Conception de biodétecteurs ultrasensibles pour la détection des bactéries SARM

Les infections nosocomiales sont un problème grandissant dans les hôpitaux canadiens, causant chaque année la mort d’environ 8 000 personnes et des dépenses d’au moins 100 millions de dollars. Le Clostridium difficile (C. difficile) et le Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM) comptent parmi les bactéries les plus courantes. Entre 2003 et 2005, par exemple, les infections à C. difficile ont été la cause directe de plus de 600 décès au Québec seulement. La détection précoce des bactéries peut permettre d’améliorer le contrôle de la propagation à de multiples patients dans les hôpitaux ainsi que l’efficacité du traitement. La méthode classique de détermination de l’agent étiologique d’une infection consiste dans une culture bactérienne dont il faut attendre les résultats plusieurs jours. Les efforts actuels de prévention des maladies causées par des bactéries pathogènes sont donc l’objet de nombreuses recherches et d’importants efforts afin de mettre au point des techniques de détection rapide et de sélection du traitement ou de la thérapie approprié. Les appareils de biodétection, notamment, pourraient s’avérer des outils particulièrement utiles, et les avancées technologiques sont rapides dans ce domaine. Mené en collaboration avec Biophage Pharma Inc., une entreprise spécialisée dans la conception et la commercialisation d’agents de prévention et de contrôle des infections résistantes aux antibiotiques et des maladies inflammatoires, ce stage a pour but général de : 1) mettre au point une technologie de biodétection basée sur les phages conviviale, rapide et fiable, répondant aux besoins actuels et futurs en matière de détection des bactéries, 2) concevoir un système BioMEMS pour la sélection des phages parmi une grande variété de souches d’espèces pathogènes utiles en clinique pour trouver un traitement efficace. La nouveauté de ce projet de recherche réside dans la conception d’un biodétecteur miniaturisé, rapide et spécifique à la détection des bactéries. Le biodétecteur utilisera les propriétés uniques des phages comme agents biodétecteurs pour assurer une détection rapide (en moins de trois minutes) et spécifique des bactéries. Ce biodétecteur présentera un énorme potentiel puisqu’il aura de nombreux avantages par rapport aux technologies actuelles, comme la rapidité, la spécificité, une plateforme à haut débit et la miniaturisation, propriétés utiles pour des applications sur le terrain.

Intern: 
Nancy Tawil
Superviseur universitaire: 
M. Mohammed Zourob
Province: 
Quebec
Programme: