‐Québec et QMM, Rio Tinto) sont de pouvoir être en partenariat avec les universités impliquées au Nord et au Sud, ce dont ils pourront continuer de bénéficier dans le futur, d’accéder à de nouvelles opportunités d’outils de biotechnologie environnementale et finalement, d’avoir accès à de futurs potentiels employés hautement qualifiés.

Intern: 
Gabriel Sarasin
Superviseur universitaire: 
M. Damase P. Khasa
Province: 
Quebec
Université: 
Discipline: 
Programme: