Développement et application de la technologie de simulation de l’intestin du lombric (SIL) pour les essais de toxicité des sols

Les contaminants peuvent être graduellement séquestrés dans le sol par le travail de différents processus chimiques et biologiques. Les contaminants séquestrés n’ont pas d’effets toxiques sur les plantes et les animaux vivant dans le sol, même s’ils sont détectables par des méthodes chimiques. Ainsi, la concentration d’un contaminant dans le sol peut excéder la norme de sécurité permise tout en posant un risque minimal pour les organismes du sol, dans la mesure où le contaminant est séquestré. L’élevage de lombrics dans un sol contaminé est une méthode couramment employée pour évaluer les effets toxiques des contaminants dans le sol. Cependant, elle demande beaucoup de temps. La concentration des contaminants dans le sol peut aussi être déterminée par l’extraction et l’analyse chimique. Cette approche est rapide, mais les puissants procédés d’extraction chimique surestiment souvent le risque, car les contaminants séquestrés dans le sol sont parfois extraits eux aussi, ce qui peut porter à croire, à tort, en l’existence d’un danger. Bien que la prudence (surestimer le danger potentiel) soit de mise, la décontamination de sols qui ne sont pas dangereux constitue néanmoins un gaspillage de ressources qui pourraient être consacrées à la solution des problèmes réels. Nous avons conçu une simulation de l’intestin du lombric (SIL) reproduisant la composition du fluide gastro-intestinal en posant l’hypothèse que les contaminants du sol qui sont extractibles par le SIL sont représentatifs de l’exposition aux contaminants subie par l’animal. Le SIL n’est pas une méthode reconnue à l’heure actuelle. L’objectif de ce stage est de compléter des travaux qui contribueront à l’adoption du SIL dans la réglementation et à sa commercialisation.

Intern: 
Wai Ma
Superviseur universitaire: 
M. Steven Siciliano
Province: 
Saskatchewan
Programme: